Edito du 30 Septembre 2006 :
Mélancolie morne et solitaire...
. On se voit ce soir...
Enfin en théorie...
Il n'y a plus d'enthousiasme en moi,
je n'y crois plus...
Ma déprime m'a entraîné trop bas
ces derniers temps...
J'essayais de tenir,
en me focalisant,
en me disant,
"on va se voir",
même si que pour cinq minutes,
un instant,
la voir, sentir sa présence,
voir ses yeux,
sentir sa chaleur...
Je l'attendais, je l'espérais,
mais en vain...
On ne se voyait pas...
Je retombais encore plus bas....
Dans mon gouffre de déprime...
Quand j'en avais si besoin...
J'en suis au stade
ou j'aurais presqu'envie d'annuler
pour ne pas risquer d'être déçu..
Sauf que l'enthousiasme n'y est plus,
le ressort est cassé...
A force...

. Je ne m'enflamme plus...
Froid en dedans...
Mécanique, morne, terne...
Plus ressentir,
pour plus souffrir...

. J'espère que d'écrire ici,
me vider,
me fera du bien...

. Je ne vis que pour elle...
Elle est mon oxygène...
Sans elle, plus rien n'a de gout,
ni d'interèt...
Elle me demande ou et a quelle heure
je ne suis guère motivé pour répondre
J'ai tant de fois repondu en vain
et si souvent crié
Ou tu veux, quand tu veux !!!
que c'est comme si je n'y croyait pas vraiment
m'attendant trop a me retrouver en carafe
a voir tout annulé...
Ne croire en rien,
n'avoir aucun espoir,
est-ce une vie ?

 

Edito du 29 Septembre 2006 :
Going Nowhere...
. Je suis sidéré de voir
combien je perd la mémoire
récente...
Avant, les films, les livres,
je me rappelait tout...
Là, en relisant un comics
sorti il y a a peine deux mois,
je réalise que j'avait tout oublié...
Je redécouvre...

. J'ai l'impression que plus
j'ai de choses a faire,
moins j'avance vite...

. J'arrive pas a penser...
Je pense qu'a mon ange
et a son examen...
Elle a dit qu'on se verrais ce soir...
Enfin...

----

. On ne s'est pas vu...
Elle a annulé...
Enfin, au moins,
cette fois,
elle a annulé...
Elle n'a pas juste "oublié"...
Je suis pas bien...
La déprime me reprend sévère...
Alors que ça fait très longtemps
que je suis pas allé au ciné,
et même que je n'ai regardé la télé
ou des films,
je me ménage du temps
et je me met a rechigner :
"a quoi bon,
tu connais la fin,
tu sais comment c'est fait
quel intérêt le ciné...."
Putain,
si je perd même goût au ciné,
qu'est-ce qui va me rester ?

. En trainant,
seul et melancolique
dans cette gare, ce soir,
pour écumer les librairies,
je songe soudain a faire
ce que font d'autres êtres
comme moi...
Aller prendre un billet,
et monter dans le premier train...
Pour n'importe ou...
Pour nulle part...
Pour ailleurs...
Faire avec ce que j'ai,
et partir a l'aventure,
disparaître, m'évanouir...
Le guichetier et le hasard
choisiront la destination...
Et de là,
partir a pied...
Sans savoir ou l'on va,
sans rien attendre,
ni espérer,
juste être dans le présent,
sans déception,
ni frustration...
Oublier...

 

Edito du 28 Septembre 2006 :
Train de nuit...
. On m'a encore
pris pour un autre...
Malgré mon look,
malgré tout...
Il faudrait que j'écrive la dessus...
Sur un type
qui n'aurait pas d'identité propre,
et qu'on prendrait toujours
pour d'autres...

. Je retourne vers elle,
train de 21h...
Epuisé...
Trop mangé...
Plus l'habitude...
Et assez mal dormi,
la deuxième nuit...
Plus l'habitude non plus...
Je n'ai même pas regardé de film, ni rien...
Je m'inquiète pour elle,
lorsqu'elle devra voyager,
pour aller voir sa famille,
aux périodes de vacance...
Les changements de train...
Chercher les quais, les métros,
les wagons, les sorties...
Et tout ce temps dans les transports...
Elle qui n'aime pas ça...
J'ai moi même l'habitude des trains directs,
des terminus...
Ici, je dois faire des changements,
ne pas m'endormir...
Pas si évident...
Je crains bien de m'endormir...

. Etrange les perspectives,
un lieu familier,
qu'on a traversé mille fois,
de le prendre par l'autre sens,
en regardant vers le haut,
plutôt que dans ses affaires,
plutôt que dans ses pensées,
c'est presque si on ne le reconnait pas...
Il semble...
D'un coups, Boum,
je suis sur les avenues de Tours,
"mes " avenues,
Je suis chez moi...
Je me sent bien,
et le reste semble loin, oublié...

. J'ai l'ame d'un voyageur,
je n'ai que faire d'un "chez moi",
d'une prison,
de contraintes...
Je veux être sur les routes,
parti,
découvrir...

 

Edito du 27 Septembre 2006 :
Don't look back...
. Je suis monté
voir mes parents deux trois jours...
Des affaires en cours,
longtemps reportés...
Faut dire aussi,
j'étais pas chaud du tout...
Enfin, bref, peu importe ça...
Tant que j'y était,
j'ai caressé l'idée de "numériser",
(filmer la télé ou je les passe)
quelques vidéos
que je n'avais pas encore fait...
Oh, il y en a même que
j'avais complètement oublié...
Je vais essayer de faire au mieux,
et de les mettre ici...

. Au lieu de faire ça,
je ferais mieux d'en faire
de nouveaux !
D'avancer !
Je traîne...
J'accumule les projets,
les histoires
et rien ne se fait...
J'en ai encore de nouvelles,
d'ailleurs...
Faut vraiment les noter...

. Mon plus grand défaut,
ce n'est pas la lâcheté,
ou le manque d'attention,
la difficulté de rester concentrer longtemps,
non,
c'est mon misérabilisme...
J'ai des idées,
mais je refuse de m'imposer.
La peur très con de gêner...
Toujours a m'auto freiner,
m'auto rabaisser...
Je suis mon pire ennemi...

 

 

Edito du 26 Septembre 2006 :
Batboy...
. Mal au ventre...
Ce doit être la faim...
J'ai du decrocher de la bibliothèque
plus tôt a cause de ça...
Pourtant, ça avançait bien...
J'ai essayé de manger,
mais ça n'a rien arrangé....
Les chauves souris,
car c'en est,
elles s'approchent de plus en plus,
dansent autour de moi,,
viennent se poser un instant
au dessus demoi...
He...
Faudrait voir a se mefier tout de même,
c'est pas parce que j'en ai pas peur
que c'est végétarien pour autant...
Et je leur parait peut être
suffisament con
pour les laisser se nourrir
sur moi...
Pas de raisons...
C'est ça d'être trop sympa,
trop doux....
Trop bon, trop con...

 

 

Edito du 25 Septembre 2006 :
...
. ça allait un peu mieux,
tôt ce matin...
Mais là, ça redescend...
Le poids dans la poitrine revient...
Je suis motivé pour rien,
démotivé pour tout...

. Parfois, j'ai des fulgurances,
des idées, des inspirations,
pour le scénario,
pour mon court...
Et je me laisse emporter...
Trop brefs instants,
avant que mon esprit s'égare
et ne songe...

 

Edito du 24 Septembre 2006 :
Le Rodeur devant le seuil...
. Je suis un rodeur
et je tente de m'abriter
de la pluie
dans l'encadrure d'une porte...
Je n'ose aller mieux me mettre a l'abri,
a la gare ou ailleurs,
car j'attends son appel,
on dois aller diner,
que je sois prøs d'elle,
qu'elle ne m'attende pas,
que je ne court pas sous la pluie,
míme si elle ne m'a pas appel™ a midi,
j'attends son appel ce soir...
Elle est mon seul espoir...
Et j'attends sur le seuil,
sous la pluie,
en vain...

. Cette déprime qui revient me mine,
me ronge en dedans,
me dévore les entrailles...
J'essaie de me joindre aux festivités des gens,
de partager leurs enthousiasme...
D'acheter un magazine qui me plaît
pour m'ébaudir de son contenue...
En vain...
Je n'ai goût a rien...
Je n'arrive pas a lire,
a stimuler...
J'ai envie de m'allonger,
fermer les yeux,
et ne plus rien penser,
ne plus rien ressentir,
disparaître a tout jamais...

. J'ai pratiquement rien mangé
et rien bu aujourd'hui....
On pourra dire que je fait le Ramadan !
Je l'ai attendu des heures durant,
le midi,
puis le soir,
sous la pluie...
Elle n'a pas appelé...
Ni rien...
Pas faim sans elle...
Envie de rien sans elle...
A quoi bon sans elle...
Elle a mieux a faire...
Elle m'a oublié...
Toute la semaine j'attends
que l'on puisse être ensemble...
Et non...
La dernière fois que je l'ai vu,
elle allait au ciné
avec ses copines
et elle ne m'a même pas remarqué...
(Une de ses copines, si,
preuve que je n'était pas invisible !)
Je voulais lui demander,
entre autre,
si je nous réservait une chambre d'hôtel
pour la semaine prochaine...
Mais non...
Elle ne voudra sûrement pas
de toutes façons...
Elle a mieux a faire...
Et puis je suis lourd..

.Le soir, j'erre sur le pont,
en songeant qu'il n'est pas assez haut,
et que j'ai toutes les chances
de me louper si je saute...

. Je suis comme un ami imaginaire,
pratique quand on est seul,
ou quand on en a besoin,
mais vite oublié
quand on a de vrais amis...
Des humains...

 

 

Edito du 23 Septembre 2006 :
Refuse to grow...
. Trop aimer, parait-il,
c'est "mal" aimer...
Il faudrait aimer avec mesure,
avec raison, avec bon sens,
avec un minimum de recul...
Pour qu'un couple "fonctionne" bien,
il faudrait qu'aucun des deux
n'ai besoin de l'autre,
et ai une vie épanouie
bien a lui...
A quoi ça sert dans ce cas ?
Juste pour tirer un coup ?
Une stabilité ?

. Souvent, on parle de grandir,
devenir adulte,
regarder la réalité en face...
Mais, pour faire bref,
ceux qui vous disent ça,
sont plus ou moins,
les normalisateurs moutons,
esclaves volontaires et consentants
des modes et de la société...
Les mêmes,
et pour les mêmes raisons,
qui vous inciteront a fumer,
a boire,
et a bien d'autres dérives encore...
Ceux qui vous répètent
que dans la vie on a pas le choix,
qu'on doit en baver,
qu'on a pas tout ce qu'on veux,
que ça doit être chiant...
Pourquoi ?
Parce que c'est comme ça pour eux,
c'est comme ça qu'on leur a appris,
ça doit être la vérité !
La norme, quoi...

. Ce qui compte vraiment
pour les humains,
ce qui doit motiver leurs choix,
leurs décisions,
leurs vies,
n'a aucun sens pour moi...
L'argent, la carrière,
les apparences, et la survie...
C'est cela qui les motive...
C'est a partir de cela,
qu'ils se justifient...
Et ça n'a aucun sens pour moi...
Je n'en veux pas...
Crevez-moi...

. Un type gerbe du haut du pont...
Des musiciens répètent
avec des instruments a vent "australiens"...

. J'ai du vague a l'âme...
Cela revient...
Cela fait parti de moi...
Ce matin,
en regardant les journaux,
en regardant les résultats des sondages,
le fascisme vers lequel va la France,
j'en ai presque pleuré de désespoir...
Vrai...
J'ai retenu mes larmes a grand peine...
A quoi bon vivre dans un monde pareil,
avec des cons pareils ?
Ils le veulent, en plus...
Je suis définitivement "autre"...
Moins qu'une minorité...
Ma place ne semble pas ici...
Ni ailleurs...
Nulle part d'ailleurs...

. Mais n'allez pas croire
que c'est ces nouvelles
qui m'ont déprimé...
Le vague a l'âme,
je l'avais déjà...
Cela fait parti de moi...
Ce mal de vivre...
Ce poids d'exister...
Ce malaise sourd...
Cette envie de disparaître,
a tout jamais...
Je l'ai presque toujours en moi...
Je n'y connais qu'un remède,
qu'une personne capable de le faire disparaître,
de le faire s'évaporer,
de me rendre heureux,
et bien...
Elle...
Mon ange...
Et je ne la vois guère...
Pas assez pour moi,
en tous cas...

. Si j'était "adulte",
je pourrais très bien me passer d'elle...
D'ailleurs,
je ne choisirais une "partenaire"
qu'en fonction d'impératifs pratiques !
Géographiques,
et carrières compatibles...
Mouais...
Adulte, moi ? Jamais.

 

Edito du 22 Septembre 2006 :
Adaptater...
. Il y a, en moi,
des petites voix contradictoires...
Comme chez tout le monde...
Là, il y en a une "nouvelle",
et j'ai décidé de la baptiser,
de lui donner un nom,
et une apparence,
pour y voir plus clair...
Oui, je fait ça, parfois...
D'autres le font aussi...
Pour la chance, par exemple...
Et je fut surpris de constater
que des gens la voyait exactement
comme moi...

. Je vais m'inspirer d'un manga
de Kia Asamiya,
et l'appeler Adaptater....
Cette petit voix essaie
de s'imposer a moi,
vis a vis de mes courts...
Me répétant que,
vu que je ne faisait pas
comme les autres,
autant ne pas chercher
a obtenir un résultat similaire,
mais a assumer cette différence artistiquement...
Créer un visuel et un style,
vraiment différents...
Créer...
Pas si facile...

 

Edito du 21 Septembre 2006 :
Birds and Bats under the Bridge with me...
. Je n'écris plus beaucoup ici
ces derniers temps,
faute de temps...
Lorsque je suis branché,
et que j'ai fait le plus "urgent",
j'essaie de me consacrer
a l'écriture d'un scénario...
Sans m'endormir...
(C'est ça le plus dur !)
Même si l'idée de réaliser
mon propre court
me démange toujours...
(Toujours pas trouvé de décors...)

. J'ai trouvé refuge sous le pont...
A l'abri du sable et de la pluie,
mais en plein vent...
Un très grand nombre d'oiseaux
viennent passer la nuit
a mes côtés...
Je me demande si pour eux,
ce n'est qu'une étape
dans leurs migrations...
Je ne dérange plus "Mr Jingle",
et les "ragondins"...
Il y a, je crois, des chauves-souris,
ici, avec moi...
Je ne les vois pas bien...
Mais ça ne vole pas comme un oiseau
ces trucs là...

 

Edito du 20 Septembre 2006 :
...
. J'ai toujours pensé
qu'il était bon d'avoir
une image idéalisé de soi...
Oui, un truc comme ça...
Comme une idole
a laquelle on voudrait ressembler...
Une certaine idée de soi...
Iconisée...
C'est un des thèmes de Jung,
en psycho...
Cette image peut être induite
par une mythologie,
un panthéon de divinité,
ou des héros de romans, ou de ciné,
ou ses propres parents...
C'est une sorte de modèle, quoi...

. Je n'ai jamais trouvé ça,
pour moi...
Et pourtant, j'ai cherché...
Mais je me connais...
Et je ne me fantasme pas...
Je ne me mens pas...
Je ne me berce pas d'illusions...
Et je suis plutôt bien,
d'habitude,
avec moi même...

. Aujourd'hui,
j'ai l'impression
de ne plus me voir...
De n,e plus me percevoir...
Si je passais devant un miroir,
je ne saurais a quoi m'attendre...
Je ne serais pas juste surpris
d'y voir quelque chose,
j'ai juste oublié
ce que je suis supposé y voir...

. Je n'ai pas de but,
autour duquel me construire...
Qui me permette de m'identifier...

 

Edito du 17 Septembre 2006 :
...
. J'ai fait la lessive
pour mon ange aujourd'hui...
Au lavomatique...
Je l'avait encore jamais fait !
J'ai lavé des affaires a moi aussi...
Je recommencerai sans doute souvent...
J'ai appris comment tout marchait...
Ou pas...
Le séchoir, par exemple,
est a éviter...
Il ne sèche rien !
Il ne fait que "chauffer"...
Ce qui fait que si on a
des affaires fragiles
ou qui peuvent fondre,
ça les détruit...
Mais ce qui rendre humide,
ressort humide...
Juste chaud...
Heureusement, par ailleurs,
l'essorage, lui, marche très bien,
et sèche la plupart
des petits vêtements...
J'ai essayé d'aller mettre
le reste en plein soleil,
mais c'est moi qui n'ai pas tenu...
Je pouvais pas les laisser,
je devais rester a côté...
Je me suis chopé
une putain de migraine...

. C'est bête,
mais j'aime bien faire des trucs,
me rendre utile,
et surtout apprendre...
Faire des choses que
je n'avait jamais fait,
si puéril cela puisse-t-il paraître,
tant que ça m'amuse...
Je "maîtrise" et m'ennuie trop vite...

 

Edito du 16 Septembre 2006 :
...
. Hier, je n'ai pour ainsi dire
rien fait...
Je n'ai même pas vu ma bien aimé...
Et pour moi,
c'est aussi ce constat
qui me déprime...
Quand je parle souvent
de profiter de chaque jour,
comme si ce devait être le dernier...
Et ben hier,
c'était une journée de gachée...

. Qu'est-ce qui fait qu'on considère
avoir fait quelque chose
de sa journée ?
Souvent, presque toujours,
c'est du concret...
Un travail accompli,
avec application...
La satisfaction de l'effort
et du but achevé...
Cela peut être aussi
des choses plus légères...
Une rencontre,
une découverte...
Quelque chose...

. Hier soir,
vu que je ne pouvais me connecter
ni rien faire dehors
a cause de la pluie,
j'avais tout le temps
et de la batterie
pour me regarder des trucs...
Et ben forcement,
je suis tombé comme une masse...
Dodo...
Même ce matin,
je dormais encore debout,
malgré une relative
grasse matinée...
Un homme m'a hélé,
pour me reveiller...
"T'endors pas !"
Il portais un baton,
pour marcher...
Un de ces larges batons...
Serait-ce un "compagnon" ?
Il me parle gaiement
des journées du patrimoine,
qu'il va visiter
la tombe de Charlemagne...
M'invite a l'accompagner...
D'en profiter...
Non..

. Pourquoi non ?
Suis-je timide ?
Ai-je peur ?
Non...
Pourquoi ne pas profiter
des occasions,
discuter, fraterniser,
se faire des amis,
et...?
Parce que je n'en ai pas envie.
C'est tout.

. C'est une des nuances
qui me différencie des humains...
Paradoxe,
car en théorie,
les humains prétendent, eux,
être comme moi...
Je m'explique :
Il y a plein de filles et de mecs,
partout sur cette terre,
qui ont envie de s'envoyer en l'air...
Alors pourquoi ne pas se faire mutuellement du bien,
pourquoi ne pas en profiter...?
Pourquoi ?
Parce que moi,
ce n'est qu'avec une personne
que j'en ai envie...
Seulement avec elle...
Les humains, eux,
songent en fait,
a la peur des conséquences,
peur de se faire prendre,
ou que l'autre fasse pareil...
Pas moi...
Je ne suis pas motivé par la peur.
Seulement par l'envie...

 

Edito du 15 Septembre 2006 :
I am Wet...
Yes, it's raining !...

. Il pleut...
Je suis,
et mes affaires,
trempé...
C'est ma faute...
Oh, ce n'est pas parce
que je suis resté sous la pluie,
la plupart du temps,
ce n'est qu'un petit crachin,
c'est parce que cette pluie
a détrempé ma tente...
Et mes affaires...
Et moi...
J'aurais du aller sous les ponts...
J'avais repéré, pourtant...
J'irais probablement ce soir...

. Si on avait été samedi,
j'aurais tenté de faire du "chantage"
a ma belle...
Que l'on prenne une chambre d'hôtel...
Que je sois au sec...
Mais pas sans elle...
Et, de toutes manières,
il y aura probablement
d'autres jours,
d'autres nuits,
de pluie...
C'est a moi de me débrouiller...
Seul...

. Pour écrire,
j'aurais besoin
d'avoir de nouvelles musiques...
Un nouvel album,
a écouter en boucle...
Ce n'est pas "l'inspiration"
qui me manque,
c'est l'énergie...
L'enthousiasme...
Je m'endors...
Pour tout...
Je ne peux plus prétendre
blâmer la chaleur
pour ça...

. Elle me manque...
De ne pouvoir être
avec elle...
Sans cesse,
on me demande
des cigarettes,
voir pire,
réfutant le fait
que je ne fume,
ni ne boit,
ni ne me pique...
Mais c'est elle ma drogue,
mon ivresse,
mon énergie...
C'est d'elle dont je souffre
d'être privé,
même un peu...
Je suis en manque...

 

Edito du 13 Septembre 2006 :
I should wake up...
. A plat...
J'essaie de me dire
que c'est a cause de la chaleur,
mais non...
Là, j'ai le temps,
mais pas la moelle de rien...
J'essaie...
En vain...

. Je...
Je suis tenté de...
Prendre la route...
Le vent...
Partir...
Disparaître...
Tout oublier...
M'évaporer...

. Je me sent découragé...
Tout me semble vain...
Bon sang,
même pas la moelle
d'écrire ici...
Même écrire...
C'est a ce point là...

. Je voudrais tourner,
bosser un petit peu...
Mais je ne veux emmerder personne,
alors...
J'suis trop con...
Envie de rien ,
la moelle de rien...
Pour une fois que je peux
profiter de l'électricité,
je pourrais pas demain,
je m'endors...
Je vais y aller...
Tant pis...
ça sert a rien...
Je fait rien...
---
Ah, si...
J'ai fait une toute petite avancé
microscopique
pour mon court a moi...
Enfin...
ça me suffit...
Il faut que je le tourne...
Je me suis baladé un peu
aujourd'hui,
mais je n'ai pas trouvé,
pas de décors...
Grrrr...
Et il faudrait que
j'imprime le scénario...
Je sais pas comment...

 

Edito du 12 Septembre 2006 :
Unanswrered...
Sans réponse...

. Cela vous est déjà arrivé
d'écrire, d'envoyer un message,
de parler a quelqu'un,
sans pour autant obtenir
la moindre réponse...?
Pas vraiment seulement
le sentiment d'être invisible,
mais plutôt insignifiant,
méprisé, gonflant...
Seuls ceux qui veulent se moquer de vous,
ou vous taxer quelque chose
semblent vous remarquer...

. On envoie des emails,
des SMS,
ou même des baisers...
Et au mieux,
on se fait repousser...
C'est décourageant...
Oui, je sais,
les autres ont leurs propres vies,
on peux tomber au mauvais moment,
je sais tout ça...
Mais très vite,
on se décourage...
Enfin, des êtres comme moi...
La plupart des humains,
eux,
aiment la violence,
les gens qui élèvent la voix,
s'emportent...
ça donne du piment, du tonus
a leur vies...
Sans ces "points d'exclamations",
ils ne font pas attention,
et de même,
aiment souvent a s'emporter
pour presque rien...
Moi, j'aime pas ça...
Moi, je me décourage...
Au bout du compte,
je me dis que ce que je voulais dire,
l'autre s'en fout,
ou le sais déjà...
Que c'est sans intérêt...
Quand il ne m'arrive pas
purement et simplement d'oublier...
Parce qu'il faut passer a autre chose,
pas ruminer,
ou ressasser...
Déjà qu'on me reproche
de plus en plus de me répéter
sans arrêt...

. J'ai l'impression
que la batterie de mon téléphone
tiens beaucoup moins la charge...

 

Edito du 10 Septembre 2006 :
Cohabitation...
. Pour son internat,
mon ange désirait partager
sa chambre,
ne pas se retrouver dans un dortoir
a 50,
mais pas toute seule non plus...
(Et oui, elle n'est pas comme moi !)
Résultat,
si sa chambre d'internat
était une chambre de deux,
jusqu'ici,
elle était resté seule...
Et je pouvais venir la voir
a sa fenêtre...
Lui passant des choses,
a travers les barreaux...
Samedi, après avoir désespéré
de voir arriver une retardataire,
elle s'était habitué
au fait d'avoir sa chambre
rien qu'a elle...
Et elle retrouve des affaires,
sur le lit d'a côté,
en rentrant de cours...
La voici avec une colocataire...

. Quand a moi,
samedi soir,
juste en face de la
ou je plante ma tente,
sur une des îles,
je vis débarquer
une bande de jeunes,
venus pêcher...
Je m'accommode mieux
des espèces de ragondins
qui semblent peu a peu
m'accepter...

. Fait chier les horaires
et les systèmes a la con,
bordel !
C'est super mal foutu !
Toujours tout en même temps,
avec donc des périodes de rien !
On peux pas faire
une chose après l'autre,
tranquille,
non,
c'est l'un ou l'autre !
Moi, pour pouvoir bosser
ou regarder des trucs
sur mon ordi,
je dois avoir ma batterie chargée...
Calculer...
Et donc, des fois,
comme le dimanche,
je n'ai que ça a faire,
plein de temps,
mais pas de batterie,
ni de moyen de charger !
Ce matin,
j'ai passé deux heures,
a rien glander,
a attendre que ça ouvre
pour pouvoir me brancher,
je ne pouvais rien faire d'autres,
et j'ai des milliards de trucs a faire
sur l'ordi !!!!
Sur que je vais en oublier
plus de la moitié...
En plus, les choses s'accumulent
tellement qu'on sais plus
par ou commencer,
qu'on se décourage,
et qu'on en a même oublié !
On en perd l'envie...
Et il n'y a pas que pour ça...
Pour sortir aussi...
Et manger...
Elle va a la cantine
toute la semaine,
sauf le dimanche...
Et ben je vous le donne en mille :
le dimanche TOUTES les sandwicheries
sont fermées !
Tous les magasins aussi !
Super !
Si tu bosses, t'es baisé...
Génial...
Là, j'ai super faim,
mon bide se tortille
et fait du bruit,
mais j'ai pas le temps !!!
Je boufferais ce soir...
Fait chier...

 

Edito du 08 Septembre 2006 :
...
. J'suis fatigué
en ce moment...
Mes pieds, mes jambes,
a force de marcher
de rester debout...
Mais dès que je reste
un peu assis,
je m'endors...
J'arrive pas a me concentrer,
a penser,
si ce n'est en marchant...
Assis, comme ça,
je m'endors...

. J'entends les sabots des chevaux
sur le pavé...
Un instant,
je me demande...
Non...
C'est vrai...
C'est vraiment des chevaux...
Je ne dors pas,
ni n'ai des visions...

. J'ai diné avec elle...
Cela suffit a me rendre heureux...
Vraiment...

. Je plante ma tente,
et je m'endors aussitôt,
sans rien regarder sur l'ordi...
Deux jours que je ne regarde rien...
Trop sommeil...

 

Edito du 07 Septembre 2006 :
Premier Jour a Tours...
. Encore des soucis d'argent...
ça part si vite...
Surtout a boire...
Deux euros par deux euros....
Je prends dans des magasins
des bouteilles de 2 litres,
mais bon...
Et puis, quelques achats,
des bricoles,
pour elle,
et maintenant,
des billets de train...
Au secours !

. Je pensais
reprendre ma méthode
d'une nuit a l'hotel
par semaine...
Pour me laver...
Mais aussi, surtout
et d'abord,,
pour être avec elle...
La nuit du samedi se serait imposé...
Pas cours le lendemain,
le temps pour elle de bosser,
avant et après...
Manger tous les deux le soir
et le midi suivant...
Mais...
Vu les dépenses,
j'hésite maintenant...
Et en plus,
elle n'est pas très partante...
Elle voudrais se consacrer
a ses devoirs...
""""soupir"""
J'aurais aimé qu'elle proteste, moi...
Là, je me dis que
si on a une nuit a nous
par mois,
parti comme c'est parti,
ce sera déjà bien...

. Sinon,
on a très vite pris nos repères
presque nos habitudes,
ici...
On ressent un peu la même chose...
D'un côté,
on s'est habitué , adapté,
extremement vite,
et c'est un peu comme si
on se sentait là depuis longtemps,
et de l'autre,
on réalise pas vraiment...

 

Edito du 06 Septembre 2006 :
In Vivo Veritas...
. Ouais...
Beaucoup trop souvent,
les gens sont fascinés par la mort,
et veulent y voir une logique signifiante
sur la vie...
Trop souvent,
avant même que l'on ai commencer
a décrire ce que fut la vie
du personnage,
on demande comment il est mort...
Quelle importance ?
Quel contrôle a-t-on la dessus
en général ?
Et quelle espèce de lumière
cela peut-il réellement apporter
sur le vécu, le passif,
de la personne en question ?
Mais on veut raccourcir,
caricaturer, simplifier,
et trouver une définition définitive...
On l'a déjà très souvent dit,
ce n'est pas dans la fin,
que ce situe l'important,
c'est dans le voyage,
c'est dans la vie...

. Je songe en ce moment
a deux scripts...
Deux scripts,
deux idées,
ou plutôt
de nouvelles "adaptations"
de plus vieilles idées...
Et le plus absurde,
c'est que je n'ai pas du tout envie
de m'y atteler...
Le premier est le moins pire des deux...
A l'origine,
c'était prévu pour faire un court,
une comédie/parodie délirante
et fauchée,
un pure portnawak,
mettant en scène un sous-tarzan,
et le faisant affronter en particulier
des vahinés venues de l'espace...
Le tout devant être tourné façon serial,
avec effets d'annonces
et gros titres emplis de superlatifs
sur l'écran,
pour d'autres épisodes,
passés et a venir...
Et bien vous savez ce que c'est
ma dernière idée,
celle qui me trotte dans la tête...?
De le retravailler pour en faire
une version premier degrés !
Ultra sombre, violente, dure...
Avouez que c'est con...

. L'autre est basé
sur le "cauchemar"
des gens comme moi,
les gens différents...
Il est un peu dérivé
de l'un de mes vieux concepts,
celui de la "déprogrammation"...
C'est simple :
Un jour, alors que le héros
se promène seul,
des types jaillissent,
l'empoigne,
et l'emporte de force dans une camionnette...
Pour le "rééduquer"...
Parce qu'il n'est pas
comme tout le monde,
qu'il n'est pas normal...
De grès ou de force,
peu importe le temps ou les efforts
que ça prendra,
ils vont le "ramener a la raison",
lui "réapprendre a vivre"...
De telles choses existent...
En Chine, par exemple...
Ou aux états unis...
C'est quoi l'anormalité ?
ça peux être des tas de choses,
être athée dans une communauté croyante,
triste dans une société souriante,
Cela peut être n'importe quoi...
Et outre le fait de devoir choisir
un truc anecdotique,
une "tare" a "stigmatiser"
a martyriser ,
alors que je préférerais rendre le sujet
plus universel,
plus absurde,
plus abstrait,
presque Kafkaïen...
C'est le concept même
qui me révulse...
C'est un tel cauchemar
cette idée
pour moi,
presque une angoisse,
que je refuse de m'y plonger...

. Je me plains
de mes appareils photos...
Pour ne pouvoir prendre
des images
comme je le voudrais...
Mais ce n'est pas l'appareil
qui compte,
c'est celui qui l'utilise...

 

Edito du 04 Septembre 2006 :
Il fait lourd a Tours...
. Pour ce premier jour,
a Tours,
plus que chaud,
il fait lourd...
Je n'arrêtte pas de transpirer
abondamment...

. Mes angoisses d'hier soir
sont parties...
Lors de notre "dernière" nuit...
Moi contre elle blotti...
Notre lit...
Elle a ce don,
de pouvoir faire disparaitre
mes angoisse...
Elle seule...
Les autres la ferait naitre, plutôt...

. Je fait le tour de "notre quartier"
de la ville,
qui inclus gare, cathédrale ,
basilique, château, et Loire...
Plein de trucs...
Je prends déjà mes repères...
Et là, là ou je me disais
que je pourrais dormir,
juste derrière l'internat de mon ange,
a deux pas,
il y a déjà une tente de plantée...
Je suis pas le seul,
c'est déjà ça...


La Loire aux Canards...

. Un homme m'a prévenu
lorsqu'au soir,
je me promenais,
cherchant un coin a moi,
que l'endroit ou je jetais
mon dévolu
était inondé et pire encore,
mal famé,
dangereux...
Des agressions,
des coups de couteaux,
et même des morts,
des cadavres,
me prévint-il...

. Le fait est qu'il y a déjà
ça et là,
d'autres sans abris,
comme moi...
Et contrairement a vous,
nous, on n'est pas très sociaux,
on ne se regroupe pas,
on ne se fait pas confiance...
Trop peur qu'un profite
du sommeil de l'autre
pour le dépouiller...
Mais ça, on le sais...
Du moins, moi...
Alors, je sais que si d'aucun
veulent s'approcher,
s'incruster,
comme il y en a des,
la tension monte vite,
et ça peut très bien dégénérer...
ça, moi, j'éviterais...
Les gens, je les fuis...
Les emmerdes aussi...
Si je vois des gens déjà là,
je passe au large...
Chacun son coin...
Ce coin, en paix,
que notre premier reflexe
est de vouloir defendre,
alors qu'on en a aucun droit,
percevant toutes personnes
"trépassant" comme un envahisseur,
une nuisance,
une agression...
La paix...

. Oh, bien sur,
on peux aussi craindre
les ratonnades...
Les abrutis,
avinés
ou juste frustrés
qui veulent se défouler,
casser du clodos,
nettoyer leurs patelins...
Mais ça, on le contrôle pas...
On y peux rien,
a moins d'aller très loin...
Et moi, je veux rester
auprès d'elle...
Alors qu'y-z-viennent,
je leur ferait gouter la Loire,
voir si l'eau est bonne
pour s'y baigner...

. J'hésite a planter ma tente...
Non que j'ai peur de ce qu'on m'a dit,
mais il fait toujours cette chaleur lourde,
et je ne suis pas fatigué,
ni ensommeillé...
Je ne connais pas cette ville,
ce coin, la nuit...
ça se trouve,
les éboueurs passent a 3 heure,
juste ici...
(Non, pas possible, mais bon...)
Gouter cette nuit,
être attentif a mon environnement...
Non, je n'ai pas peur
pour ma vie,
ou pour mes os,
je sais qu'on ne peux
prévoir l'imprévisible,
que le danger
est bien souvent
inattendu...
Non, j'ai peur
de me faire virer...
D'être rejeté...
De gener...

. Oh putain !
On s'est fait peur mutuellement !
C'est quoi ce truc là...?
C'est gros comme un chat...
Je suis tout au bord de l'eau,
il est sorti de l'eau pile devant moi,
il m'avait probablement pas vu,
a écrire, moi non plus...
Pratiquement nez a nez !
Et merde...
Maintenant,
je veux le photographier...
Je crains bien qu'ici,
en fait,
ce soit son coin,
et que je l'ai envahis...



. Finalement,
j'ai planté ma tente,
et j'ai dormi...
Je voulais que ce soit "réglé"...
Pouvoir rassurer mon ange...
Ou, au moins, ne pas l'inquiéter
si elle m'interrogeais...
Je chercherais peut être
un autre endroit...
Mais le plus sage,
pour être tranquille,
c'est de quitter la ville...
Et je ne veux pas la quitter...
Je veux rester
auprès de ma bien aimé...

 

Edito du 03 Septembre 2006 :
.Partis pour Tours...
Partis pour toujours...?

. Dimanche...
Levés tôt,
et nous voila partis pour une journée
en voiture...

. J'ai beau me l'être répété,
je n'ai pas la sensation de partir,
de quitter cette région...
Non... Surtout pour ne pas y revenir...
Peut être est-ce renforcé
par le trajet en voiture,
ne pas être déraciné,
ne pas être débarrassé
de visages familiers...
Etrange...
La logique dit une chose,
mais les tripes n'y croient pas...
Et j'ai toujours plus fait confiance
a mes tripes,
a mon instinct,
qu'a ma tête...
Tête trop pollué par
les bêtises des gens autour...

. Petit blog
coups de coeur : ici...
Sympa...
----



. La plupart des humains
copie le modèle de créatures
comme moi,
sans en garder le sens...
J'en ai déjà parlé ici,
et j'en reparlerai...
C'est ce qui fait une monstrueuse différence
entre les humains
et les trucs dans mon genre...
Le fond...
Parfois,
on a l'impression d'en être
au même point,
mais on ne va pas au même endroit
et pas pour les mêmes raisons...

. Par exemple,
la marginalisation,
et la rébellion...
Les humains se "rebellent"
pour se la péter...
Pour rigoler...
Pour faire leur intéressant,
pour déconner...
Parfois, certes,
ils sont vraiment paumés...
Mais au final,
pour la plupart,
ils se conforment au modèle
inculqué par leurs parents,
qui leur convient,
qui est le seul qui leur convient...
Et des bébêtes comme moi,
n'y correspondent pas,
tout simplement...
Parfois on se rebellent,
parfois on hésite longuement...
Vu qu'on est plus qu'en minorité
on a des raisons de douter...
Vu qu'aucun modèle
ne nous correspond,
et que tout ici est fait
pour se conformer a un modèle pré établi,
pas si évident d'oser,
simplement,
faire, être,
ce qui nous correspond...
Mais on n'échappe pas
a ce qu'on est...
Et on finis bien,
si de désespoir,
on se s'est pas tué avant,
a être ce qu'on est,
tout simplement...

. Mais c'est décourageant...
On crois, on voudrais,
pouvoir communiquer,
s'identifier,
correspondre aux humains,
vraiment...
On ne "joue" pas,
contrairement a eux...
C'est d'ailleurs
une des choses
qui les rende insondable
pour moi...
Sur le papier,
je peux comprendre,
mais avec mes tripes,
jamais...

Comme dans un ascenseur...
. En arrivant,
l'angoisse...
Je le savais,
mais je ne réalisais pas...
C'est une grande ville...
Une putain de grande ville...
Et elle est au milieu...
C'est gris...
Le ciel,
les immeubles,
mon moral,
tout...
Une putain de grande ville...
Je n'ai nulle part...
Pas de montagne,
de forèt...
Que des immeubles,
partout...
Je n'ai pas les boyaux
qui font du tricots,
quand même pas,
(encore...?)
mais...
Le poids...
Dans l'estomac...
La peur...
Comme dans un ascenseur...
L'estomac ou le coeur
reste en place
quand le reste
monte ou descend,
et il vous remonte
en dedans...
Beuhhheuhhh...
Le décalage...
L'effet "ascenseur"...
C'est ma "dernière" nuit
avec elle,
dans l'hôtel...
Et je ne peux m'empêcher
de penser a demain...
Pas l'avenir, avenir...
Juste demain...
Ou, comment dormir...?
Je ne dois penser qu'a elle...
Qu'a nous...
Demain...
On verra bien...
Je l'aime...
Et c'est tout ce qui compte...
C'est ça le plus important...


...



Edito et notes d'intentions :

Bienvenue sur le site du darkcowboy , et sur son blog , Bonsoir,
. Sachez que toutes remarques,critiques ou suggestions sont les bienvenues, a la condition d'être construtifs et raisonnables...
. Ensuite,apprennez que dans mon esprit d'ancien hippie post soixante huitard,je ne crois pas a la possession des choses ,en clair,tout ce qui ce trouve sur ces pages est libre de droit ! D'exploitation ,de copie,de diffusion ,de tout ce que vous voudrez... Si je veux le garder pour moi, je ne l'y met pas, et c'est tout...
. Cependant,bien sur, si je vous ai pris en photo et que vous ne voulez pas que votre image soit diffusée aux quatre vents, reclamez, je la retirerai...
. Et enfin,il ne faut pas oublier que ce ne sont que des pages persos, pas un vrai site.A un moment,il va être plein et il faudra degager des vieux trucs pour faire places aux nouveaux... Alors,telechargez si quelque chose vous plait,avant que cela ne disparaisse...

. Avertissement :
Depuis le 31 décembre 2004, je suis officiellement sans domicile fixe.
Je devrais neanmoins reussir a payer mon abonnement,
maintenant ce blog et ma boite email...
Cependant, je ne pourrais les consulter et les mettre a jour,
non au gré de mes envies, mais plus dependament de mes moyens techniques.
Patience donc...
Et n'ayez crainte...
Si vous ne voyez pas signe de vie pendant un mois ou deux, je ne suis pas forcement mort,
inutile de se rejouir pour moi,
mais dans l'incapacité temporaire de me connecter pour mettre a jour.


Précedents Editos : Aout 06 - Juillet 06 - Juin 06 - Mai 06 - Avril 06 - Mars 06 - Février 06 - Janvier 06 - Decembre 05 - Novembre 05 - Octobre 05 - Septembre 05 -Aout 05 - Juillet 05 -Juin 05 - Mai 05 - Avril 05 - Mars 05 - Fevrier 05 - Janvier 05 - Decembre 04 - Novembre 04 - Octobre 04 - Septembre 04 - Aout 04 - Juillet 04 - Juin 04 - Mai 04 - Avril 04 - Mars 04 - Fevrier 04 - Janvier 04 - Decembre 03 - Novembre 03 - Octobre 03 - Septembre 03 - Aout 03 - Juillet 03 - Juin 03- Mai 03 - Avril 03 - Mars 03 - Fevrier 03 -Janvier 03 -Decembre 02 -Novembre 02 - Octobre 02 -Septembre 02 -Aout 02 - Juillet 02 -


Ecrivez-moi :
darkcowboy@wanadoo.fr