Edito du 29 Decembre 2004 :
Tomorrow I'll be gone...
. Je crois qu'ici,
personne ne realise vraiment mon départ,
demain...
Même moi...
C'est etrange...

. C'est probablement mon dernier edito...
Je ne pense pas que j'aurais le temps d'ecrire
ou de mettre en ligne demain,
avant de partir...
Et après...
Après...
Qui sais...?

. C'est etrange, cette sorte de distance....
On s'imagine le depart comme,
je ne sais pas,
quelque chose de...
Et cela semble être un jour comme un autre...
On fait tout comme,
comme si il y avait un lendemain,
comme si...
De rien n'etait...
C'est mieux, c'est vrai...
Et je prefère...
Ne pas deranger...
Ne pas attirer l'attention...
Ne pas faire de vagues...
Mais c'est presque ireel...

. Je regarde encore une fois
toutes ces choses
que je vais laisser derrière moi...
Tous ces livres...
Ces films...
Mais surtout ces lieux si familiers...
Toutes ces choses...
Ça me serre un peu a l'interieur,
comme un pincement au coeur,
une boule dans l'estomac...
Mais peu importe tout ça en verité...
Les choses ne comptent pas vraiment.
Seuls les être comptent,
et les sentiments...

. Alors...
Peut être a bientôt...
Ou peut être Adieu...
On ne sais jamais...
La vie peut être aussi merveilleuse quelques fois...

 

Edito du 27 Decembre 2004 :
...
. Rien ne m'attends au dehors...
Rien...
Et je ne manquerais a personne vraiment...
Je voudrais savoir,
avoir une idée...
Je ne sais pas ce que je vais faire,
ou je vais habiter...
De quoi je vais vivre...
Ou...
Et comment...
Je ne sais pas...

. Mais quoi qu'il advienne,
on ne revient jamais en arrière...
On ne revis jamais le passé...
Il faut aller de l'avant...
Avancer, marcher, changer,
s'adapter, rever, se battre...
Construire...

. They say :
Sell your soul for fortune and glory.
I don't want any.
It doesn't make me happy.
And my soul is her's.
And that make me happy...

. Hier soir, je lui ai parlé au téléphone...
J'avais été mal toute la journée,
j'avais même tenté de l'appeller,
en vain...
En quelques instants, sa voix,
sa presence, sa chaleur,
a enlevé toute souffrance,
toute angoisse en moi...
Ici, j'ai annoncé a d'aucun mon départ,
sans heurts, ni passion...
Elle s'est inquieté...
Rassurée du fait que rien ne s'etait mal passé,
elle m'a demandé d'un ton mutin
si j'avais dis pourquoi je partait...
Je lui ai repondu non...
Et le plus naturellement du monde,
je lui ai repondu que je ne leur avais pas dis
que c'est pour être auprès d'elle,
que je partais...
En disant ces mots, je realisais,
que c'etait vraiment cela...
J'etais heureux, soulagé...
Oui, j'ai un but...
Je sais ou je vais, et pourquoi...
Je vais auprès de mon aimée...
De mon tendre amour...
Elle chasse tous mes doutes,
toutes mes peurs,
tous mes chagrins...
Elle donne un sens et un espoir a ma vie...
Elle est mon but...
Son bonheur...Mon espoir...
Ma merveilleuse...
Mon ange...
Mon amour...

. Elle illumine ma vie,
me rend si heureux...
....

. Sans elle, je ne vais plus guère sur le net...
Plus envie...
Et plus que le manque de faire une chose,
comme aller sur le net,
me manque cruellement l'envie de ces choses...
Je manques d'envies...

 

Edito du 26 Decembre 2004 :
Real, Hard and Strong...
. Sometimes, I need it hard...
Sometimes, I need to hurt myself...
To feel something,
something real...
This world is so soft,
so undisturbing...
Sometimes, you're not even sure
what's real anymore...
If you're yourself alive or what...
You need pain,
you need blood...
Sometimes...
To feel your flesh, your blood,
your body, alive, real,
out of lies and apparences...

. It's one of the reason I get to go...
The savage within me...
The brute, who hates politics,
diplomacy, hypocrisies...
Who do it all or don't...

. Je suis un animal...
Un barbare...
Une bête sauvage...
Je l'ai toujours été...
Le serais toujours...
Capable de mordre,
ou d'une indefectible fidelité...
Seulement deguisé en humain...
Je suis plus simple qu'eux...

. Mon ange a peur de ma sauvagerie,
parfois...
De mes difficultés a être
comme les humains...
Parfois, la vie, et tout la degoutte...
(Moi aussi...)
Et elle voudrais être seule...
Seule...
Crier...
Tout rejetter....Tout balancer...
Faire sortir ce mal qui vous ronge
a l'interieur...

. J'ai besoin de la serrer contre moi...
Fort...
Jusqu'a en avoir mal...
Qu'elle me serre aussi...
Qu'elle me morde,
qu'elle me griffe...
La sentir dans mes bras...
Fort...
Si fort...

. Comme un cri,
trop longtemps retenu au fond du ventre,
qu'on voudrais liberer...
Qu'on n'osait pas exprimer...
Par peur de deranger...
L'envie de pousser ce cri,
de se vider,
de hurler jusqu'a l'hysterie...
Frapper les murs,
se cogner,
encore et encore...
Se faire mal...
S'epuiser...
Eclater en sanglots...
Pleurer...
Craquer...
Et essayer d'arretter de trembler,
après...

. Je voudrais tant pouvoir la soulager...
La rendre heureuse...
Chasser tous ses problèmes,
tous ses soucis...
La garder contre moi...
A l'abri...

. A force d'être seuls,
incompris, rejettés, trahis,
on develloppe une resistance au bonheur,
on s'en mefie,
on ne connais pas...
On se dis qu'on merite pas...
On finis par se detester soi,
comme vouloir se punir...
Dans cette société,
ou tout n'est qu'apparences,
mensonges et mesquineries,
ou tout s'achète et se vend,
pleine d'hypocrisie larvée,
et de voies detournées,
on n'ose plus croire au bonheur,
que ça puisse exister...
L'honnetteté...
La sincerité...
Que quelqu'un qui soit gentil
soit rellement desinteressé,
ne veuille pas nous demander quelque chose,
profiter de nous...
Voies viciées...
Monde cynique...
Moi, je veux croire a l'amour,
aux rèves, a la magie,
a l'impossible...
Et si je suis fou, tant pis...
Si j'en meurs aussi...

 

Edito du 25 Decembre 2004 :
...
. I just need to be by myself
for a while...
Without thinking, worrying,
about peoples, things, time or place...
Just breathing...
Je pourrais avoir un boulot,
ou un autre,
depuis longtemps...
Je pourrais être riche,
même celèbre...
Faire du cinema, de la chanson...
Une carrière...
Baiser des tas de femmes et d'hommes,
certains tombant même amoureux de moi...
Mais tout ça n'a aucun interèt pour moi...
L'argent, la "reussite", la gloire...
Je veux me sentir bien...
L'argent et le mepris vis a vis des autres
ne m'a jamais rendu heureux...
La seule chose, jusqu'ici,
c'est d'être, moi, amoureux...
Le reste est vain...

. J'en ai marre d'essayer de parler
avec des gens qui ne comprennent rien
a ce que je dis...
A faire d'immenses efforts
pour me faire comprendre...
Pour finalement realiser
que ça ne les interesse pas...

. "Adieu", a l'origine,
n'est pas un au revoir a jamais...
Cela ne signifiait pas
"on se retrouve dans l'autre monde"...
C'est un raccourci de :
"Plaise a Dieu qu'on puisse se revoir un jour..."
C'est un "on ne sais jamais...".
Mais ce n'etait pas un rendez vous,
ni une rupture...

. Croyez-vous au destin ?
A la fatalité ?
A la chance ?
Ou plus a l'accord des choses,
des evenements, des circonstances ?

 

Edito du 24 Decembre 2004 :
Stranger to their joy and happinness...
. Hier, a mon magasin de comics,
j'ai fini ma carte de fidelité...
Je devais profiter de la ristourne
au prochain achat,
mais comme je ne revenais pas,
il m'a fallu trouver,
pour cette somme quelque chose...
Ce fut "L'heure des sorcières",
de Jeph Loeb et Chris Bachalo...
Mon cadeau de noel....

. Je suis le mouton noir
de ma famille...
La cinquième roue du carosse...
Mais donc, la roue de secours...
Dès qu'il y a un problème,
qui c'est qu'on appelle a l'aide ?
Moi...
Bonne poire...

. Je trouve que l'aspect "catho" de noel
revient en force...
Messe, chants de minuit, etc...
Oh, j'ai rien contre les cathos...
Ni contre les autres religions d'ailleurs...
C'est juste que moi...
Pas trop...

. Il y a une expression
qui dite que
"Les prisonniers finissent toujours par sortir,
par s'evader...
Les gardiens, eux, restent a jamais dans la prison..."
It's time to get away...

. Je me sentais mal a leur soirée...
Je deviens de plus en plus misanthrope
j'ai l'impression...
J'etais si mal a un moment,
refugié dans un coin de la cuisine,
que c'etait comme si je sentais a nouveau
les coupures sur mes bras...
Je les sentais...
Envie de prendre un couteau, et de...
Non...
Il faut que je pense a elle...
A elle...
Je voudrais me couper du reste du monde,
a part elle...
Ne plus exister que pour elle...
Comme un secret, un fantôme...
Elle est la seule que je veux près de moi...

. Comble du grotesque,
pour noel,
on m'a offert une bouteille de champagne !
C'est tellement con
que c'en est risible...
Moi qui ai tatoué sur mon poignet "never",
pour "jamais je ne boierais d'alcool,
ni ne prendrais de drogue"...

. Ils sont heureux...
Ils sont biens...Ils rient...
Pourquoi je me sent si mal parmi eux ?
Pas a ma place ?
Pourquoi je ne peux être heureux avec eux ?
Comme eux ?
Puis-je seulement être heureux ?
Oui...
Elle m'a prouvé que oui...
Mais a force d'être avec eux,
je culpabilise de ne pas être comme eux...
Quand je les vois , des fois je me dis
qu'ils devraient être "un modèle a suivre"...
Mais ça ne me fait pas envie...
Du tout...
Alors, je me dis que c'est peut être
le bonheur qui ne me dis rien...
Je ne sais pas...

. I need to get outta here...
To breath...
To be alone...
By myself...

 

Edito du 23 Decembre 2004 :
Dernière virée a Paris...
. J'ai été a Paris aujourd'hui...
Probablement la dernière fois...
Avant longtemps...
J'ai été au cinéma, aux comics...
J'ai un peu trainé...
Même si j'ai surtout fait des courses...
Des Halles jusqu'a la Samaritaine...
A la recherche d'une etiquette,
pour mon grand sac...
Obligatoire dans les trains...
Mais presqu'impossible a trouver...

. Je devais aussi me trouver
un autre chapeau...
Mais je n'en ai pas trouvé...
Par contre...
J'ai craqué devant un haut...
Pour mon ange...
Quand je l'ai vu, j'ai pensé a elle...
Alors, je lui ai pris...
J'espère que c'est sa taille...
De toutes façons,
c'etait le dernier qui restait...
Et c'est rien...
Mais c'est pour noël...
J'ignore pourquoi je me rejouis tant
a l'idée de lui offrire quelque chose pour noël...
Moi qui deteste les fêtes et les cadeaux,
habituellement...

. J'ai croisé deux personnes de mon forum,
un couple d'amoureux...
On a parlé des fêtes,
de nos projets dans la vie...
La Bretagne sans doute pour eux...

. En rentrant, je stressait...
Retard...
Et j'ai realisé...
Voila une raison majeur,
pour laquelle je pars...
Ne plus avoir d'horaire...
Je ne stressais pas pour moi-même,
mais pour les reactions a mon retard...
Ne plus avoir a ma soucier de personne,
a part elle...
Faire ce que je veux,
quand je veux...

. Je ne survivrais pas tout seul,
je le sais...
Mais je veux être seul avec moi...
Vivre libre pour un temps...
Surtout que j'ai, a present,
une raison de vivre...
Mais, au bout du compte,
je devrais certainement me reintegrer
a la société...
Et me sociabiliser...
Parler aux gens...
Me faire des amis...?
Pas rester dans mon coin en autharcie...

 

Edito du 22 Decembre 2004 :
No life...
. Handicapés de la vie...
Voila comment on s'appelle parfois,
ironiquement...
Nous, repliés sur nous même,
enfermés devant nos ecrans,
presqu'incapables de sortir,
d'avoir une discussion,
de vivre en société,
de parler d'autre chose que de film
ou de musique...
Car nous n'avons rien d'autre de quoi parler...

. Stop Waiting !
Start Living !
Live every day
like it could be the last,
so, when it will be the last,
you'll have no regrets...

. Je n'ai pas dis
a de nombreuses personnes
que je partait...
Je ne veux pas de questions,
pas de remarques, de commentaires,
de reflexions, ou d'effusions...
Ils n'avaient qu'a profiter de moi,
tant que j'etais la,
sans attendre le dernier moment...

. Cette année sortira "The island",
ou des personnes apprennent
qu'ils sont des clones,
destinés a être utilisés comme banque d'organe...
Ce postulat, un peu comme celui de Matrix,
part de la revelation faite
que le monde n'est pas ce qu'ils croyaient,
et que la "société" profitent et se nourrit d'eux,
les reduisant a l'etat d' "esclaves"...
Payant leurs impots ?
Soumis aux lois ?
On remarquera qu'ils viendront
par moment,
a regretter le "paradis perdu"
de l'innocence,
et de l'ignorance...

. Beaucoup de gens se complaisent
dans la souffrance,
les plaintes et les gemissements,
le statut de victime...

. En verité,
je n'arrive même pas a imaginer
ce qui va m'arriver...
Pas la moindre idée...
Aucune projection...
Rien...
Mais en regardant le passé,
je constate que j'ai pratiquement tout oublié...
Je regarde des photos,
des photos ou je figure...
Et elles ne me rappellent rien...
Le passé et le futur
n'existent pas pour moi...
Le present...
Rien que le present a present...

. Il y a des années qui passent
comme un rien...
Sans que rien, vraiment,
ne semble s'y passer,
du moins nous atteindre...
Et des jours, des heures,
qui restent gravés a jamais,
dans lequelles tant de choses arrivent...
Des choses si importantes...

. Parfois, on se demande
ce qu'on ferait
si on etait riche...
Riche en argent ?
Pour se payer quoi ?
La tranquilité, la routine, l'ennui ?
Passer d'une pièce a l'autre,
dans un espace confiné,
sans ressentir le vent,
ou de relles emotions ?
Pouvoir être a la retraite déja ?
Comme en maison de retraite ?
Ce n'est pas ça la vie...
Je prefère être riche de vie,
d'experiences, de sensations,
de vecu, de joies,
et de peines, de faim et de froid
qui me font plus encore savourer
les joies et les douceurs de la vie...

. Elle etait sur la route aujourd'hui...
Elle devais m'appeller en arrivant...
Il etait 22h25 et toujours rien...
J'etait inquiet...
Oui, inquiet...Pour elle...
Tant de choses peuvent arriver,
tant d'accidents, sur la route...
Le telephone sonne !!!
C'est elle... Personne d'autre...
Rien qu'elle...
Sa voix...
Elle ne sais si on pourra se parler demain...
On ne sais jamais trop quoi se dire...
Mais on a tant besoin d'entendre
la voix l'un de l'autre...
Le souffle...
La respiration...

. Aujourd'hui, c'est son anniversaire...
Et elle l'a passé sur la route...
Elle n'a pas eu de cadeaux...
Mon pauvre amour...
Bientôt, on pourra être ensemble...
Elle et moi...
Un jour comme celui-la...
Je pourrais l'emener diner, danser,
la faire sourire...
Lui offrir des fleurs...
Un ou deux cadeaux...
Et la serrer contre mon coeur,
qui ne bat que grace a elle...

. Les batteries de nos téléphones
menacent de rendre l'ame...
On doit raccrocher...
Mais la joie est dans nos coeur,
le sourire sur nos lèvres...
On s'aime...
Bêtement...
On est heureux...
Pour un instant...
Un instant qu'on voudrais prolonger...
Garder pour l'étérnité...
Et qu'on voudrais que personne
ne vienne le troubler,
ni le gacher...

 

Edito du 21 Decembre 2004 :
Perdu sans déprime...
. D'habitude,
a cette epoque de l'année,
je suis assez depressif, deprimé...
Mais cette année,
il y a quelqu'un dans mon coeur...
Pour la première fois depuis si longtemps...
Elle n'est pas auprès de moi,
mais elle est la...
L'approche du depart,
l'angoisse et le stress,
et cette etrange "manque" de detresse...
On s'habitue a être depressif...
A être dans cet etat...
Et quand on ne l'est plus,
je me sent...etrange...
Comme si je ne savais quoi eprouver,
quoi ressentir...
Un peu perdu...
Je suis comme destabilisé...
Ma deprime me manque presque,
parce que je m'y etais si habitué,
elle faisait tant partie de moi...
Je ne sais presque rien ressentir d'autre...
Et je me sent perdu...Etrange...

. Parfois, je voudrais ne plus penser...
Pour ne plus douter,
ne plus me ronger...
Ne plus...
Être simplement vide, et serein...
Et d'autres fois, je me sent etrange,
comme dans le coltard,
et je realise que je ne pense a rien...

. Le desordre ici règne encore...
Moi si maniaque autrefois,
et encore quelque fois...
Pourtant, j'aime le chaos...
Pour moi, l'ordre, c'est figé,
c'est la mort...
On n'ose plus y toucher,
de peur de mettre du desordre...
Je repugne encore a tout ranger,
a rendre ces lieux steriles, froids,
morts, vidées...
C'est comme le joyeux desordre
qui règne sous un lit...
En s'y penchant, on retrouve milles tresors...
Je rechigne a oter la vie,
l'ame de ces lieux...

. Je serais toujours un mystique,
pas un dogmatique...
Les religion pretendent posseder "la" reponse,
"la" verité...
Un mystique ouvre les yeux
et son esprit et s'emerveille...
Les fanatiques obtus me font toujours penser
a la très celèbre parabole de l'elephant...
Trois aveugles autour d'un elephant,
qui en touche la queux croit a une corde,
qui en touche la trompe crois a un tronc d'arbre,
qui en touche le flanc crois a un mur...
Chacun bloqué sur son idée,
sa conception de la realité...
Fermé...
Les horloges bloqués,
l'evolution aussi...
Pas moi...
Il y a beaucoup de chose a decouvrir...
En ce monde,
et en moi -même...

. Quand je lui parle,
je me sens heureux...
Comme leger...
Comme un poid qu'on m'enlève
qui me serrait a l'interieur...
Mais sans elle...
Je resent encore ce poids...

. Je vais abandonner
la certitudes, le confort, les biens
pour le froid, la faim, l'inconnu...
Et pire encore...
Si ça, c'est pas de la connerie pure,
je sais pas ce que c'est...

. Je me dis que je vais crever de froid...
Ou y perdre des doigts...
Ou un pied...

. Il faut que j'arrètte ça !
Que j'arrètte de me ronger !
Même ici, ça ne sert a rien,
c'est gonflant !
Il faut que je parle et que je pense
au present !

 

Edito du 20 Decembre 2004 :
Adulescent, moi ?...
. J'ai peut être le comportement,
l'apparence, ou la mentalité
d'un adolescent,
mais j'ai presque 30 ans !
Il ne faudrait pas l'oublier...
Oh, je ne m'en plaint pas...
Aucune plainte ni regret...
C'est une chance d'avoir pu prolonger
son enfance si longtemps...
Je n'etait pas pressé...
Je ne le suis toujours pas,
c'est un peu le problème...

. Enfant ou adolescent ?
Je ne sais vraiment...
Enfant, je serieux devenu serieux,
adulte dans ma tête bien trop tôt...
Alors, cette longue adolescence
etait plus pour moi une seconde enfance,
pleine de jouets, de gadgets et d'emerveillement,
qu'une adolescence...

. Je ne me considère pas comme adulte, cela dit...
Il me faudra du temps...
Des epreuves...
Pour murir...
Les 30 ans, je les aurais en 2006...
Serais-je adulte alors ?
J'essairais...
Pour elle...

. Je regarde en riant
toutes ces histoires d'adultes
qui refusent de partir des chez leur parents...
Ces histoires se veulent critiques,
comme envers des enfants
refusant de grandir,
moi je trouve qu'ils decrivent
des familles unies,
des enfants bien ou ils sont...
Si ils partent, la plupart du temps,
ce n'est pas pour ailleurs,
c'est par ras-le-cul des parents...
Et on voudrais critiquer cela ?
Que les familles n'explosent pas ?

. Je crois que je vais decrocher d'internet,
avant de partir...
L'ordinateur de mon ange est en panne...
Donc...
Plus grand interèt a aller
sur le net...
Pour moi...

. J'ai essayé de prendre
quelques numéros de téléphone,
et adresses,
avant de partir...
Mais a quoi bon ?
Si on ne reste pas en contact...
Très vite, ils ne sont plus bon...
Le monde tourne...
Si vite...
J'ai plein de numeros qui ne sont plus valables...

. Il faudra que j'apprennes mieux
a gerer un budget...
Moi qui profite toujours de l'instant present,
sans songer aux lendemains...
Profitant pleinement...

. J'ai peur...
Peur de vivre...
Peur de mourir...
Peur de ne pas oser...
Peur de faire souffrir...

 

Edito du 19 Decembre 2004 :
...
. Il faut savoir se perdre,
pour reussir a se trouver...

. Lorsque je serais pris dans l'engrenage,
de payer ses loyers,
d'avoir besoin d'un revenue pour payer,
etct, etc...
Je nne serais plus libre...
Si je veux partir a l'aventure,
c'est maintenant ou jamais...

. J'ai passé une bonne part
de la journée a charger
des films sur le disque dur externe
que j'ai acheté...
J'ai envie d'arretter...
Cesser de collecter le passé...
De m'y raccrocher...
Ne laisser de la place
qu'aux nouvelles choses,
sans s'encombrer des ombres du passé...

. Je me suis cassé un ongle...
Cela me gène pour ecrire...
C'est comme si je manquait une marche !
C'est destabilisant, genant,
pour ecrire...
Taper, je veux dire...

. On pourrais se demander
pourquoi je n'ai pas profité
des ces dernières semaines
pour aller en soirée a Paris...
La reponse est simple :
Je n'en avait pas envie !
Et, après tout,
rien ne m'empechera
de remonter sur Paris pour ça...
Car je me doute que les soirées gothiques
ne doivent pas être legion
loin de Paris...
Déja que sur Paris,
il n'y en a pas tant que ça...

. Je suis en train de mettre
mes pantalons dans mon sac...
J'ai quelques chemises a laver...
Les trucs les plus chiants,
ça va être une paire de botte de rechange,
et un manteau...
Je crois que c'est paradoxalement le cuir
qui va aller dans le sac...
L'autre est plus chaud...
C'est un manteau de femme...
Mais ça, je m'en fous complètement...
Son défaut,
c'est qu'il n'a pas de poches interieurs...

. Ta vie va être entre tes mains, mec...
Qu'est-ce que tu fais ?
Qu'est-ce que tu vas faire ?
Tout bousiller,
tout foutre en l'air,
pour jouer au plus malin ?
Ou construire demain ?
J'ai toujours peur...
L'angoisse...
Je sais que c'est la meilleure chose a faire...
Mais c'est dur...
D'habitude, les gens partent
motivés par la colère, le rejet,
ou alors motivés par ce qui les attend ailleurs,
une certitude, un projet...
Moi, rien de tout ça...
J'suis decidement pas normal...
Pas de colère, ni de rejet...
Ce dont je me felicite...
Et pas de projet...
Le grand néant...
J'ai peur...
Je ne sais pas ce qui m'attend...
Mais on a rien sans rien,
il faut se decider au bout d'un moment...

. Putain, j'ai eu toute ma vie
pour me demander ce que je veux faire,
il serait plus que temps !
Je vais me foutre au pied du mur,
et advienne que pourra...
On verra...
C'est la qu'on doit faire ses preuves...
Faire face au vide...
Affronter le monde,
affrontter la vie !
Et s'accomplir, se depasser,
se reveler...
J'ai peur...
Mais il faut cesser d'avoir peur !
De trembler !
De subir la vie !

. J'ai juste de mauvaises references...
J'imagine toujours le pire...
C'est comme si j'essayais de voir une histoire,
en m'attendant a un tout autre type d'histoire,
et je ne sais profiter, prendre
ce qui m'est donné...

. Je ne vivais pas...
Je profitais de l'existence,
mais sans but, sans interèt,
sans volonté...
Sans force...
Et je ne le trouverais pas
en restant ici,
assis sans rien faire...
Il faut se jeter a l'eau...

. Putain !
Je rabache !
Je radotte comme un vieux senile !
Je dois arretter ça !
Il faut avancer !
Cesser de gemir et de repetter
les mêmes choses !
Avancer un peu !

 

Edito du 18 Decembre 2004 :
Le doute est un cancer...
. J'ai la peur chevillée au ventre...
Elle me remonte doucement a la gorge...
Peur de l'inconnu...
Du lendemain...
La perte de tous repères,
de toutes certitudes,
de toute securité...
Et cette lache tentation de reculer,
de ne pas oser,
de rester a l'abri...

. Il pleut dehors...
Il y a du vent...
L'hiver s'annonce glaçant, meurtrier...
Et bientôt, je serais dehors...
Par ce temps...
C'est en quelque sorte une epreuve que je m'impose...
Affronter le danger,
les tenèbres, les doutes,
la tentation et le froid...
Et survivre,
seul,
par moi même...
Grandir...
Apprendre...
Murir et m'adapter...
J'ai peur,
mais j'ai toujours affronté mes peurs,
pour les vaincre...

. Je crois que j'ai surtout peur de me retrouver
seul face a moi même...
Que j'ai peur de moi...
Que je me revèle ,
cessant de pouvoir me cacher
derrière des films,
ou ma famille...
Seul, face a moi...

. Mais il le faut.
Je le dois !
Il est plus que temps.
Être un homme...
Prendre en main mon destin...
Seul.
Loin du confort,
faire des efforts,
faires des choix,
et les assumer.
Ne plus dire "comme tu veux",
savoir ce que je veux...

. Mais j'ai peur...
Car je sais ce que je veux
au fond de moi...
Et ce n'est pas faire face a ça
que je devrais faire,
mais l'affronter,
le depasser,
pour me transformer, moi...
Car ce que je veux,
au fond de moi,
on le sais...
Et si il n'y a plus d'echapatoires...
Si mes choix n'engagent plus que moi,
personne d'autre,
et qu'ils determinent ma vie ou ma mort...
Serais-je assez fort...?
Pour croire a demain...?
Pour vouloir vivre enfin...?..

. Mon ange a raison...
Je dois cesser de me torturer
a propos d'un avanir incertains,
prendre les choses comme elles viennent,
ne pas chercher a planifier...
On verra bien...
Elle a raison...

. Je crois que c'est l'aprehension,
le doute, les hesitations,
sont causés par le temps...
J'aurais du prendre ma decision,
et partir aussitôt.
Comme ça...
Plus spontané,
moins "premedité"...
Ce n'est pas bon de faire trainer,
jamais...
Il faut faire, avancer, apprendre,
et ne jamais regretter

. Un pas a la fois...
Une chose après l'autre...
Faire chaque chose entièrement,
en les gouttant...
Sans stresser..
Sans penser a l'avenir,
ou au passé...
Une chose a la fois...
Vis au present.

. Il ne faut pas douter.
Critiquer, oui.
Changer d'accord,
mais douter, hesiter,
jamais, non...
C'est la peur,
qui te ronge comme un cancer...
Il ne faut pas trop penser,
ne jamais hesiter.
Il faut agir !
Le reste n'est que torture inutile....
Le stress, l'angoisse n'amène rien.
Rien de bon, en tout cas.

. Les choses les plus importantes,
sont parfois difficilles a faire...
Et l'on obtiens rien sans sacrifice...
Sans un jour, oser...
Il y aura toujours une excuse,
toujours une bonne raison,
pour ne pas faire les choses...
En general, on attends d'y être contraint...
Laches que nous sommes...
Je ne veux pas...
Je veux être maitre de mon destin.
Ne rejetter la responsabilité
de mes actes, de mes choix,
sur qui ou quoi que ce soit.
Il faut savoir avancer...
Defier, braver le vent et l'adversité...
J'ai peur...
Le ventre serré...

. Je viens de recevoir un SMS,
de quelqu'un qui fait aujourd'hui,
ce que je vais faire.
Tout quitter...
Pour une autre vie...
Et l'amour...

 

Edito du 17 Decembre 2004 :
Le vent froid de l'hiver...
. Ce mois de decembre
est en train de s'ecouler, de filer,
plus vite qu'un rève...
Cela semble preque irreel...
15 jours,
moins que ça,
et je ne serais plus la...

. Au dehors,
un hiver rigoureux s'annonce...

. "Soumet-toi aux lois de ce monde,
de la société et de l'humanité...
Fais-toi hypocrite et menteur,
deviens l'un des nôtres,
veule , frustré, obtus et gouailleur...
Soumets-toi,
ou on te brisera,
de force, on te soumettra..."

Voila ce que j'ai l'impression d'entendre,
quelques fois...
Et bien, va pour la force...
Vous ne m'aurez pas vivant,
en tout cas...

. Le silence accroit la souffrance...
La detresse...
L'incomprehension...
C'est donc cela l'utilité première de ce blog,
parler, m'ouvrir, m'exprimer,
comme je ne peux le faire autrement,
ou presque pas...
Tout est ecrit, tout est dit...
Il n'y a plus qu'a lire,
il n'y a plus qu'a ecouter.
A faire l'effort, a savoir comprendre,
a pouvoir le faire.
Mais pour moi ce sera sorti,
cela ne me rongera plus,
et je pourrais avancer.
Vous, vos mensonges, vos regrets
sont vos certitudes.
Votre douleur, vous la cherissez,
car elle vous est familière,
et vous pouvez la controler...
Tout plutôt que l'incertitude...
Et bien moi, j'ai besoin de ça...

. Je realise neanmoins,
que je veux
de moins en moins
parler de mon départ...
Je n'en ai parlé qu'a peu,
finalement...
Je ne veux pas m'en justifier,
ou l'expliquer...
Je ne veux pas en parler,
comme on le fait
d'un de ses projet
qu'on ne realise jamais...
Vous avez déja remarqué ça ?
Les gens qui parlent beaucoup d'une chose,
d'un projet, d'une théorie,
qu'ils ne se decident jamais a faire...
Faisant, par contraire,
ce dont ils n'avaient pas parlés...
J'ai lu, quelque part,
"Nos actes n'ont que peu de rapports
avec nos pensées,
nos croyances...".
Mais moi, je les crois plus revelateurs...

. Don't dream it, be it...

 

Edito du 16 Decembre 2004 :
Années Sabathiques...
. Egoiste...
Ou pire, salaud, pourri,
irresponsable,
et j'en passe et des meilleurs...
Je vais ma faire traiter
de pas mal de noms comme ça...
J'ai l'habitude qu'on m'insulte,
qu'on cherche a me blesser,
qu'on cherche a me provoquer,
me rabaisser...
On m'a toujours reproché d'être libre,
cela ne va pas s'arranger...

. Souvent, ils nous reprochent plus,
en fait,
d'être vivants, que morts.
Lorsque vivent moins d'une demi vie,
patlant sans cesse d'obligations,
des choses qu'ils doivent faire,
du fait qu'on n'aurait pas le choix...
Ils nous prefereraient sucidés,
morts une bonne fois,
ce qui les conforteraient dans leurs choix,
que vivants libres, autrement...

. Sans doute que,
si pour la première fois, enfin,
je pars vers la vie,
pour vivre vraiment,
je vais aussi vers la mort,
certainement...
Mais pas une demi existence de zombis,
sans ame, emplis de regrets...

. Et pourquoi je m'acharne a vouloir garder,
tous ces liens avec le passé ?
Ordinateur, disque dure, telephone,
que je sais perdre ou briser,
ou me faire derober
presqu'inevitablement ?
Par faiblesse...
Pour ne pas vouloir blesser...
Pour ne pas couper les ponts,
complètements...
Ne pas être libre totalement...

. Ce qui me fait surtout chier d'abandonner,
je l'ai peut être déja dis,
ce sont mes livres...
J'aime tant les livres..
Les lire...
Mais sur ce format, l'objet,
le papier, l'odeur d'un livre...
Mais on n'a rien sans sacrifice.

. Grrrr...
Je prefère ecrire ,
particulièrement sur internet,
taper, dactylographier,
que de telephoner...
Je ne sais jamais quoi dire,
ce n'est pas mon element...
Mais je risque de devoir m'y mettre...
Plus ou moins contraint...
Le problème, c'est que ,
pire que tout,
je deteste parler de moi...
Alors l'un plus l'autre,
pour donner des nouvelles,
ça va pas être ça....

. Je regarde ce billet de train...
Celui sans retour...
Celui qui m'emenera enfin,
pour toujours...
Vers elle, vers la vie,
vers ma vie...

. Je prefère qu'on m'appelle,
comme presque toujours,
naif romantique,
ce qui pour eux,
est presqu'une injure...
Oser croire dans ce monde de cynisme,
oser rever
et ne pas se montrer
pragmatique, materialiste
frise avec l'absurde...
Je n'ai rien contre l'idée d'être un clown grotesque,
qui vous renvoie a vos hypocrisies...

. Pour moi , la vie est un jeu,
un jeu injuste et cruel, certe,
et dont on ne sort pas vivant,
mais un jeu,
une grande aventure.
Autant en profiter.
Tôt ou tard je mourrais,
de toutes façons.
J'ai bien profité ici.

. But whatever happens,
never stop dreaming...
Never stop doing what you like...

 

Edito du 15 Decembre 2004 :
Out There, off line...
. Mon voyage,
celui que je vais entreprendre,
s'apparente a un pelerinage.
Je ne vais pas quelque part,
ni chercher quelque chose.
Ce n'est pas materiel,
ce n'est pas geographique,
c'est spirituel.
Et non, ça ne peux pas se faire
entre deux jours au bureau.

. Je ne sais pas
ou je serais, ou j'irais,
ce que je ferais,
ce qui m'arrivera,
ne serait-ce que dans un mois...
Mais vous savez quoi ?
C'est ça l'idée !
Je ne veux pas le savoir !
Je ne veux pas prevoir,
programmer ma vie
par avance.
Je ne veux pas de certitudes,
savoir comment je vais vivre ou mourir,
penser ou manger,
le programme monotone
de chaque jour de ma vie.
Je veux vivre chaque instant pour ce qu'il est,
pas être prisonnier de ces carcans
qui securisent tant...

. On m'empechera pas
d'être un peu mystique,
assez romantique,
et d'avoir besoin d'un voyage initiatique....
D'une remise a zero...

. Je crois que j'en ai trop parlé...
Que j'ai trop cherché a l'expliquer
ou a disseter dessus ici...
C'est plus simple qu'il n'y parais...
C'est une evidence.
Un besoin naturel.
Il est vain de tenter de dissequer
le pourquoi du comment...
Il faut gouter ce qu'apporte le vent...


. Par ailleurs, d'ailleurs,
mon hebergeur Wanadoo viens de m'informer
qu'aucune mise a jour ne sera possible du 4 janvier au 17 janvier ,
pour cause d'entretien.
Donc , vous n'aurez probablement pas de nouvelles avant au moins le 20...
Cela etant dit, je continuerais a l'ecrire au fur et a mesure,
(enfin, j'essaierais),
je ne pense pas attendre le 20 pour vous faire un resumé...
Enfin... Bien des choses peuvent arriver d'ici la...

. Donc, quoi qu'il en soit, je serait off line pratiquement un mois.
Vous vous inquièterez peut être, mais moi, pour ce mois,
je serais encore plus libre...
Sans penser a internet....

 

Edito du 14 Decembre 2004 :
Vente recalcitrante...
. La vente de l'etablissement
n'est toujours pas reglé...
Cela vire presque au rocambolesque,
et nous finissons par prendre le partie
d'en rire...
Les retards accumullés,
la vente qui aurait du se faire
au 31 decembre dernier,
lorsque mon grand père etait encore en vie,
puis au 30 novembre dernier delais,
finissent par faire naitre des complications
qui pourraient bien se retourner
contre les promoteurs,
ceux-ci s'etant engagés,
et ayant commencer a vendre
un terrain qu'ils n'ont pas,
ainsi que de toucher des subventions,
et des aides,
qui pourrait bien leur revenir
en plein figure...

. Franchement,
cela ne m'inquiète pas...
Vendu ou pas, je partirais.
Au besoin, je repasserais...

. En tous cas,
pour la vente,
heureusement qu'ils ne traitent pas avec moi.
Parce que je suis associal,
ça, c'est pas nouveau.
Leurs longues reunions, et problèmes,
et retards, et autres,
j'aurais jamais voulu en entendre parler.
J'suis un gosse des hypermarchés, moi.
Je ne negocie pas.
Jamais.
Je deteste ça, les marchands de tapis.
Je prends, je paye, tu prends, tu paye.
Pas de "oui, mais attends...Tu comprends...".
Non.
J'suis chiant...
Je sais.
J'suis honnètte, surtout.
Pas hypocrite.

. Toutes ces magouilles,
ces autorisations, papiers,
ces histoires de fric...
Pouah !!!

...
. A mon ange, pour elle,
je tiens a redire ceci :
Quoi qu'il puisse m'arriver,
demain ou après,
grace a toi, avec toi, par toi,
j'ai reappris a aimer...
J'ai reappris a esperer,
a croire...
Et j'ai connu la paix...
Quoi qu'il puisse arriver,
je te garderais en mon coeur,
pour l'étérnité...

 

Edito du 13 Decembre 2004 :
L'appel de la route...
. C'est quoi la définition d'un paumé...?
Quelqu'un qui ne sait pas vraiment
ce qu'il veux...
Qui il est...
Ou il va...
N'est-ce pas ?
Est-ce que je ne repond pas
a cette défintion la ?
Mais , en même temps,
celui qui est sur de tout,
qui pretend tout savoir et tout controler,
n'est-il pas le plus dangereux des fous ?
Et pire, ne refusera-t-il pas
violement tout ce qui ne s'accorde pas
a "sa verité" ?

. Ce n'est pas l'age
qui ronge le plus,
c'est le ralentissement.
Il n'y a plus d'energie
parce qu'on ne l'entretient pas,
on reste a rien faire,
sans bouger, sans volonté,
sans desir,
amorphe,
et l'on perd toutes forces...

. Je trouve absurde d'attendre
de n'avoir plus vraiment envie de voyager
pour se le permettre.
D'être pris par des obligations...

. L'appel de la route,
je l'ai repoussé trop longtemps...
J'ai envie, besoin de marcher,
de me perdre,
de me retrouver,
de respirer...
De reprendre mon souffle...
Une ballade,
mais pas que pour quelques heures,
pas interompu de "je dois rentrer",
et nulle part ou rentrer d'ailleurs...
Faire le vide,
et faire le point...
Pour pouvoir recommencer...
Une ballade en liberté...
Pour se retrouver...

. Voyager, loin des securités,
loin des certitudes, des references,
du previsible et des habitudes...
Faire le vide, faire le point,
en soi-même,
pour être en paix...

. La foi n'est pas dans la pierre.
Mais dans le coeur, l'ame des êtres.
Il est absurde de se battre pour du sable,
de la poussière et des cendres.

. Si je manque d'éléctricté,
de moyens pour lui telephoner,
je m'imagine déja lui ecrivant,
lettre après lettre,
au besoin.

. Je vais probablement tout perdre,
mes rèves, mes illusions, être brisé,
mourir peut être...
Mais au moins, j'aurais essayé...

 

Edito du 12 Decembre 2004 :
Sleep like a cat...
. Mon ange dors...
Comme un chat...
Un peu comme moi...
Si on fait les comptes,
les jours ou on nous fous la paix,
on passe plus d'heure a dormir, qu'eveillé...
On aime bien...
On est bien...
A paresser...
C'est le rève de ma vie,
la regarder dormir,
dormir avec elle,
en la serrant blottie contre moi...
Rien d'autre que cela...

. Cette habitude de dormir,
je n'ai pas envie de me excuser,
parler contre-productivité...
Être a moitié eveillé,
être debout, mais pour ne rien faire,
zombis etheré, somnolent,
je ne vois pas l'interèt,
ce n'est guère plus interessant...
Pourtant, j'ai l'impression
de m'être assoupis,
de m'être "endormis" ,
de m'être laissé aller,
toutes ces années...

. Temps pour moi de se reveiller,
de se lancer...
Il est difficile d'expliquer
pouquoi je part...
Un truc aussi naturel,
aussi evident...
Vouloir vivre, tout simplement,
pas vegeter...
Vivre...
Courir, marcher,
et pas engraisser...
Ouvrir mes yeux sur le monde,
et non sur la télé...

. Un travail, un nouvel habitat ?
Je ne sais pas... J'ai peur...
Je sais que si je me lance,
ce n'est jamais a moitié,
mais toujours a 100 %...
J'ai peur, ce faisant,
de la negliger,
par manque de temps...
De ne pouvoir être present...
Trop souvent,
des obligations nous ont separés,
et nous separeront encore...
Je voudrais parfois pouvoir dormir...
Jusqu'a ce qu'elle aussi,
puisse être libre comme moi,
qu'elle ai vecu un peu,
et que l'on puisse enfin partager
complètement nos vies...
Mais non...
Je sais...
Il est temps de me construire...
Pour moi...
Et pour nous...

. Comme le dit mon ange,
on ne connais pas l'avenir...
On ignore tout de ce que sera demain...
De ce que nous serons...
Alors, il faut saisir le present,
en profiter pleinement...
Sans se laisser ecraser, etouffer,
par les hypothèses d'un passé,
qui ne reviendra jamais,
et d'un avenir incertain,
dont nous ne verrons pas la fin...
On verras bien...

 

Edito du 11 Decembre 2004 :
Without any references...
. Je suis passé une dernière fois
aux répétitions du théatre du sang...
Je les aimes bien...
Malgré cela, je me rejouis de ne pas participer
a cette nouvelle pièce...
Déja pour des problèmes d'organisations,
d'efficacité qui me feraient enrager
si j'était impliqué...
Je sais, c'est moi qui suis maniaque,
qui vais trop vite...
Mais bref, c'est moi...
Mais aussi par le simple fait qu'ils bossent
sur une adaptation...
Et je n'ai jamais vu l'interèt...
Pourquoi ne pas creer ?
Pourquoi ne pas faire quelque chose
qui soit complètement a 100 % sien ?
Pourquoi denaturer un autre texte,
et ses propres intentions trop confinées ?
Pourquoi les mots d'un autre ?
Et son histoire ?
Transformé...
Pourquoi ne pas s'affirmer en creant
complètement ?

. Il faut un modèle ?
Un exemple ?
Toujours ?
Faire comme...?
Et s'oublier...
Dans la pretention que la verité
ne viendrais pas de nous,
mais serait ecrite ailleurs ?
Cacher ce que l'on est, finalement...
S'etouffer dans un carcan,
qui même deformé
reste celui d'un autre...

. Qui je suis...
Ce que je suis...
Au dessus,
et bien au dessus,
d'ou je suis,
ce que je possède,
ce qui ne me definie pas,
ou ce que les gens croient...
Qui je suis...
Être moi...

. Ne pas être le fils de... ,
le citoyen de... ,
l'ouvrier de... , tel metier,
ni comme untel, ou un autre,
être moi, tout simplement...

. Je comptais acheter un guide,
aujourd'hui...
Pour avoir des references,
des adresses...
Je les ai feuilletté, et non.
Je n'en ai pas acheté.
Je ne veux pas m'encombrer
de ces references,
tenter de tracer un intineraire,
alors que je ne sis même pas ou je vais,
ni que faire.
Je veux decouvrir mon propre chemin,
ma propre voie.
La tracer.
Sans me referer a qui, ou a quoi
que ce soit.

. Je pourrais avoir le monde,
voyager...
Mais en quète de quoi ?
Toutes les reponses,
je les ai...
Ce dont j'ai besoin,
c'est avant tout l'electricité...
Et internet...
Un endroit...
Près d'elle...
Je veux être auprès d'elle...
Changer le decor...
Briser le cercle morose des habitudes...

. Mais internet, l'electricité,
ce sont des obligations,
des chaines, des carcans,
dont je ne veux être dependants...
Les contraintes, pour un temps,
les possesions qui nous possèdes,
je veux m'en passer...
Être moi...
Loin des objets et des lieux...
De quoi ai je vraiment besoin,
après tout ?

. Dans mes achats, aujourd'hui,
je comptait acheter une clé USB...
Et je suis tombé sur une promo...
J'ai acheté, pour nous, elle et moi,
deux clé USB, semblables...
Que nous pourrons echanger, a loisirs...
S'echangeant des fichiers...
Pour elle et moi...

. J'essaie de me dire,
que de chercher a renouer
avec le passé,
c'est l'idealiser...
Au lieu de profiter du present...
Et que de vivre en SDF,
ce serait une façon de me "punir"...
Auto-destructeur, sucidaire,
je le suis profondement...
Je le sais...

. J'ai discuté un peu,
evoqué des années de galères,
de squatts,
qui semblent, après coup,
les meilleurs années...
Les difficultés de trouver ou dormir,
se loger...
Les derives proposés lorsqu'on est jeune
doux, gentil et sexy...
Même ça, après coups,
c'était juste...
...un echange...
Un peu de sollitude comblé,
pour quelques heures ou plus...
Comme un jeu,
ou on fait semblant...
Mais je ne veux plus...
Je ne veux plus...

. Je n'ai pas le permis...
Et c'est heureux...
Même si j'y songe, parfois,
poussé par l'influence de la société...
Pour pouvoir me deplacer...
Pour pouvoir l'emener...
Mais non...
Je ne veux pas...
Si j'avais une voiture ,
j'aurais peut être même déja
une camionnette, un camping-car,
ou une caravane...
Je vivrais dedans...
Cela ferait un problème de reglé...
Mais non...
Moi, je ne veux pas.

. Je refuse d'avancer tel un zombis
aveugle, sourd, obeissant et obtus,
suivre une voie sans volonté,
sans choix, sans passions,
simplement suivant la voie tracé par d'autres,
n'hesitant qu'entre une voie et une autre,
toutes tracées par d'autres,
sans oser imaginer, creer,
faire son propre chemin...

 

Edito du 09 Decembre 2004 :
...
. What I'm gonna do ?
In a year, or two ?
In a month, even that ?
. Je vais changer aussi de rythme de vie,
bientôt...
Complètement...
Je pense que je vais être epuisé au debut...

. J'ai le spleen, ce soir...
Pas de raisons particulière a ça,
même si on pourrait croire...
Juste pas envie...
Pas envie d'aller me coucher,
ni de rester devant l'ordi,
ni de rien faire...
Je sens monter un coups de blues,
un coups de cafard...
J'essaie de le repousser...
Je devrais dormir...

. L'impression que tout glisse,
que tout m'echappe...
Que tout est vain...
Me fuie entre les doigts...
Et ne...
A quoi bon...?

. Pas envie de dormir...
Pas envie de rester eveiller...
Pas envie de rien...
L'impression d'être transparent,
inutile, sans interèt...
Le balladeur que j'avais commandé
a ma cousine,
pas de nouvelles,
alors que je l'avais relancé,
que je lui avais dit...
Ce n'est rien,
mais c'est un tout...

. Si je m'arrètte de manger,
de parler, de...
Tout le monde s'en fous...
Je peux disparaitre demain et...
Même moi, je m'en fous...
C'est juste quand ils auront besoin
de quelque chose...
Si ils n'ont plus besoin de moi...

. J'ai envie d'aller marcher
dans la nuit...
Jusqu'a me perdre...
Jusqu'a oublier...
Jusqu'a...

. Mon amour...
Je devrais...
Je devrais la fuir...
La rejetter...
La pousser a m'oublier,
a se detacher de moi,
a...
Je l'aime tellement...
J'ai peur de la blesser...
De lui nuir...
Je n'ai rien a lui apporter,
hormis...
Je devrais...
Je voudrais mourir...
Disparaitre dans le neant...
Et je voudrais qu'il n'y ai personne
pour me regretter, pour me pleurer...
Pour souffrir a cause de moi...
Que ma disparition ne soit une souffrance
pour qui que ce soit...
Je voudrais être complètement oublié...
Ne blesser personne comme ça...
Et je voudrais l'aimer...
La serrer contre moi...
Tellement fort...
J'ai peur de gacher sa vie,
faire son malheur...
Et pire encore...
Je la veux heureuse, vivante...
Sans doutes qu'elle serait mieux sans moi...
Je ne suis qu'un boulet...
Qui risque de l'attirrer vers le bas...
Je l'aime trop pour ça....
Elle serait mieux sans moi...

. Je trouve refuge dans un film,
pour fuir mes pensées...
Musique, livre, bande dessiné...
Je m'évade...
Je fuis ma vie, et mes pensées...
Je devrais les affronter, y faire face...
Et je me dis que je devrais la fuir,
pour son bien...

 

Edito du 08 Decembre 2004 :
Just yourself...
. Il faut apprendre a se connaitre...
C'est a cela que sert la sollitude,
l'exil, loin des lieux et des choses familières...
Loin des habitudes, des certitudes,
et des idées preconçues.
Sans s'en rendre compte, faire le point...
Savoir ce qui compte vraiment,
ce qu'on aime vraiment,
ce qu'on est reellement...
Loin de toutes influences...
Sans modèles imposés...
Être soi...
Pas ce qu'on croit devoir être,
ou ce qu'on est supposé devoir faire
ou pas...

. Je suis tombé, en passant,
sur le "journal" de 13h de la 1....
Ce qui est en fait plus un magazine journalier,
demagagogique s'adressant a la france d'en bas,
a la france la plus beauf' qui soit...
Ne recelant de fait que peu d'infos,
ils prèchent souvent le
"c'etait mieux avant",
et l'idealisation de la ruralité,
des regions...

. Pronant la mondialisation,
notemment au niveau de la langue,
(un monde, une langue,
qu'on puisse tous se comprendre,
se parler et echanger)
je n'ai jamais compris cet engouement pour
les langues regionnales...
Bien me comprendre,
je ne suis pas du tout pour l'interdiction
des langues regionales,
je suis même pour que des gens passionnés
apprennent a lire et a parler l'elfe ou le klingon !
Mais la priorité devrait être a ouvrir des portes,
a leur apprendre a parler français et anglais,
après , rien ne les empèche de parler d'autres langues,
mais on constate, en france,
que les gens parlent souvent très mal anglais,
(ou même français !)
Tout ça pour dire que ces langues regionales
sont pour moi symptomatiques
d'un renfermement sur soi,
fermé au monde,
cantonné au quartier...
La mentalité du : "J'veux pas l'savoir..."
Du nombrilisme obtus...

. Ils ont laché un mot revelateur,
un lapsus,
a propos de ces produits customisés regions :
identitaire.
Les gens sont paumés.
Dans leur têtes, dans leurs vies.
Cherchent des repères,
cherchent une identité,
non en regardant en eux même,
mais une pseudo-identité pré maché,
une pensée simpliste et caricaturale...
Et cette télé conforte cette idée,
cette identité,
cette pensée vulgarisée...

---

. Elle et moi...
Je n'ai jamais...
On n'a jamais a nous forcer...
A être d'une certaine façon...
A parler, ou être loquace,
ou même heureux...
On peux être nous même,
complètement, sincères,
et sans masques, sans retenues...
On a pas a se sentir obligé...
Et si l'on doit partir,
ou même si, parfois,
alors que souvent on ressent le besoin
de la presence de l'autre,
parfois, on veux s'isoler,
faire autre chose un instant,
nous n'avons pas a nous en excuser,
ou a en avoir honte...
Ainsi, nos instants passés ensemble
sont sincères et precieux,
spontanés et sans regrets...

. Et l'argent dans tout ça ?
Je l'ai déja dit :
l'argent ne sert pas aux morts.
Il est comme le sang, pour les vampires,
il ne doit pas être conservé en coffre
ou en bouteille...
Ce qui est inutilisé devient de facto inutile.
Il faut goutter, et vivre au present.

. L'enfermement dans la sollitude,
dans la froideur et le detachement,
dans l'isolement,
semblent des facilités,
par peur de la vie...

 

Edito du 07 Decembre 2004 :
Eros & Peisithanatos...
. Je ne sais toujours pas
ce que je vais faire,
ni ou je serais
dans un mois...

. Je voudrais être auprès d'elle...
Toujours en contact...
Aux rendez-vous reguliers...
Mais nous ne pourrons être completement ensemble...
Et ces rencontres m'empecheront
d'avoir un metier ceant...
Lorsque nous vivrons ensemble,
oui, je pourrais...
Mais je refuse qu'une entrave,
qu'une obligation
nous empèche de nous rencontrer a notre gré...
Bien trop nous séparent déja...

. D'un autre côté, je me dis a moi même
de profiter de cette liberté
pour marcher sur les routes,
voir du pays...
Mais cela m'eloignerais d'elle aussi...
En voyageant a travers les chemins,
je ne pourrais être rentré
chaque semaine...

. J'ai tellement besoin d'elle...
Je pourrais vous sortir
tous les arguments logiques,
toutes les raisons
pour lesquelles,
elle et moi,
cela semble idiot, voué a l'echec,
et pire que cela...
Je sais tout ça...
Mais je peux egalement vous demontrer,
par la logique,
que la vie est denuée de sens,
et d'interèt,
et que l'amour n'existe pas...
Que tous vos comportements,
toute votre vie,
est preconditionné,
et que vous ne pouvez y echappez...
N'est-ce pas ?
Le fait est qu'il n'y a
aucune raison logique a opposer.
Aucune.
Il n'y en a pas.
J'ai été seul,
mort de l'interieur,
pendant presque quinze ans.
Oh, j'ai baisé a droite et a gauche,
certaines personnes
ont même faillies tomber amoureuses de moi,
mais moi, rien.
Et elle est la.
Et je l'aime.
Et elle me donne l'espoir,
l'envie de vivre tout simplement...
Elle fait battre mon coeur.
J'ai envie de croire en demain,
de voir demain, de vivre demain,
si c'est avec elle...
Alors, votre logique,
vos arguments,
vous les gardez.
La logique aboutie a la froideur,
a l'inevitabilité, l'ineluctabilité,
a la mort.
Et elle, c'est la vie.

. J'ai foi en la vie,
en l'avenir...
C'est de la folie, je sais...
Mais cette foi me rechauffe plus le coeur,
que la certitude morne et froide
de la monotonie d'une vie passé
a fuir sa vie devant la télé,
et a s'emporter pour des petits rien derisoires,
sentant le vide beant en soi...
La vie, c'est le chaos...
Le bonheur aussi...

. Oh... Pour info, Peisithanatos,
c'est une technique grecque antique,
"le chemin qui mène a la mort",
une éloge si convaincante du sucide,
que celui auquel on la recitait
allait, après, se sucider...
Comment rester en vie malgré les certitudes ?
La folie de la foi...
L'amour deraisonnable qui deplace des montagnes...
Et le gout de la vie...
Qui semble tant manquer aux gens,
qui n'en connaissent plus le prix,
et ne la cherissent plus comme avant...

. Si je meurt demain,
au moins, j'aurais vecu,
au moins j'aurai aimé,
vraiment...

 

Edito du 06 Decembre 2004 :
Qu'est ce que vous emporteriez sur une ile deserte ?...
. C'est la question que
je suis en train de me poser,
plus ou moins...
Je ne peux pas emenner mes livres,
tant de livres,
ni mes BD, ni mes VHS...
Tout ce que j'emporterais,
je devrais le porter sur mon dos,
tout le temps,
pendant un certain temps...
Il faut alleger...
Aller a l'essentiel...

. Je prète plus attention
aux vetements,
comment je les laverais,
les ferais secher...
Et même moi,
comment me laver,
chaque jour...
Toutes ces choses secondaires,
autrefois,
qui reprennent leur place,
primordiale...
C'est bien...

. Au fond...
Sur une ile deserte...
Je ne voudrais emener rien d'autre qu'elle...
Et peut être une couverture...
Les histoires,
je les lui raconterais...
Les chansons,
je les lui chanterais...
Je n'ai besoin de rien d'autre qu'elle...

. Il faut que je songe
a m'acheter des etiquettes,
pour mon sac,
c'est devenu obligatoire,
mais je ne sais même pas ou en trouver...
Et peut être un guide du routard...
On m'a conseillé...

. J'hésite toujours
a propos de ma tente,
de mon sac de couchage...
Je ne suis pas sur de les utiliser...
Même pour dormir a la belle etoile,
je n'en ai pas forcement besoin...
Et en millieu urbain encore moins...
Si c'est pour payer un camping,
autant avoir l'electricité...
Il faudra que je les portes...
Mine de rien...
Une chose plus une autre,
ça finit par faire lourd....

 

Edito du 04 Decembre 2004 :
Facilités des inconscients...
. Lorsqu'on fait une chose,
si elle nous parait secondaire,
on le fait sans effort,
sans y penser...
Avec souvent un maximum d'efficacité...
Par exemple marcher...
Lorsque vous allez quelque part,
vous ne reflechissez pas,
ne vous concentrez pas,
pour savoir comment plier la jambe,
ou l'avancer ou poser le pied,
vous le faites sans vraiment y penser,
sans y preter attention.
Et, par dessus tout,
par le fait de ne pas y penser,
vous n'hesitez pas.
Vous ne doutez pas.

. Nombre de decouvertes ont été faites,
et nombres de grandes choses accomplies,
alors que leurs auteurs poursuivaient
un tout autre but.
Ne prenant ces choses,
que comme des choses annexes,
et secondaire...

. Un exemple : Se lever le matin.
Si l'on sonne a la porte,
si il y a urgence,
vous sortirez du lit,
et vous habillerez,
sans même faire vraiment attention.
Mais si vous devez vous lever
juste pour vous lever,
rien que le fait de repousser les couvertures
va vous paraitre un effort harassant...
Et se lever...
Et s'habiller...
Si vous avez le temps d'y penser,
ou plutôt, si vous n'avez rien d'autre que ça a quoi penser,
ces taches vont vous paraitre epuisantes,
des corvées...

. Tout est comme ça...
Un pas, un mot,
peuvent devenir
des montagnes infranchissables,
ou accomplies si vites,
avec une telle facilité,
qu'on se demande si on l'a vraiment fait...
Dans ce monde sans buts,
on peux se noyer dans des details,
hier insignifiants...
C'est pour ça qu'il faut un but,
plus grand...
Une raison d'avancer,
de se lever le matin, de s'habiller,
de manger...
Si on cherche un logement,
pour chercher un logement,
ou un travail, pareillement,
l'engrenage englue la spontaneité,
l'enthousiasme et l'efficacité...
Alors que dans d'autres circonstances,
on l'aurait fait presque sans y penser...
Avec exigeance, rapidité, convicttion,
par dessus le marché !

. Elle est ma raison de vivre...
Ma première pensée avant d'ouvrir les yeux,
la dernière avant de m'endormir,
ma raison de me lever...
Elle m'accompagne en pensées,
elle vis en mon coeur...
Mais il faut que je trouve quelque chose a faire,
a accomplir, pour avancer...
(Et la rendre heureuse...)
Que je sois motivé pour quelque chose...

 

Edito du 03 Decembre 2004 :
No Firewall...
. Je ne ment pas.
Et je ne me protège guère.
Je n'ai pas la pretention
d'une façade social,
d'un mensonge hypocrite et ecoeurant.
Dans les années 70,
c'etait la fièvre sur la télépathie,
les pouvoirs mentaux...
On y croyaient...
Les services secrets, et la police,
utilisaient des gens comme ça...
Je n'ai jamais eu peur
qu'on lise mes pensées,
qu'on decouvre mes secrets...
Beaucoups s'imaginaient
devoir construire un mur mental,
comme dans Le village des damnés.
Pas moi. Moi, je me disait,
je laisse entrer...
Qu'ils lisent...
On pourra discuter...
Ou au pire, ils seront epouvantés,
traumatisés,
et finiront catatoniques,
ou avec le cerveau en bouillie...

. Il y a 30 ans,
il m'aurait paru inconcevable
de partir sur les routes
sans un couteau en poche...
Pas une "arme", un couteau, un canif !
Le truc vital, de base,
pour couper ton pain, ton bout de 'sisson,
ou de frometon...
Pas forcement le couteau suisse,
qui fait fouchette, cuillère,
tournevisse, et tire bouchon,
entre autres choses...
Non. Juste un couteau.
Ça sert a tout...
Difficille de s'en passer...
Voir impossible, je dirait...
Il y a vingt ans,
j'en avait toujours un sur moi...
Voir plusieurs...
Plusieurs car,
d'un côté le couteau suisse,
avec cuiellère et tout,
et de l'autre le couteau-canif...
Aujourd'hui, les vieux reflexes demeurent...
Et il me parait presqu'impensable de partir
sans couteau...
Ne dit-on pas encore d'un type
qui part sans rien
qu'il n'a plus que sa bite et son couteau ?
Mais...
Aujourd'hui n'est pas hier...
Et aujourd'hui, si la police vous arrètte
en possesion d'un couteau,
quand bien même au fond d'un sac,
c'est cellule direct...
Il faut avoir conscience de ça...
Donc, non.
D'aucun auraient voulu
m'offir une rossette,
(une sorte de saussison)
pour mon départ,
s'assurrant ainsi que j'aurai au moins
un peu a manger...
Ben non...
Tant pis...

. Les chiens comme les humains,
semble moins resistants,
dans ces sociétés confinés...
Pourtant, a priori moins exposés,
aux maladies, dechets, autres animaux,
et même aux blessures,
coupures, morsures , accidents...
On voit les chiens des villes
d'appartement
plus souvent malades
que ceux qui courent la campagne.
Ils se choppent même des parasites !
je me demande d'ou...
Mais surtout,
ils ont moins de defenses...

. Je sais qu'au bout du compte,
ce voyage me sera benefique...
Necessaire...
Je sais que tôt ou tard,
je devrais accepter et être
ce que je suis,
et non pretendre et essayer d'être
ce que je ne suis pas.

. En tous cas,
je ne dois, ni ne devrais jamais,
me lamenter sur mon sort.
Je suis un privilegié,
un chanceux...
Et surtout, pas une victime.

 

Edito du 02 Decembre 2004 :
One way ticket...
. Je viens d'acheter mon billet.
Aller simple.
Un aller sans retour,
vers mon amour.

. Desormais, si j'achète des billets
aller/retour,
ce sera pour retourner près d'elle.
Je n'ai pas stressé...
J'aurais cru...
Hier soir, encore un peu,
d'apprehension...
Un peu...
Parce que, d'un coups,
se demander le grand départ,
c'est quel jour, quelle heure,
précisement...Glups...
C'est stressant...

. Je me demande
si elle voudra le garder,
ce billet de train...

. J'ai été au cinéma...
Je pense toujours a elle,
desormais, au cinema...
Je la voudrais avec moi,
blottie contre moi...
Même en me balladant
dans la galerie marchande...
Je voudrais la tenir par la main...
Faire les boutiques avec elle...

. J'aime le cinéma...
Et, c'est amusant,
on peux parfois trouver des corelations,
des coincidences,
entre les thèmes des films,
et ce que je vit...
Le premier film qu'on a été voir ensemble,
c'est "un long dimanche de fiançaille"...
Le titre est déja eloquent...
C'est l'histoire d'un amour desunie
par les circonstances...
Et lors que tous disent d'abandonner,
de renoncer, de se laisser aller,
malgré les instant de decouragement,
ou l'on songe a en finir avec la vie elle même,
ils continuent a se battre,
pour pouvoir finalement se retrouver,
et s'aimer...
Le dernier film que je verrais probablement
avant de partir,
ce sera la quète d'un aventurier...
Et en debut d'année,
un film sur Alexandre !
Alexandre le grand, conquerant,
modèle et inspiration,
(le personnage, pas le film !)
si il en est...
Hihi...
Je compte acheter un baladeur mp3
a mon amour...
J'ai longtemps reculé,
puis comptait l'acheter ce jour...
Et lundi, ma cousine me fait part d'une promo...
Je lui passe commande,
et aurait du recevoir l'objet avant hier,
voir même hier...Et non...
Ma commande courant toujours,
je n'ai osé l'acheter aujourd'hui...
Pourquoi hihi ?
Parce qu'avec les coincidences
liés au ciné,
je devrait l'avoir la semaine prochaine...
Il y a un film ou l'heroine se bat
en ecoutant son lecteur mp3 !!!
N'importe quoi...

 

Edito du 01 Decembre 2004 :
La philosophie des jeux video...
. Il y a une philosophie,
une leçon,
que j'ai apprise des jeux videos...
Et oui, des jeux video !
Et pas des arts martiaux...
C'etait aux tout début des jeux video...
Et, quand après avoir essayé,
et y être presque arrivé,
je perdais,
je me suis emporté une fois.
Criant :
-C'est pas juste ! J'ai tourné ! J'ai appuyé !
Non ! C'est toi qu'a triché ! Machine de merde !
Et la, la reflexion s'est imposé d'elle même.
Non, la machine n'avait pas "triché",
c'est moi qui avait perdu.
La machine ne pouvait tout simplement pas tricher.

. C'est une philosophie qui s'applique a la vie.
Si on echoue, ce n'est pas la fautes des autres,
fussent-ils nos enemis,
c'était a nous de prevoir,
a nous de savoir,
a nous de nous defendre,
de faire face et de prevaloir.

. J'esperait que cette philosophie
s'imposerait a d'autres...
Mais très vite,
on a inventé les sauvegardes,
les cheat codes,
et les portes derobés...
Tsssst...Les humains...
Et toujours, ils viennent pleurer, gemir,
que si leurs vies n'est pas
ce qu'ils souhaitaient,
ce n'est pas leur faute,
mais celle de la société, du système,
d'autrui...
Criant, comme moi autrefois,
c'est pas juste !
Mais qui a pretendu que
cela l'etait déja ?
Les humains sont irresponsables,
et tricheurs.
Ah, leurs plaisir pervers de tricher....
De se croire meilleur que les autres,
pas concernés...
Tssk...
...

. Il faut bien un jour,
que l'oisillon tente de voler,
même si il risque de s'ecraser,
et de mourir.
Le petit chiot doit apprendre a nager,
a survivre,
a se nourir.
Et voir si il a le merite des ses pretentions.
Si , au pied du mur,
il n'est que vantardises et mots,
ou plus que cela...

. J'ai un peu peur,
je l'admet...
Un peu d'aprehension...
Je ne sais pas vraiment ou je vais,
ni ce que je vais faire...
Ce n'est pas dans mes habitudes...
D'habitude, je me prepare...
La, pour quoi se preparer ?
L'inconnu...
Je sais tout ce que je perd...
J'ignore tout
de ce que je devrais affronter...
Demain, je vais acheter mon billet de train...
...



Edito et notes d'intentions :

Bienvenue sur le site du darkcowboy , et sur son blog , Bonsoir

. Sachez que toutes remarques,critiques ou suggestions sont les bienvenues, a la condition d'être construtifs et raisonnables...
. Ensuite,apprennez que dans mon esprit d'ancien hippie post soixante huitard,je ne crois pas a la possession des choses ,en clair,tout ce qui ce trouve sur ces pages est libre de droit ! D'exploitation ,de copie,de diffusion ,de tout ce que vous voudrez... Si je veux le garder pour moi, je ne l'y met pas, et c'est tout...
. Cependant,bien sur, si je vous ai pris en photo et que vous ne voulez pas que votre image soit diffusée aux quatre vents, reclamez, je la retirerai...
. Et enfin,il ne faut pas oublier que ce ne sont que des pages persos, pas un vrai site.A un moment,il va être plein et il faudra degager des vieux trucs pour faire places aux nouveaux... Alors,telechargez si quelque chose vous plait,avant que cela ne disparaisse...

. Avertissement :
A compter du 31 décembre, je suis officiellement sans domicile fixe.
Je devrais neanmoins reussir a payer mon abonnement,
maintenant ce blog et ma boite email...
Cependant, je ne pourrais les consulter et les mettre a jour,
non au gré de mes envies, mais plus dependament de mes moyens techniques.
Patience donc...
Et n'ayez crainte...
Si vous ne voyez pas signe de vie pendant un mois ou deux, je ne suis pas forcement mort,
inutile de se rejouir pour moi,
mais dans l'incapacité temporaire de me connecter pour mettre a jour.

Par ailleurs, d'ailleurs,
mon hebergeur Wanadoo viens de m'informer
qu'aucune mise a jour ne sera possible du 4 janvier au 17 janvier ,
pour cause d'entretien.
Donc , vous n'aurez probablement pas de nouvelles avant le 20...
Cela etant dit, je continuerais a l'ecrire au fur et a mesure,
(enfin, j'essaierais),
je ne pense pas attendre le 20 pour vous faire un resumé...
Enfin... Bien des choses peuvent arriver d'ici la.

Precedents Editos : Novembre 04 - Octobre 04 - Septembre 04 - Aout 04 - Juillet 04 - Juin 04 - Mai 04 - Avril 04 - Mars 04 - Fevrier 04 - Janvier 04 - Decembre 03 - Novembre 03 - Octobre 03 - Septembre 03 - Aout 03 - Juillet 03 - Juin 03- Mai 03 - Avril 03 - Mars 03 - Fevrier 03 -Janvier 03 -Decembre 02 -Novembre 02 - Octobre 02 -Septembre 02 -Aout 02 - Juillet 02 -


Vous vous sentez seuls ?
Simplement envie de parler,ou de partager des choses ?
- Ecrivez-moi :
darkcowboy@wanadoo.fr