Edito du 30 Novembre 2004 :
We're getting close to the end...
. Today is a turning point...
Aujourd'hui,
c'est un jour charnière...
Plus qu'un mois...
La vente de l'etablissement
devrait plus ou moins
se jouer aujourd'hui...
J'ai acheté une carte recharge
pour mon telephone...
La prochaine...
Et bien...Qui sais...?

. On est dans l'attente,
l'estomac serré,
sauf pour moi, serein,
malgré l'empathie desagreable...
Même un de mes forums preferés,
Mad Movies,
s'est mis en stand by...
A arretté de respirer...

. J'ai re-essayé de ranger
un peu, pour me changer les idées...
J'ai vite arretté...
Ecoeuré...
Non pas par le fait de ranger,
J'adore ranger,
tranquille,
mettre de l'ordre,
les choses a leurs places...
Mais par le constat...
Je me dit que je devrais jeter ça,
et ça, et encore ça...
Et qu'au fond, tout ce que je laisse,
rangé ou pas,
disparaitra probablement...
Ce n'est pas le fait de perdre ces choses...
Pas exactement...
C'est le sentiment de gachis.

. Car en effet,
il ne s'agit pas de collectionner,
de collecter ou de trouver,
il s'agit de ne pas gacher,
de conserver ce qu'on a pu avoir,
trouver ou acquerir,
voir même apprendre...

. J'ai souvent été un
"gardien des tresors et des secrets"...
Quand on a oublié, ou besoin
de quelque chose,
c'est vers moi qu'on se tourne,
moi qui ne jette rien...
Qui conserve...
Car cela ressert,
toujours...
Cela ne prends que plus de valeur
avec le temps...
Et les choses derisoires
deviennent des tresors precieux...

. Les gens prennent trop souvent
les choses pour acquises,
les dedaignants, les traitant avec mepris,
surs qu'elles seront toujours la
en cas de besoin...
Et quand ils realisent,
il est trop tard...

. La valeur des choses
est purement subjective.
Et il y a trop d'aveugles obtus
pour percevoir la valeur
de ce qui les entoure...

. Je sais que la mort
fait partie de la vie.
Que l'on ne peux retenir le passé,
qu'il faut le laisser s'en aller,
et marcher vers demain.
Qu'il faut savoir tourner la page...
Mais cela me fait mal au coeur...
Je sais que demain,
d'aucuns viendront quemander
pour les "tresors"
que je n'aurait plus...
C'est con,
d'autant plus que
c'est pour les autres...
Moi...
Je suis un peu comme le penseur fou...
Je n'aurais qu'a ouvrir une porte
dans ma memoire,
dans mon esprit...
Pour redecouvrir toutes ces merveilles...
J'ai déja fait cela...

. Mais j'aime garder...
M'enrichir non d'argent,
mais de connaissances, d'artefacts,
gardien du passé
et de ses secrets...
Un peu comme un des rares personnages
de bande dessinnée
dont je me sente proche :
Savant Garde.

. L'echeance de la promesse de vente
de l'etablissement
tombait aujourd'hui a 16h...
Il est 21h et rien...
Des retards, certe, mais...
Certains savent se vexer,
se facher, se gacher la vie,
pour des conneries comme ça...
Moi, je ne laisse pas mon bonheur,
ou mon humeur,
dependre du bon vouloir des autres...
Je sais me rejouir avec eux,
mais apprends a me rejouir seul.
Paranoiaque, peut être,
mais si moi j'ai de l'honneur,
je n'en attends guères des humains...
Et il y a longtemps qu'a mon sens,
leurs promesses sonnent
comme des excuses hypocrites...
Pas de quoi s'offenser, selon moi,
devant leurs retards,
même si moi je ne supporte pas de l'être,
pour eux, j'ai l'habitude...
Mais d'aucuns s'offusquent,
se braquent...

. Quoi qu'il advienne demain...
J'irais auprès de ma bien aimé
pour le 31 décembre...
J'acheterais le billet
la prochaine fois que j'irais a Paris...

 

Edito du 28 Novembre 2004 :
En avance...
. Je suis souvent en avance...
Cela me laisse le temps de reflechir,
de penser calmement...
Une drôle de pensée m'a traversé l'esprit...
Si, comme nouveau nom,
au moins pour m'amuser un peu,
je decidais de me faire appeller
Daryl Van Horn ?

. Aujourd'hui, j'avais proposé
au théatre du sang
de venir prendre des photos
de leurs repetitions...
Photos qui pourrait leur servir
pour la promotion de la pièce...
(En fait, c'était aussi une excuse
pour tester, prendre en main
mon nouvel appareil photo numerique,
acheté pour mon départ...
Afin de ne pas risquer
de tros grosses gaffes techniques
le 31 decembre....)
Bref, rendez-vous a 16h...
J'étais la a 14h20.
Oh, cela tient aussi aux transports en commun...
J'avais le choix :
le bus de 13h30 ,
ou celui de 16h40 !
Et j'ai toujours preferé être en avance...

. De plus, cela me permet de reperer les lieux,
de trouver l'endroit sans paniquer,
sans courir,
sans risquer d'être en retard...
Par la faute des transports,
je savais egalement
que je devrais repartir
avant la fin de la repetion.
Et, a propos, oui,
j'ai reussi a attrapper mon bus !
Ouf !
Et oui...
Car être en avance avant,
ne nous empèche par de courir après...

. C'est comme avec mon amour...
Je vais arriver avec deux ans d'avance !!!
Et cela ne nous empecheras pas
de courir après le temps,
d'ici quelques années...
Le temps ne se stocke pas en bouteille.
Il se gère...
Il s'organise...
Plus ou moins bien,
lorsqu'on doit dependre d'autrui,
(transports, collègues, amis, etc...).
C'est comme tout,
comme l'argent un peu, aussi...

. Oh, mais je disgresse,
vous trouvez ?
Les photos ?
Ah oui !
Finalement, je connaissais les lieux,
c'est la qu'il y avait l'atelier,
"L'antre de Neptune",
ou s'est tourné "Eurydice"...
Mais je ne connaisais pas l'adresse,
et prenait un autre chemin,
un raccourcis, d'habitude,
pour venir...
Cela m'a fait plaisir...
C'est une sorte de vieille usine,
entre autre biscuitterie,
d'ou son surnom,
a la façade decrepie,
dont on loue les salles...
Des groupes viennent y repeter,
d'autres organiser des petites soirées,
et certains autres viennent y tourner,
transformant les lieux en studios...

. J'ai pu y retrouver des visages familers
du theatre du sang,
et en saluer de nouveaux...
Je n'ai pas mis les photos ici,
(Pour l'instant ?)
mais sur le site du theatre du sang,
ici...

 

Edito du 26 Novembre 2004 :
Don't worry for me...
. Running out of gas,
running out of money,
running out of options ?
There's always options !
You're just limited by your imagination,
you can't figure a world
that could be any other way,
than the ont they sold you.
They're not juste the limited ways,
that everybody has...
Made your own rules...
Faire comme tout le monde,
essayer d'être comme tout le monde,
ou faire autre chose,
vraiment,
montrer un nouvel exemple...

. Je songe a mon ange...
Je ne devrais pas l'embetter
avec mes problèmes,
avec mes doutes...
Je lui met, malgré moi,
cette pression,
que je voulais lui eviter...
Pour m'epancher sur mes soucis,
sur ma vie,
j'ai ce blog, ici...
Elle connais l'adresse...
Pour elle,
je n'ai pas de secrets...
Mais il faut, qu'avec moi,
elle se sente bien...
Que nous puissions,
l'un et l'autre,
oublier nos soucis,
le temps d'être ensemble...
Sans exactement les occulter...
Ne pas les faire peser sur nous,
nous en liberer...
Je ne veux pas l'inquieter...
Mais la rassurrer...

. Mais, après tout,
on ne le changeras pas...
Je garderais toujours
une certaine part de secret,
et de mystère...
Cela ne changeras jamais...

. Mon chien est patraque...
Ce soir, il s'est levé maladroitement
de devant la télé,
s'est retourné penaud,
et a constaté :
il avait fait sous lui.
Couché.
Le pauvre...
Je ne me doutait même pas
que cela puisse arriver pour un chien...
En tout cas,
ça a prouvé
qu'une bonne couche de poussière,
et de poil,
ça protège le parquet !

 

Edito du 25 Novembre 2004 :
Free country
or
A 600 pounds gorilla...

. "-...Yeah, but,
what's he gonna do ?
I mean, without us,
he's got no money, no place to live...
-Old joke.
Where does a six-hundred-pound gorilla sit ?
Answer : Anywhere he want to."

C'est con, mais cette citation
m'a remonté le moral.
Il y avait une eternité
que je ne l'avais pas entendu...
Et c'est vrai.

. Après tout, c'est un pays libre,
"it's a free country !"
Pas un pays a vendre, a acheter,
a payer ou a monnayer.
On doit être libre de vivre,
non ?

. C'est l'attitude qui compte.
Être positif comme chante l'autre.
Si on part battu d'avance,
s'excusant en entrant,
et disant "tant pis" avant d'avoir eu une reponse,
on va pas obtenir grand chose.
Ce n'est pas en prenant une posture
de victime, de loseur depressif,
que l'on donne envie...
La deprime, la grisaille,
c'est comme le sourire,
c'est contagieux.
Alors, si on sent que ça vous fait chier,
qui aura envie de se faire chier avec vous ?

. C'est valable aussi et surtout
pour le marché du travail.
Les gens s'inscrivent au chomage.
Ils sont resignés.
Demarchent chomage et allocation.
Et ne croit pas a l'emploi.
L'arrogance devient un atout, un talent,
pour s'imposer, briller, exister...
Les gens recherchent de l'energie,
du sang neuf,
plus qu'un nouveau rouage...
Et aiment a se laisser embobiner...

. Pourquoi si peu sont ainsi alors ?
Par decouragement...
Cela ne marche pas a tout les coups,
loin de la...
Et cela demande de l'energie...
Et d'y croire, de s'investire un minimum...
Et donc, en cas d'echec,
d'être cruellement, intiment deçu,
blessé, decouragé...
Voir degoutté, ecoeuré...
Et l'on se dit "a quoi bon ?"...
Mais a quoi bon vivre après tout ?
Si c'est pour se faire chier toute sa vie
sous pretexte que c'est la norme,
le système,
et qu'on est plus tranquille comme ça,
autant en finir tout de suite !

. Ce n'est qu'en tentant sa chance,
en ayant l'audace d'essayer,
ce n'est qu'en y croyant,
qu'on y arrive...
Il n'y a pas de secret.

. C'est l'un des aspects,
ou je suis plus "sataniste",
shamanique-mystique,
que monotheiste-chretien,
c'est que je crois en l'homme,
et en sa valeur.
Pas en un Dieu "père" protecteur,
et a une volonté divine.
Je ne crois pas a la justice divine,
ou immanente.
Je ne crois pas au mythe
du martyre-meritant.
Pour moi, la valeur d'un homme
ne se perçoit pas au nombre de tuiles
qu'il a pris sur le coin de la tronche,
tout le monde en prend,
mais a sa façon d'y faire face,
de se relever.
La valeur se prouve face aux problèmes,
a l'adversité.
Elle devrait être galvatrice.
La plupart des gens sont prostrés,
geignant, pleurant,
au premier soucis.
Tssst...

. D'un côté,
il y a la routine,
les habitudes,
les mêmes choses,
les mêmes trajets,
repetés encore et encore,
a l'infini...
La lassitude et la morne monotonie...
Les jours qui finissent par se fondrent,
se confondre dans la grisaille...
Impossible de les differencier,
si ce n'est par les programmes a la télé,
et encore...
Et de l'autre,
l'aventure, le chaos,
l'inconnu, l'incertitude...
Chaque jour, chaque heure,
chaque instant
prends plus de sens...
Et l'on perçoit mieux le danger...
La fragilité...

 

Edito du 24 Novembre 2004 :
Bohème...
. La bohème...
Voila, au fond,
ce que je risque d'avoir,
une vie de bohème...
Comme dans la chanson...
Ne suis-je pas presque gitan ?
Bohemien...
Nombres de personnes,
aujourd'hui,
ne se font-ils pas appeller,
péjorativement,
bo-bo, (bourgeois-bohème) ?
Je crois que ce qualificatif
ne vas pas pour le deplaire...
Tant pis, si pour eux,
ils s'agissait d'une insulte
a la base...
Pas pour moi.

. Après tout,
pour eux,
tout est pejoratif,
"bourgeois" ou "ouvrier",
sonnent toujours péjorativement.
Ils n'utilisent les mots que pour blessser.
Pour rabaisser.
Pour reduir, caricaturer,
insulter.
Pas definir.

. Définition du dico :
"Bohème :
n. Personne qui vit au jour le jour.
N. f. L'ensemble des bohèmes."
"Bohèmien :
adj. et n. De la Bohème.
N. Vagabond..."

Ou Tzigane.

. Je suis doué pour vagabonder,
disparaitre,
me glisser dans l'ombre...
Mais je voudrais vivre,
en pleine lumière,
avec elle.

 

Edito du 23 Novembre 2004 :
Listen, don't shout...
. Les gens prefèrent monter le son,
que preter l'oreille...
Ils ne savent plus ecouter,
faire attention...
Moi, je fait plus attention
a des murmures
qu'a des cris...
Ils elèvent la voix,
pour s'imposer,
ajoutant toujours plus a la cacophonie,
dont ils ne manquent pourtant pas
de se plaindre...
Ils veulent imposer leur voix
par la force,
imposer leur autorité,
pas leurs arguments,
ni un bon sens
qu'ils semblent avoir oublié...

. Ils ne s'ecoutent même plus eux même...
Ni ne parviennent a augmenter
leur attention en montant le son de la télé...
Car peu après,
ils ne manquent de demander :
-Qu'est qu'il a dit ?
Qu'est ce qui s'est passé ?
Car ils n'étaient pas (assez ?) concentrés...
Celui qui crie fort
oublie d'ecouter...
N'est plus attentif...
N'est plus reflechie...
Croyant pouvoir tout imposer
par la force, l'autorité...
L'esprit deperit,
chute, s'enfuie...
Et le dialogue aussi...

. J'ai descendu mon grand sac noir...
Celui que j'avais acheté,
il y a quelques années,
en prevision de ce départ...

 

Edito du 22 Novembre 2004 :
Et la photo ?...
. Je ne peux pas m'installer...
Pas sans elle...
Peut être, plus tard,
ecrirais-je des romans,
des bouquins ?
Quand nous aurons un foyer...
Mais je ne peux faire cela
sans pied a terre...

. Et si je me lançait
dans la photo ?
Pourquoi pas ?
Pas besoin de diplomes,
ni de references...
Il suffit juste d'avoir du talent :
faire des photos,
et eventuellement les vendre.
Pas de patente pour ça.
Il suffit de se constituer un petit stock,
pour commencer...
Et puis de se lancer.
Ce serait a la fois artistique,
creatif...
(Renouvellement, exaltation,
pas trop de routine...)
Et bref, a la fois.

. Un film...
Ou d'autres trucs,
cela prends des mois...
Et je ne veux pas...
Je veux être avec elle...

. J'ai un peu d'experience.
Même si je manque toujours d'ambitions,
de materialisme...

. Je sais qu'une des clés de la photo,
c'est l'incongruité.
Photographier une russe en France,
ou une française en Russie...
Mais ne jamais mettre les choses
dans leur environnement.
Cela les rend distrayantes,
et "innofensives".
Prendre la realité,
la "verité" en photo,
parait souvant derangeant,
offensant,
et engendre des reactions violentes...

. En plus...
La photo redevient tabou...
Les gens coincés, honteux...
Je saurais même pas decrire...
Connard de merde...
Une mariée a derouillée
une de ses invitées,
car elle l'avait prise en photo,
a son mariage !
La, ce n'est même plus l'excuse du
"je voulais pas qu'on sache que je...",
excuse qui me fait déja vomir...
Honte d'eux même, de leur image...
Connards...

. Et en passant...
Le concept de l'image qui influence,
on a demontré que ça ne marchait plus.
Pourquoi ?
La saturation !
Trop d'information "tue" l'information,
les gens sont obligés de faire le tri,
de choisir,
et de ne retenir
pas ce qu'on leur "impose",
mais ce qui leur plait,
ce qui les touche, les inspire.
Chercher a reduire le flot,
a controler,
a n'imposer qu'une image,
c'est detruire la liberté de choix...
Mais plein de gens veulent ça,
c'est vrai...
Qu'on pense et choissise a leur place,
qu'on leur dise quoi faire,
quoi dire, ce qui est bien, beau ou pas.
Connards.

. Je me demande
si je vais acheter Previews jeudi,
vu que je pars dans si peu de temps...
Et que je ne l'emennerais pas...
Ni...
Grrrr...
Je ne devrais pas avoir ce genre de refexions,
c'est debile,
je sais ou ça debouche :
A quoi bon vivre aujourd'hui,
si on dois mourir demain ?
On dois vivre chaque jour,
comme si c'était le dernier.
Ne pas oublier.
Profiter jusqu'au bout.
Ne rien regretter.
Jamais.

. Et le diable me fait du pied...
"Renonce...Repousse tes projets...
Ton départ...Folie...
Viens...Laisse-toi aller..."
Comme je dis vulgairement,
on teste voir si j'ai les couilles bien accrochées !
Ma determination.
Et bien, c'est tout de suite vu,
c'est elle ou rien !
Pas de "plus tard",
ni de "en attendant",
ni même de "mais".
Elle est toute ma vie,
et je n'echangerais pas une heure avec elle
pour tout l'or du monde.

 

Edito du 21 Novembre 2004 :
Tentative de bilan...
. Je vais essayer de faire,
ce que j'avais déja fait,
il y a de cela bien des années...
Au moment du nouveau chapitre,
de tourner la page...
Juste avant de changer de vie,
de nom...
J'avais fait une liste...
Simple.
D'un côté, ce que je ne veux pas,
ce que je n'accepterais jamais de faire...
De l'autre, ce que j'aimerais bien faire...
Dans cette courte liste, donc,
on trouvais :
le cinéma...Pourquoi pas ? J'aime bien ça...
Donc, j'ai fait du ciné.
Du ciné, de la télé, de la pub,
et même du theatre.
Plus par desoeuvrement,
que par reelle passion...
Ouaip...

. Je vais essayer de faire ça
sous forme de dialogue,
pour commencer...
Prèt ?

. Commençons par le plus evident :
Qu'est-ce que tu veux ?
Qu'est-ce que tu veux vraiment ?

-Être avec elle.
-Ok ! Bien. Donc, tu...
-Je ne peux pas être avec elle,
pas complètement, pas a plein temps,
pas avant au moins deux ans.
-Tu es sur...?
-Oui. Cela ne depends pas de moi.
Il faut être deux pour danser.
-Qu'est ce que tu veux faire alors ?
-Être avec elle. Le plus possible.
Sans l'ennuyer. La faire sourire, la consoler.
L'embrasser...
-Tu vas donc habiter près d'elle ?
-C'est pas si simple.
-Si.
-Non.
-Explique.
-Dans plus ou moins deux ans,
elle devra bouger,
et moi la suivre.
-Et alors ?
-Alors...
Si d'un certains point de vue,
deux ans, cela peut paraitre long,
du point de vu d'un bail locatif,
d'un travail, d'une situation,
c'est ridicule !
-Excuses ! Les CDD, c'est quoi a ton avis ?
Tu veux faire quoi ?
Être un clodo pendant deux ans dans son quartier ?
T'es ridicule !

-J'ai pas de diplomes !
Pas d'experience ou de CV !
Je refuse de changer de "presentation" !
Quels boulots je peux faire,
de toutes façons ?
-Mais tu peux faire tout ce que tu veux !
Vendeur ! Photographe ! Cineaste !
Tu l'as déja fait !

-Je ne veux pas m'engager dans quoi que ce soit,
qui risquerait de me gener,
de m'empecher de m'engager complètement avec elle.
Et je suis chiant, j'aime pas faire les choses a moitié !
C'est a 100 %
ou pas du tout...

-A quoi tu penses ?
Qu'est ce qui te trotte dans la tête ?
Dis-moi...
De quoi t'as envie...?

-Voyager...
Respirer...Être libre, un petit peu...
Voir du pays, des paysages...
-Bah alors ?
-Je veux être avec elle...
-Elle bosse, elle.
Ce n'est pas une aventurière comme toi.
Pas une de ces creatures sauvages
et indomptables.
Maintenant, ou même plus tard,
elle aura toujours a faire,
toujours des obligations.
Elle, au moins, elle a les pieds sur terre.
Quand elle aura besoin de toi,
tu devra être la, et rester...
Et ne rien regretter.
Tu ne rajeunira pas.

-Je sais.
Je voudrais juste...
-Quoi ?
Aujourd'hui,
profiter de ce que tu pourras faire demain,
et demain,
profiter de ce que tu pouvais faire hier ?
C'est de l'insatisfaction purement humaine !

-T'es vache...
-Tu le mérite, lavette !

-Avoue...
Cela ne sert a rien de faire une liste
de boulots ou d'ambitions,
si tu n'as pas l'intention de commencer
a construire quelque chose sans elle.
Carrière, ou foyer.
Je me trompe ?

-Non.
-C'est irresponsable...
C'est de l'inconscience pure...
Tu en as conscience ?
Tu ne peux pas rester a rien faire !

-C'est vrai. Mais quoi ?
Si je tente de vivre comme les humains,
sans rèves, sans ambitions,
dans la grisaille,
pour et par l'argent,
je vais me noyer.
Je le sais.
Je le vois,
même chez les humains,
c'est comme ça.

. Être acteur,
metteur en scène
de sa propre vie...
En être le héros...
Se battre pour ses rèves...
Ou la subir...
En être la victime...

 

Edito du 20 Novembre 2004 :
Le ...
. Elle est le mince fil de soie qui me rattache a la vie...
Qu'un rien pourrait briser...

. Je n'arrive pas a être inquiet...
Pourtant, je devrais...
Je n'ai aucun but,
aucun plan...
Rien preparé...
Dans trois mois,
surement,
on m'aura tout volé...
Pas dans une agression, non...
Simplement, bêtement,
lorsque je me serais assoupie,
endormie,
au dehors, epuisé...
Ils n'auront qu'a ramasser...
Et je n'aurais plus rien...

. Je n'ai aucun projet...
Les rares idées idiottes
qui me viennent a l'esprit,
m'occuperaient par trop,
et m'eloignerait d'elle...

. J'ai reçu un SMS, tout a l'heure...
Je ne sais qui me l'a envoyé...
Il m'interrogeait sur l'origine du choix,
d'un des noms que je porte,
le plus courant...
M'indiquant qu'il s'agirait d'un des noms
des descandants de Marie Madeleine...
J'ignorais...
Je suis plus curieux de savoir
qui m'a envoyé ce SMS...
Oh...Et, evidement,
puisque je l'ignorais,
la réponse est non,
aucun rapport.
Il a une signification, oui,
mais c'est plus une reference culturelle...

 

Edito du 18 Novembre 2004 :
Le choix du chevalier...
. Dans le champs,
juste en face du cimetière,
paisent deux chameaux,
un lama, un poney et un yak...
(Ou un zebu, je confonds...)

. Mon pied me fait a nouveau
un petit peu mal...
Je l'avait laissé plus ou moins au repos,
ces derniers temps,
croyant qu'il se remettrait...
Je ne comprends pas...

. J'ai fait le tour de quelques magasins...
Je comptait m'acheter
un apareil photo numerique
aujourd'hui...
Je n'ai, jusqu'ici,
que ma fidèle webcam,
ou un appareil qu'on me prète a l'occasion...
Mais je n'ai pas pu...
Je regardais les appareils photos,
et même les DVD...
Et je n'arrivais pas a me faire envie...
Malgré moi, je me disais de garder mon argent...
Et je m'arettais,
un peu plus loin,
devant les balladeur MP3,
et même devant les magasins de chaussures...
Ne reussissant a songer
qu'a ce que je pourrais lui acheter,
a elle...
Qu'a avoir envie de la combler, elle...
D'être avec elle...
Rien d'autre...
Combien tout le reste parait fade
et sans interèt...

. La logique de "garder son argent",
c'est idiot.
L'argent, on l'a,
on le depense, ou pas,
mais on ne le garde jamais...
Et après, c'est toujours trop tard.
Il faut vivre dans l'instant,
et profiter des occasions.
C'est d'experience que je dis ça.
L'argent qu'on "met de côté",
ça ne marche jamais.
Soit on en gagne assez,
au moment ou on en a besoin,
soit non.

. Il y a une image romantique,
romanesque, très commune,
c'est le chevalier qui vient sur son fier destrier,
tends la main vers sa princesse,
er l'arrache a sa vie de misère
pour l'emmener vers une nouvelle vie...
Mine de rien, c'est très machiste comme idée,
la fille doit tout plaquer pour le mec ?
Et puis quoi...?
Mais reste qu'il y a quelque chose...
Un fond...
Celui du choix...
Du choix d'une vie.
J'ai peur d'être ce chevalier...
J'ai peur, demain, de me construire une vie,
une carrière, des obligations, des contraintes,
que sais-je,
et de lui demander de choisir,
de me suivre...
De renoncer a une partie de sa vie,
pour pouvoir vivre avec moi...
J'ai peur de ça...
Que très vite,
si je commence quelque chose, je sois...
Je ne veux pas...
Je ne veux rien lui imposer,
surtout pas ce choix,
trop cruel...
Je le sais, j'y ai été confronté...

. Pour lui eviter,
et rester a ses côtés...
Le mieux est donc de ne rien faire...
Rester, simplement, a l'attendre...
Clochard...Chien errant...
Pas si facile...

 

Edito du 15 Novembre 2004 :
Narcisse Versus Eve...
. L'humanité est tel Narcisse...
Obesédé par sa propre image,
son propre reflet...
De plus en plus,
ne faisant que se regarder le nombril...
Destinée a deperir,
degenerer...
Creant des Divinités a sa propre image,
sa propre ressemblance...
S'enfermant dans des clans,
des cercles de plus en plus reduits,
et intolerants a la difference...

. Eve, c'est la curiosité,
Pandore...
Le danger...
La pomme, la boite,
la porte interdite...
La connaissance...
Apprendre...
S'adapter...

. Voila une des raisons,
qui font que je suis
pour la mondialisation,
et pire,
la conquète de l'espace.
Pouvoir echanger,
apprendre, voyager...
Ne pas se limiter,
se recroqueviller,
comme le fait l'humanité...
Redresser la tête,
avancer...

 

Edito du 14 Novembre 2004 :
En quète d'un combat...
. Je sent que j'ai le moral qui descend...
. Il faudra que je trouve un boulot...
Pas pour des raisons financières...
Même si aussi...
Mais d'abord pour avoir quelque chose a faire,
une structure, des horaires...
Une prison...
Une pression, comme un combat,
tout donner...
J'ai besoin d'un but,
d'une raison...
Tout donner,
me battre,
me depasser...
Je sais faire ça,
j'adore même...

. On me le reproche parfois,
mon enthousiasme,
mon energie...
Et donc,
mon perfectionnisme,
un petit peu...

. Un scenario,
un rôle...
Pour me depasser...
Me reinventer...

. Je sais comment tourne ce monde,
les requins...
Si tu arrètte de nager, tu coule...
Si tu arrètte de te battre,
de vouloir conquerir, gravir,
de chercher a gagner pluss,
tu te laisse aller,
ronger, grignoter...
Et tu perds...
Tout...

. J'ai besoin d'ambitions...
Les moyens se trouvent,
s'obtiennent...
Lorsqu'on a la volonté,
l'ambition...
Mais sans elle,
peu importe les moyens dont on dispose...
Tout est vain,
et l'on ne va nulle part,
on obtient rien...
Il faut vouloir !
Et je ne veux rien...
Sauf elle...
Et son bonheur...

 

Edito du 13 Novembre 2004 :
L'orgueil est la clé...
. L'heure du départ approche...
Cela se sent, se ressent...

. Ceux qui me connaisent un peu,
et moi-même,
craignent une chose,
un scenario...
Que je meurt de faim
et de froid...
Oui, c'est aussi simple,
aussi con que ça...
Parce que je n'aurais pas fais l'effort
de me nourrir,
pas sentie le besoin,
pas eu vraiment l'envie,
jusqu'a ce que je soit trop faible...
(Ça m'est déja arrivé !)
Preferant un banc,
un coin de rue, ou une tente,
a un hotel,
a un endroit trop cher...
Oui, je suis con a ce point la !

. Pourquoi manger,
ou prendre soin de moi, après tout ?
Tout le problème est la...
Je ne peux faire ça pour moi même...
Je ne suis pas "une bonne raison"...

. Orgueilleux, con, bête et tétu,
ça oui, je le suis...
J'ai un égo assez fort...
De l'honneur...
Mais pas d'amour propre relatif
au regard des autres.
Je me fous de ce que l'on pense de moi,
et n'ai rien a prouver a personne...
D'ou une certaine difficulté
pour jouer avec mon orgueil...
Il faut qu'un défi, un challenge,
m'amuse pour que je le relève...
J'aime pousser,
faire des efforts,
et même me depasser,
apprendre, accomplir quelque chose...
Ma fierté...
Il faudrait jouer avec ça...

. Si je pouvais vivre avec elle,
mon orgeuil me pousserait sans doute,
a vouloir payer notre appart,
de d'autres choses,
a faire a manger, tout entretenir...
Mais seul...
Pour moi même...?

. Mon orgeuil me pousserait plus
a sortir des conneries genre :
"J'ai pas besoin de ça..."
Il faut trouver un truc...
Je suis capable de tant de choses,
si je suis motivé...
Mais ma propre survie ?
Il faudrait autre chose...
Quelque chose a me prouver...
(Ou a lui prouver a elle...)
Un peché d'orgeuil salvateur,
qui me pousse a me depasser...
Mais quoi ?

 

Edito du 10 Novembre 2004 :
Pressions des attentes...
. On attends parfois
des choses de moi...
Affectivement...
S'accrochant a moi,
attendant de moi
quelque chose,
d'être quelqu'un, pour eux,
de comprendre, et plus,
de partager complètement,
d'être comme eux...

. Les pressions professionnelles
ne me derangent pas trop...
C'est de l'exigence technique.
Parfois, je geint de ne pas savoir,
mais j'apprends assez vite,
et j'apprecie le perfectionnisme,
bien davantage que
le j'm'en-foutisme...
Ce n'est pas cette pression la
que je redoute...
J'aime même travailler dans l'urgence,
"sous pression"...
C'est celle du regard des autres,
de leurs attentes,
d'un point de vue personnel...
Je ne supporte pas...

. Et la seule personne,
qui devrait me faire ressentir cela,
dont je voudrais parfois qu'elle me pousse a...
( ...changer ? ...être un autre ?)
Elle ne le fait pas...
Elle ne me demande rien.
Juste d'être moi,
juste d'être la...
Peut être même d'en faire moins...
Pas besoin...
Avec elle je suis bien...
Si bien...

. J'ai parfois peur
que ce soit moi,
malgré moi,
qui lui mette cette pression
sur les epaules...
Je ne voudrais pas...
Elle est comme mon oxygène,
l'air dont j'ai besoin pour respirer, vivre...
Mais parfois, trop desesperé,
je me raccroche a elle comme un noyé...
La serrant, sans vouloir la lacher,
jamais...
Je ne voudrais pas qu'elle en soit genée...
Qu'elle ne se ressente ça comme cette pression,
comme une attente larvée,
qui me gène tant de la part des gens...
Je ne veux pas qu'elle crois
que j'attends d'elle
qu'elle soit ou fasse,
quoi que ce soit...
Je l'aime...
Je suis maladroit...

. Je comprends ou est ma place...
Je ne descends pas pour l'oppresser...
Juste pour être la...
Si elle veux me voir,
être avec moi...
Toujours timide, celui qui ne derange pas...
Qui s'efface...
Ma place est dans l'ombre,
mais je veux être a sa portée...
Qu'elle n'ai qu'a le vouloir...
Genie, démon,
prèt a realiser les souhaits...
Petit chien vagabond...
Amoureux transi...

 

Edito du 09 Novembre 2004 :
Groumphfff...
. Plus que la demagogie,
je hait les gens qui fuient
et rejettent les responsabilités.

. Je viens de lire,
de plusieurs source,
qu'on vivait une epoque
"rongée par l'individualisme",
dans un sens qu'il fallait y resoudre par le collectivisme.
Pas d'accord.
L'individualisme n'exclue pas la solidarité !
L'individualisme,
c'est l'individus (moi) d'abord !
Le collectivisme ou socialisme,
c'est le groupe d'abord...
Mais qui peu pretendre savoir ce qui est bon
pour le groupe ?
Et pourquoi le bonheur d'un
devrait-il être sacrifié au profit
du groupe ?
Un groupe de personnes malheureuses
est-il heureux ?
Absurde !

. C'est la connerie
qui ronge notre monde.
Et ce n'est pas un système "politique"
qui changera cela !
L'humain est ce qu'il est !
. Une petite parabole :
C'est l'histoire d'un mec,
il vient de se prendre trois balles,
et cinq coups de couteaux,
il se vide de son sang...
Il arrive aux urgences...
Oh, une vieille dame...
Mais passez avant moi, je vous en prie...
Oh, une femme enceinte...
Mais allez y...
Etc, etc...
Et le type meurt seul dans la salle d'attente.
Être egoiste est salutaire.
Sinon, on est malheureux,
mal dans sa peau,
et en plus,
les autres non seulement vous pietinent,
vous utilisent,
mais ne vous respecte pas,
(puisque vous ne vous respectez pas vous même)
ni, en fin de compte,
ne peuvent savoir qui vous êtes vraiment,
puisque vous ne vous êtes jamais affirmés.
Cela n'exclue pas la solidarité !
Mais il faut, pour pouvoir aider, être fort !

. Et de même,
aider, donner un coups de main,
ce ne doit pas être être une poire...
Encore une parabole :
Donne un poisson a quelqu'un ,
tu le nourris pour une journée...
Apprends lui a pecher,
tu le nourris pour toute sa vie.

Aujourd'hui, les gens ne veulent plus
"apprendre a pecher".
Ils veulent le poisson, point.
Et si tu as le malheur de leur en donner une fois,
et qu'après tu ne continue pas,
tu passe pour un salaud !

 

Edito du 06 Novembre 2004 :
Les humains se rongent...
. L'homme est son propre pire enemi.
Pas seulement envers ses semblables,
envers lui même.
Laissez un individus seul,
et il commenceras a s'autodetruire...
La société pousse les gens
a s'auto-surveiller,
a ne pas se laisser aller...
Se replier sur soi,
s'isoler,
c'est la porte ouverte
a la degenerescence,
aux comportements de plus en plus aberrants.
Les humains se haissent eux même.
Pas ce qui diffère, non,
ce qu'ils cachent au fond d'eux...
Ils se rèvent,
s'imaginent autrement,
mieux,
icones, divinités, médias,
et se vomissent
de ne pas être ainsi...
Ils s'en prennent aux autres,
pour ne pas s'en prendre a eux même...
Projetant leur haine,
leur frustration,
et leur colère...
Pour eviter, un bref instant,
l'inevitable decheance...
Qui suit l'abandon des illusions...

. L'homme seul créé
sa propre et sa pire,
sa plus profonde,
souffrance...
Sa detresse...
Son desespoir...
Son malheur...
Et pour survivre,
il blame les autres pour ça...

. Mon pied va un peu mieux...
Mais j'evite de m'appuyer complètement dessus....

 

Edito du 05 Novembre 2004 :
The romantic park...
. Je songe a notre parc...
C'est un lieu si romantique,
que nous y croisons parfois
de jeunes mariées
qui viennent y faire leurs photos de mariage...

. Et moi, j'aurai voulu,
une vie simple, banale et paisible...
A quiet life...
Ce qui fait tant chier,
tant de gens...
J'aurai voulu...
Et merde...

 

Edito du 04 Novembre 2004 :
'Tites courses a Paris...
. J'ai été a Paris,
j'ai acheté une carte Airport
pour mon i-book...
On m'a raconté qu'il y avait
des reseaux Wi-Fi gratuit
dans les McDo...
Alors, je vais peut être devoir y aller,
de temps en temps...
En esperant que
"ça passera comme ça chez McDonald's"...
. En me balladant dans le magasin,
cherchant mon rayon au BHV,
j'ai songé combien j'aimerais trainer
faire du shopping avec elle...
Je songe encore a lui acheter un balladeur,
mais je n'ose pas...
J'ai peur de faire une betise...

. Je me suis un peu renseigné
pour les comics, la VPC...
Pouvoir faire mettre de côté,
acheter et me faire envoyer
mes comics import,
indisponible en français...
Je sais...
On avais dit que je devais changer
mes habitudes...
Arretter de...
Mais bon...

. J'ai mal au pied...
Quelque chose comme un tendon,
un muscle ou je ne sais quoi,
foulé, froissé,
je ne sais comment...
Je boite de plus en plus...

 

Edito du 03 Novembre 2004 :
Nephilim...
. Je songe a ces anges,
ces seraphims, privés de corps,
a ces divinités préchretienne,
comme Zeus,
qui n'avaient pas de corps,
pas de chair...
Mais qui parvenait a aimer des femmes,
et a leur faire des enfants...
C'est d'ailleurs un des mythes fondateurs
de la chrétienté...
S'incarner dans la chair...
Se reincarner...
Les purs esprits envient la chair...
Ne pouvant toucher les incroyants,
ne pouvant vivre bestialement,
veritablement,
sans ce vaisseau de sang...
Sans ce sacrifice de vie...

. Je pense a ces hotels,
que j'ai vu la bas...
Et je ne sais plus si c'est une bonne idée,
si on pourra...
On pourrait lui demander ses papiers
a l'entrée...
Cela ne parait pas insensé...
Et après...

. Je voudrais qu'on puisse
déja avoir notre appartement,
qu'elle ait vingt ans...
Qu'on puisse...

. J'ai recuperé ma tente de camping...
Elle est un peu cassée,
et je n'ai pas vraiment l'intention
de m'en servir...
Mais qui sait ?
Ça peux depanner,
servir...

 

Edito du 02 Novembre 2004 :
H...
. Nombreux sont ceux,
qui disent vouloir savoir
ce que l'avenir le leur reserve...
Mais qui le veux vraiment,
au fond ?
Pour le cinéma,
on appelle ça des Spoilers,
se gacher le film,
en se faisant raconter la fin,
l'essentiel...
On perd desormais tout interèt
a voir et decouvrir le film,
puisqu'on sait déja
comment ça finira, non ?
Et la vie,
on sait déja comment ça finira,
non ?
Et le plus gros des "peripeties" aussi,
on s'en doute,
on peux les prevoir,
non ?

. Une de mes maximes,
de mes devises,
c'est "Fight The Fate".
Se battre pas que contre le destin,
mais contre la fatalité...
Et je sens que je baisse les bras...
Je me sent paisible, serein,
face a mon ineluctable destin,
face a ma mort prochaine...
J'arrive pas a trouver ça injuste,
a avoir envie de me battre,
de me revolter,
de faire autre chose...

. Je sais que
même en venant vivre près d'elle,
je ne pourrais être avec elle,
complètement,
autant que je le voudrais,
avant de nombreuses années,
peut être même jamais...
Et qui peu dire,
si rien ne sera jamais mieux
que ce que nous vivons
en ce moment...

. J'ai rien envie,
pour moi...
Rien envie,
tout seul...
Je veux juste la serrer contre moi...
Sentir sa chaleur...
Son coeur qui bat...
Je n'ai rien d'autre...
Je ne veux rien d'autre...

 

Edito du 01 Novembre 2004 :
Halloween, naissance de l'automne/hiver...
. Aucun fantôme du passé
ne semble être venu nous tourmenter,
cet halloween...
Nous en sommes au commencement,
au tout debut,
aux premiers instants...
Le parc, notre parc,
de longues ballades dans la ville,
devant les boutiques fermées...
Et le soir,
notre premier restaurant,
tous les deux...
Une pizzeria...
On aurait pu se croire
dans "la belle et le clochard"...
On en est pas si loin...
Et après, cinéma,
"un long dimanche de fiançaille"...
J'ai pu la blottir dans mes bras,
pendant tout le film...
Si doux, si chaud...

. J'aurais voulu la garder contre moi,
tout la nuit, toute la vie...
M'endormir comme ça,
en la serrant contre moi...

. Après son départ,
j'ai fait un rapide tour,
pour voir ou nous pourrions passer
le 31 decembre ensemble...
Puis je suis allé a la gare,
atteindre mon train...
J'avais froid...
Pourtant, il ne faisait pas vraiment froid,
mais j'avais froid...
Et j'etait epuisé...
Je tenais a peine debout,
a me voir, on m'a certainement cru ivre,
titubant, m'endormant debout,
me rattrappant au dernier moment
pour ne pas tomber...
J'ai dormi dans le train...

. J'essayais d'eviter de songer
aux lendemains incertains...
Je songe a la signification première,
des celebrations de cette journée...
Fêtes des morts, des esprits,
des saints, qui sait...
Mais d'abord, avant tout,
c'est la fin des recoltes,
l'entrée dans l'hiver.
C'est cela , pour les paysans,
a la vie simple d'autrefois...
La fin d'une année...
L'entrée dans la nuit,
dans la rigeur d'un hiver,
ou l'on ne pourra vivre
que de ce qu'on a mis de côté...
En attendant...
En priant...
Pour que le soleil brille
et rechauffe les terres a nouveau...
Qu'un nouveau printemps revienne...
Et c'est cela aussi,
que cela signifie pour moi...

. Mais je veux braver les tempètes,
le froid, l'inconnu, la faim...
Pour pouvoir être avec elle...
Tant qu'elle voudra de moi...
...



Edito et notes d'intentions :

Bienvenue sur le site du darkcowboy ,
et sur son blog ,

Bonsoir

. Sachez que toutes remarques,critiques ou suggestions sont les bienvenues, a la condition d'être construtifs et raisonnables...
. Ensuite,apprennez que dans mon esprit d'ancien hippie post soixante huitard,je ne crois pas a la possession des choses ,en clair,tout ce qui ce trouve sur ces pages est libre de droit ! D'exploitation ,de copie,de diffusion ,de tout ce que vous voudrez... Si je veux le garder pour moi, je ne l'y met pas, et c'est tout...
. Cependant,bien sur, si je vous ai pris en photo et que vous ne voulez pas que votre image soit diffusée aux quatre vents, reclamez, je la retirerai...
. Et enfin,il ne faut pas oublier que ce ne sont que des pages persos, pas un vrai site.A un moment,il va être plein et il faudra degager des vieux trucs pour faire places aux nouveaux... Alors,telechargez si quelque chose vous plait,avant que cela ne disparaisse...

Precedents Editos : Octobre 04 - Septembre 04 - Aout 04 - Juillet 04 - Juin 04 - Mai 04 - Avril 04 - Mars 04 - Fevrier 04 - Janvier 04 - Decembre 03 - Novembre 03 - Octobre 03 - Septembre 03 - Aout 03 - Juillet 03 - Juin 03- Mai 03 - Avril 03 - Mars 03 - Fevrier 03 -Janvier 03 -Decembre 02 -Novembre 02 - Octobre 02 -Septembre 02 -Aout 02 - Juillet 02 -


Vous vous sentez seuls ?
Simplement envie de parler,ou de partager des choses ?
- Ecrivez-moi :
darkcowboy@wanadoo.fr