Edito du 28 Mars 2004:
Ne pas boire le calice jusqu'a la lie...
. Ce matin, lorsque j'ai quitté la soirée,
celle-ci n'etait pas finie...
Loin de la...
Les pistes de danses etaient encore pleines,
la musique toujours aussi entrainante,
l'ambiance entière...
Et l'open-bar ne laissait guère de repis
aux barmaids...
Pourtant, je suis partie...
Des amis toujours presents,
une nouvelle que j'ai pu embrasser,
une autre, que je n'osais deranger,
puisqu'en bonne voie avec son bel Adonis...
Le passage a l'heure d'été y a surement joué,
et pourtant...
Mais je suis parti sans un regret...
Au contraire, savourant le delice de quitter
une fête qui n'etait pas terminé,
que je savait continuer sans moi,
et mes amies s'amuser...
C'est toujours comme ça que je voudrais partir...
Pas quand tout est fini,
mais quand rien ne l'est...
A tel point que je ne manquerais a personne...

. J'ai pourtant souvent tirer fierté,
de danser le premier, et bien souvent le dernier...
Sans beaucoup m'arretter entre les deux...
Je n'en ai que plus gouter cela...
La douceur du matin,
la douce fraicheur avant l'aube,
sur Paris, encore illuminé...
J'aime tant Paris la nuit...
J'aime tant cette ville
ou je me sens chez moi,
et pourtant toujours emerveillé...
Et cette sorte de liberté...

. Durant la soirée,
plusieurs personnes ont voulu
me faire remarquer la lassitude
qu'ils eprouvaient,
fasse a une playlist non-renouvellée,
rejouée depuis plusieurs soirées...
Moi, je n'ai pu le remarquer,
cela faisait trop longtemps
que je n'etait pas venu...
Voila le secret :
Gouter sans abuser...
Savourer comme un instant precieux,
non systematique et repeté...
Une sortie en soirée ne doit pas être mensuelle,
ni hebdomadaire,
elle doit toujours être exceptionnelle,
et pleine d'engouement...
A trop se gaver des choses,
on en perd la saveur et le gout,
on en perd le sens,
et la preciosité...

. En voici quelques modestes photos...
Vous pourrez en retrouver d'autres,
bientôt sur Nightoo,
le site des organisateurs de la soirée,
le site de Mina...

 

Edito du 25 Mars 2004:
Comme un refrain...
. Pas vraiment envie d'ecrire...
Pas grand chose n'est arrivé...
Pas de photos, d'images,
ni d'inspiration...

. Je vois, autour de moi, les gens...
Leurs problèmes...
Ils se noient dedans...
J'ai envie de demander
"quels problèmes ?",
mais c'est toujours les mêmes,
pour les mêmes gens...
Ils n'apprennent jamais,
ils ne resolvent jamais rien,
parfois, ils transmettent même
leurs problèmes a leurs enfants...
Genereux...Abrutis...
J'ai vu sur une affiche de ciné,
une accroche qui resumait ça parfaitement :
"L'or, ça se divise,
les emmerdes, ça se multiplie !"
C'est tout a fait ça !
Quand ils se mettent a plusieurs
sur un problème,
ce n'est pas pour le resoudre,
c'est pour l'embrouiller,
creer plus de confusion,
plus de cacophonies,
plus de voix...

. Et c'est tellement rengaine,
c'est tellement toujours pareil,
que ça n'inspire pas vraiment
a reflexion...
Cela inspirerait plutôt une chanson...
Une chanson monocorde,
entetante,
dont les paroles se repeteraient
encore...
A chaque fois qu'ils recommencent...
Pour la même chose...

. J'ai parfois l'impression,
qu'ils se complaisent dedans,
dans ces troubles qui leurs sont devenus
si familers, si quotidien...
Qu'ils ne sauraient vivre sans eux...
Qu'ils ne pourraient faire , comme moi,
regler, et avancer vers l'inconnu,
vers d'autres problèmes,
bien plus complexes,
bien plus dangereux,
bien plus insolubles...
Bien plus excitants...

 

Edito du 24 Mars 2004:
Trop de tout, sans envie...
. Je suis allé au cinema...
Je me suis acheté un nouveau magnetoscope,
pour remplacer celui qui etait en bombe,
depuis des semaines...
Profitant d'une promotion,
je l'ai acheté avec lecteur DVD integré,
enfin, mon lecteur DVD...
J'ai aussi acheté quelques VHS, a 1¤ ...
Je devrais être ravis...
Je devrais être content...
Satisfait, excité,
je ne sais pas moi...
Mais non...
Rien...

. Je n'en avais même plus envie...
Je n'ai plus l'impression d'avoir
envie de grand choses...
Non...
En fait, j'ai envie de tout balancer...
De tout jeter...
De me debarasser de tout...
De toutes mes videos, de tous mes livres...
De tout...
Qu'il ne reste rien...
Cette sorte d'ecoeurement en moi...
Ce gout a rien...
J'ai envie d'adrenaline....
De bouger...
De...

. J'suis pas bien quand tout va bien...
J'suis une creature du malheur ,
du desordre et du chaos...
J'ai besoin d'adrenaline...
Besoin de liberté...
J'etouffe...
Je me noie...

 

Edito du 21 Mars 2004:
La religion de l'esclave...
. Autrefois, le sacré etait mystère,
et pouvoir...
L'homme avançait dans les tenèbres,
a la recherche de la lumière,
dans une quète d'ascension...
Dans les mythes anciens,
l'homme devenait un Dieu...
La naissance ne faisait pas tout,
l'homme pouvait defier le destin,
l'ordre naturel et etablis,
et gagner !

. Les religions d'aujourd'hui
delivrent des enseignements...
Des lois, des commendements...
Pas des secrets, pas des talents,
pas le pouvoir...
La quète du pouvoir est celui
de la magie noire...
Les religions, aujourd'hui,
apprennent aux hommes a obeir,
a être victimes, martyres,
pour meriter le paradis...
Elles apprennent a accepter les choses,
et non comment les changer...
Egalité dans la soumission...

. Autrefois, les mythologies,
etaient des contes et des recits secrets,
des legendes et des histoires du passé,
que l'on enseignait aux initiés,
pour leur apprendre...
Pour notemment,
ne pas detenir l'experience que d'une vie,
mais celles, et la sagesse qui en decoulent,
de ceux de centaines, de miliers d'ancètres,
venus avant lui...
Pour pouvoir partir d'ou ils etaient arrivés,
ne pas reproduire les mêmes erreurs,
et les depasser...
La passion et la ferveur de cette fascination,
de ces recherches, motivés par une quète
de depassement de soi,
ont fascinés les humains...
Les humains qui aiment tant a obeir, a croire,
a s'abandonner...
Et parfois, a pretendre essayer de mimer
des ersatzs de postures inspirés,
vides du sens premier...
Car l'humain est peut être amusé
par le concept de liberté,
mais il refusera toujours de larguer les amarres,
de sacrifier ce qu'il a et toutes securités,
pour avancer vers l'inconnu,
vers l'incertain,
vers le depassement sans repères...

 

Edito du 20 Mars 2004:
Breath & Read...
. Assis sur le rebord de la fenètre,
au deuxième etage...
Je lisais un bouquin...
Je regardais le vide,
les nuages et les maisons...
Un douce brise sur mon visage...
Pas assez fort pour tourner
les pages de mon bouquin...
Pas de soleil, pas de pluie...
Les arbres en fleurs...
Un temps parfait pour moi...
Mon ordinateur est presque toujours branché,
maintenant...
Je n'ai plus de radios, ni de lecteurs de CD...
L'ordinateur est ma seule "boite a musique",
mon seul lecteur de CDs...
Il faut vraiment que je m'achète
un ordinateur portable...
Je sent en moi une douce melancolie,
un blues leger, pas pesant,
oui, agreable...
Comme une nostalgie du passé...

. Amusant...
En lisant une histoire,
je me suis rendu compte que
certains consideraient les femmes
comme des lys blancs,
des fleurs pures, vierges, immaculées,
et fragiles...
Pour moi, selon mon education,
elle ont toujours été des roses...
Aux robes et aux couleurs multiples,
parfois noueuses et retorses...
Mais toujours garnies depines,
prètes a se defendre...
Et si elles se fanent,
ce n'est pas pour mourir,
mais pour renaitre...
Les plus belles fleurs,
pour moi, ne sont pas les plus fragiles,
ou les plus rares,
elles sont parfois d'apparence commune,
mais recèlent de secrets parfums,
et toujours,
quelques dangers...

. Aujourd'hui,
on m'a reproché le bruit de mes talons,
claquants sur le sol,
et qu'on entend de loin...
(Tandis que c'est mieux de ne pas faire de bruit,
de ne pas parler, de ne pas se faire remarquer,
en bref, de ne pas exister...)
Spontanement, et sans reflechir,
j'ai repondu quelque chose
que j'avais oublié :
Si je fait du bruit quand je marche,
c'est par politesse !
Pour annoncer ma venue a l'avance,
comme on frappe a la porte avant d'entrer...
Il est vrai qu'avant,
(et même parfois avec ces talons),
j'ai gardé l'habitude de me deplacer
comme un chat,
sans faire de bruit...
Surprenant les gens,
qui ne m'avaient pas vu approcher,
ou disparaissant
sans me faire remarquer...
Habitude de voleur et de bandit...

 

Edito du 18 Mars 2004:
Mots, pensées & passion...
. Vous vous souvenez
de mon amante virtuelle ?
Et bien, nous nous sommes recroisés,
sur le net...
Et cette fois, a nouveau, très vite,
nos sens se sont emportés...
Brulants du souvenir ardent
de la fois precedente,
et du trouble, du manque, du besoin
qu'il avait suscité en nous...
Nous avons laissés la passion
nous consumer...
Fievreusement...

. Elle habite mes pensées...
Lorsque je prends le bus,
le metro, ou que je marche,
lorsque j'attends,
ou que je m'attèlle
a une tache monotone,
je ne m'ennuie plus...
Je pense a elle...
Je ne songe a rien d'autre...
Je n'essaie plus de lire...
Il me suffit de fermer les yeux,
ou même, simplement,
de penser...
Et le temps s'ecoule plus vite,
plus légèrement,
que depuis longtemps...

. Encore une fois,
il y a concordance
entre l'art et la vie...
Entre un film
et ce que je vis...
J'ai été voir un film ,
"Last Life in the Universe"
au debut, le heros ne peut songer
seulement rever ou imaginer,
pour tout avenir,
qu'a sa propre mort,
a son sucide...
A la fin du film, enfin,
il songe a retrouver une amie...
Même si cela n'arivera jamais...
Au moins, il peux y rever...
A nouveau...

. Vous trouvez ça pueril ?
(Pour rester poli...)
Cela m'est egal...
Ce qui compte, c'est de sourire,
même un peu...
De sentir quelque chose d'autre
qu'une douleur et un vide en moi...
Vous pouvez,
comme vous le faites souvent,
me traiter de naïf, romantique,
de romanesque...
Je ne le prendrais jamais
comme une deficience,
de pouvoir rever...

 

Edito du 16 Mars 2004:
Even the pain fade away...
. La peine, la douleur,
j'ai l'impression qu'elle vient par vague...
Parfois, une marée violente me submerge...
Parfois, comme maintenant,
elle s'est completement retirée...
Déja, elle revient, doucement...
J'entends, au dessus de moi,
le plafond qui se fissure...
J'ai l'impression que c'est dans ma tête,
egalement,
que ça se fissure...
Merde...
ça allait bien pourtant...
Rien que quand j'ai commencé a ecrire,
ça allait, et puis...
Et puis cette douleur,
comme un point de côté,
parfois aigue et precise,
souvent diffuse et sourde,
dans ma poitrine...
Cette boule dans l'estomac qui revient...
Cette envie de pleurer...
Je me repète que ça va passer...
Que j'ai encore plein de choses a faire,
a decouvrir...
Des tas de films a voir...
Des tas de livres et de BD a lire,
alors que j'arrive de plus en plus rarement
a pouvoir me concentrer pour seulement lire...

. Aujourd'hui, j'ai regardé mes livres,
mes videos, mes BD, mes CD,
toutes les choses que j'ai accumullé,
et comme un fantôme qui me demande,
"qu'est-ce que tu vas en faire si tu pars ?",
alors, j'ai eu envie de tout bruler...
De faire un grand feu et de tout bruler...
De me debarasser de tout ça...
De tout nettoyer...
D'effacer toutes traces de ma vie,
de ma presence ici...
Comme je l'ai déja fait...
Tout effacer, tout oublier,
ne rien laisser...
Que personne ne se rappelle de moi...
Disparaitre completement...
Être emporté par le vent comme un souffle...
Libre, vide, seul,
sans rien et sans attaches...
Qu'on ne retrouve même pas mon corps...


. Je me dit que j'aimerais avoir une amante...
Et je repense a cette citation,
trouvé dans un manga,
qui correspond au mots qu'elle pourrait me dire,
resumant notre relation,
et la seule affection dont je sois capable :
" Si cela te permet d'apaiser pour un temps
ce sang qui coule de ta couronne d'épines
Je veux bien devenir ta petite poupée
"
Cruel, egoiste,
monstrueux,
moi...

 

Edito du 14 Mars 2004:
Sur le Seuil...
. L'epoque actuelle peut paraitre derisoire,
les nombrilistes delirants ne savent considerer
les temps qu'en deux extrèmes :
Soit totalement "inutile" et vain...
Soit la fin...
Ici, ce n'est ni l'un ni l'autre...
Mais c'est une epoque charnière...
Nous sommes a l'aune de plusieurs chemins,
qui s'ouvrent sur l'avenir du monde...
Les avancés,
en matières de technologies,
de communications, de transports,
de medications,
en bref, de civilisation,
nous ont amener a un point critique,
ou nous devont faire un choix...
Déja, nous serrons le frein de la civilisation...
L'humanité s'est develloppée
comme un essaim de sauterelles sur un champs...
Ravageant beaucoup de choses sur son passage...
Rien encore de veritablement irreversible...
Mais les premisses sont indeniables...
Et il serait vain de s'aveugler,
et de le nier...
La pollution et l'explosion demographique,
auront de pires consequences
que tout ce que l'on peut imaginer...

. Plusieurs options s'offrent a nous...
Faire degenerer, et s'effondrer
la "civilisation" actuelle...
Retourner a un age "sombre",
une periode de denie de la technologie,
de refus de l'instruction...
On l'a déja fait...
Plusieurs fois...
Le moyen age, par exemple...
Triste et deprimant en un sens...
Mais salutaire en definitif,
pour la terre et la race humaine...
L'esperance de vie rediminura...
Mais, c'est la solution de facilité,
la plus sure, car déja employée...
D'autres, comme moi,
envisagent d'autres options...
La mondialisation...
Un monde...Unis...Une langue...
Plus de frontière, plus de territoires,
une gestion centralisée,
mondiale et globale,
de toutes les ressources,
de tous et de tout...
Radical et difficille...
Le pire,
c'est les degats que subirait la terre,
dans ce processus...
Car si la civilisation continue,
elle ettouffera, detruira la terre,
comme un essaim de sauterelle devore
jusqu'au dernier grain d'un champs,
n'ayant plus rien a manger...

. Enfin, des reveurs comme moi,
font le rèves des robots...
Robots qui remplaceront les humains,
evoluant , s'adaptant bien plus vite...
N'ayant pas les même besoin...
Detruisent aussi la terre...

. C'est dur de se dire
que les "vieux fous" ont raisons...
Et qu'il faut retourner a l'obscurantisme,
après ses années de lumières...
J'espère ne pas voir cela,
dormir, mourir avant,
pour ne renaitre qu'a un nouvel age doré...

. La vie eternelle, l'immortallité....
On s'en approche trop...
Mathusalem...
Avec pour seul option, a la clé,
la sterilisation et donc,
la degenerescence...
La mort est la première loi
de la nature...
La plus importante...
Celle qui donne son vrai sens,
a la vie, a la naissance,
a l'amour et au reste...
La seul raison...
La vie et la mort...

 

Edito du 13 Mars 2004:
Desir Brulant OnLine...
. Depuis quelque jours,
pour compenser, attenuer, contrer
la deprime qui me reprends,
et comme je n'arrive pas a me "distraire",
je me suis un peu replongé
dans le mysticisme...
Dans la meditation et la magie...
Je me relaxe au milieu des bougies...
Je joue avec le feu,
y passant mes mains,
sans me bruler,
faisant...
Enfin...
Je me suis retrouvé
avec plein de cire sur les doigts,
les mains, et...
Le corps...
Cela m'a un peu aidé...
C'est ça,
ou les arts martiaux,
pour me remettre en harmonie...

. Je faisait un peu d'introspection...
Juste un peu...
Et le vide en moi...
Abyssalle...
Car c'est une des choses
qui me definit...
Je suis vide...
Je suis creux...
On ne peux me rattacher a rien...
Ni me referer...
Mais je peux me "remplir"
de tout...
Devenir n'importe quoi...
Mais en moi,
il n'y a plus rien...

. Je viens de faire l'amour via internet...
Le sexe "virtuel",
comme de faire l'amour par telephone...
Pour moi, c'etait la première fois...
Hey ! Il faut une première fois a tout !
J'ai adoré...
C'etait tendre, c'etait doux...
Pas de vulgarités, pas de prejugés,
ni de malentendus...
Juste une tendresse,
une chaleur partagée...
C'est venu doucement, naturellement,
un geste, un baiser, un regard,
et une chose en enttrainant une autre,
nous nous sommes laissés emportés...
Avec desir, avec chaleur, avec passion,
avec abandon...
C'etait super bien...
Sans se voir...
Sans se toucher...
Juste avec des mots...
Juste avec le coeur...
Juste dans le coeur...
J'espère pouvoir le refaire...
Un de ces quatres...
Mais je crois que ça ne peux vraiment marcher
qui si on est sincère,
et spontané...
Donc pas systematiquement...
Bisous H...
Je pense a toi...

. Je me fiche bien de savoir
combien tout cela doit vous paraitre
pathetique...
Moi, cela m'a fait enormement de bien...
J'aime cette relation lointaine et fragile,
celle qui ne juge pas aux apparences,
ni au passé,
qui ne demande ni ne promet rien...
Comme une secrète amitié...
Plus riche et imaginative...
Moins contraignante,
sans compromis...
Moins limitée...
Une intimité
qu'on ne peux accorder qu'a un etranger...
Juste quelques mots,
desuets et derisoires,
si faciles a caricaturer,
mais tellement plein de sincerités,
de chaleur et de tendresse,
dans mon coeur...
Ce qui compte vraiment
n'obeirat jamais a la logique,
ni a la raison,
ne pourra jamais être mesuré,
ou quantifier...
On ne peux l'enfermer dans un coffre,
ou le prevoir...
C'est une sensation spontanée,
un moment ,
un souvenirs que l'on cherit après...

 

Edito du 12 Mars 2004:
Blind & Pride...
. Imbeciles...
On voit des hommes detruire, deranger,
changer des choses stables et solides,
et les remplacer par d'autres,
plus friables et fragiles,
moins pratiques,
juste pour la satisfaction de changer,
pour le plaisir de la nouveauté...
Et ils sont fiers d'eux-même, en plus !
Et ils veulent qu'on les admire !
Qu'on les applaudissent,
qu'on les felicitent de leurs "trouvailes" !
Et tout cela, bien sur,
en negligeant de s'occupper
de ce qu'ils devraient vraiment faire,
des choses et des gens,
desquels ils devraient regulièrement
prendre soin...
Et non ponctuellement...
Comme une corvée...

. Un pas a la fois...
Une erreur, pas une mentalité...
On peux corriger un enfant,
lui apprendre qu'il se trompe,
qu'il fait une erreur,
qu'il se reprenne...
Pas un adulte déja formé...
On ne peux pas tout reprendre a zero...
Il s'est construit sur des erreurs,
et des fausses idées, entièrement...
On ne peux les lui oter...
Comme une rivière d'eau blanche,
auquel on peux retirer une tache sombre,
une goutte de pollution,
mais lorsqu'elle a complètement
changé de couleur,
on ne peux la rendre a sa virginité...
Tout au plus,
peut-on peut être extraire,
purifier,
une infime part de cette eau...

. Les hommes sont des cons,
et le resteront...
Mais il y a des exceptions...
De precieuses exceptions...

 

Edito du 11 Mars 2004:
Money is a Djinn...
. Autrefois , de nombreuses legendes,
dans de nombreux pays differents,
evoquaient l'existence de Djinns,
ou de génies, si vous prefererez...
Des creatures malicieuses et cruelles,
qui exauçaient les voeux des humains...
Ils etaient craients et redoutés...
Parfois, on attribuait leurs actions au diable,
ou aux lutins, farfadets
et autres Gremlins et Leprechauns...
Mais pourquoi les craindre ?
Pourquoi sont-ils considérés comme mauvais ?
Parce qu'ils exaucent les voeux des humains !
Et les voeux des humains sont toujours stupides,
egoistes, inconsequents, creux, envieux, voir cruel...
Car le coeur de l'homme est ainsi...
Seuls quelques rares esprits particulièrement habile
savent se jouer de leurs tours,
et utiliser leurs pouvoirs...
Et bien rare sont ceux-la...

. Mais qu'est-ce que le Djinn aujourd'hui ?
Qu'est-ce qui permet d'exaucer tous les voeux ?
Pour quoi abandonnerait-on famille,
honneur et dignité ?
Qu'est ce qu'on se met a garder jalousement,
a venerer comme un Dieu jaloux ?
De nos jours ?
C'est l'argent...
Ultime corrupteur...
Faux ami...
Serviteur dont on finit esclave...
L'argent...

 

Edito du 09 Mars 2004:
Comme un poid dans l'estomac...
. Putain, je vais pas bien...
Cela revient, depuis deux jours...
J'essaie d'y echapper,
de me changer les idées, de rigoler,
voir des films, n'importe quoi...
Mais ça revient, sourd et fort...
Cette boule dans mon estomac...
Cette envie de pleurer...
Ce mal de vivre si puissant...
J'essaie de lutter...
Mais j'y arrive pas...
ça me prends a la gorge...
Je n'arrive plus a lire,
a me concentrer,
a me changer les idées...
Comme une envie de hurler,
de tout casser, de tout briser,
de se faire mal,
pour faire sortir tout ça...
J'ai peur de m'en prendre a quelqu'un...
Je pense au rasoir, dans le tiroir...
J'essaie de resister...
Juste une coupure...
Ou deux...Ou trois...
Et ça s'en ira...

 

Edito du 08 Mars 2004:
Soleil Rouge,Coeur Noir,ce soir...
. J'ai été a Paris aujourd'hui,
rendre le camescope a Flora,
et donner un CD du resultat
au directeur du Théâtre du Sang...
C'etait peut être la dernière fois,
que nos chemins se croisaient, alors,
même si je n'aime pas trop ça,
j'ai bien voulu aller avec eux dans un café,
discuter un peu...
Je n'ai rien contre parler,
je serais même plutôt bavard,
mais je demeure associal,
et mal a l'aise...
Je prefère marcher,
je n'ai pas besoin de m'assoir sur une chaise,
ou d'avoir un café,
d'être enfermé,
pour pouvoir discuter...
Il y a des bancs publics,
des fontaines, des prés...
Mais même...
Il y a du fait qu'on ai envie
de discuter "socialement" ou pas...
Je suis mal a l'aise...

. Pourquoi la dernière fois ?
Pourquoi pas ?
Leurs futurs projets m'excluent d'office,
et ne m'interessent guère...
(Concerts, soirées..)
Leur organisation se structure...
Leurs ambitions s'affinnent...
Je n'y ai plus ma place...
C'est simplement ça...
Pas de regrets,
au moment ou je partirais,
ils n'ont plus besoin de moi...
C'est mieux comme ça...
Qui sait ?
Peut être un projet nous reunira ?
Peut être nos chemins se croiseront ?
Ou peut être pas...
Il y a trop de gens auquel j'ai dis
"au revoir" comme "a demain",
pour ne jamais les revoir après...
Les aleas de la vie...

. Je sais ce qui reunis les êtres...
Le hasard, la chance,
la vie, le destin,
le monde et les affaires...
Parfois, j'eue d'heureuses surprises...
Et j'en espère toujours...
Mais je ne les attends pas...
Ni ma vie, ni mon destin,
ni rien ne me rappellera par la...

. Il faut savoir laisser le passé s'en aller,
les hommes grandir, partir au loin...
Garder les souvenirs...
Mais ne pas s'accrocher,
pour forcer a continuer une vie,
une voie, a laquelle on n'appartient pas...

 

Edito du 07 Mars 2004:
Mélange etrange...
. Je suis,
de fait et de nature,
infiniment plus simple,
que la plupart des gens...
Eux sont d'une complexité,
merveilleuse et fascinante,
contradictoire et salvatrice...
Batards d'animal impulsif,
et de robot logique et obeissant...
Pot-pourri de Yin et de Yang,
equilibre necessaire et fragile,
qui constitue leur nature même...
Capable a tout moment de glisser
d'une nature a l'autre au besoin,
pour s'adapter et survivre...
La voix du milieu,
pas des extrèmes,
prendre le meilleur de chaque monde,
tout melanger,
pour creer une nouvelle voix...
C'est la voie de la sagesse...
La plus confuse,
mais la plus riche,
la plus surprenante,
la plus creative...

. Moi, je suis plus simple...
Trop, sans doute, pour eux...
Presque creux...
Romantique, presque plus qu'aucun,
mais pas monogame par sens pratique...
Ce qu'ils ne comprendront jamais...
Comment leur expliquer la sincerité ?
Comment leur faire admettre ?
Est-ce que je le veux, seulement ?
Car cela risquerait de les rendre malheureux,
jaloux, envieux...
Je prefère passer pour un menteur,
a leur yeux...
Et les voir s'inspirer,
de ma vie, de mes idées,
de ce que je suis...
Sans jamais reussir
a en atteindre la pureté...

 

Edito du 06 Mars 2004:
Mouton noir Dans le desert...
. Sur un Forum,
j'ai dit quelque chose qui a été mal pris,
mal interpreté...
Et j'ai été surpris par la violence
des reactions...
L'aigreur des propos...
C'etait tellement disproportionné,
tellement sans objet,
que cela m'a fait eclater de rire...
Et ça fait du bien de rire...
Beaucoup de bien...
Il faut toujours s'en rappeller,
devant la betise et la mesquinerie humaine,
devant leurs incomprehension incredules,
il vaut mieux rire que pleurer...

. Pourtant, après,
j'ai voulu comprendre...
Non seulement ce que j'avais dit de travers,
afin de saisir mon erreur,
qui etait reelle,
mais surtout de comprendre
une pareille reaction...
Et j'ai commencé a comprendre,
a analyser l'être humain,
dans ses perceptions et ses relations
a lui-même et aux autres...
A...
Et j'ai arretté...
J'ai arretté parce que je commençait
a comprendre...
Et alors ?
Et alors, en comprenant
leurs façons de fonctionner,
de reagir,
non seulement,
je prends une froide distance
par rapport a eux,
comme un scientifique
dissèque un cadavre ;
mais surtout,
je comprenais a nouveau
qu'ils n'etaient pas comme moi,
et que je n'etait pas comme eux,
fondamentalement...
Et ça, je ne veux pas le savoir !
ça, je veux l'oublier !
Je veux croire qu'on puisse me comprendre,
je veux esperer !
Je ne veux pas savoir, pas comprendre,
qu'ils ne me comprendront jamais,
qu'ils ne m'accepteront
que sur une fausse idée
qu'ils se font de moi...
Je veux pouvoir croire qu'un jour,
je serais accepté parmi eux,
et pas sur un malentendu...
Je veux pouvoir esperer de...
De ne pas toujours être seul...
Seul et different...

. Une fois de plus,
je me suis retrouvé "au coin"...
Realisant mes propres illusions,
celles auquelles je refuse de renoncer...
Je vais probablement hesiter
a leur parler pendant un moment,
par peur, comme toujours,
qu'ils prennent mal ce que je leur dis...
C'est aussi ma faute,
croire qu'on peux avoir des discussions de fond,
qu'on puisse faire des critiques,
et des remarques constructives...
Croire naïvement en l'intelligence,
et negliger l'arrogance
et la susceptibilité...
Croire, mis en confiance,
qu'on peux aborder autre chose,
que des sujets tiers et triviaux...
Croire en l'intelligence,
et la maturité de l'homme...
Ok, de ma part, ce n'est plus de la naïveté,
c'est de la betise !
Une pure connerie,
qui vise au masochisme...
Mais je recommencerais...
Je ne deviendrais jamais
"politiquement correct",
ni d'une façon, ni d'une autre,
en pretendant provoquer ou choquer,
faire reagir, bref, calculer...
Non...
Je recommencerais a parler
directement, spontanement,
bêtement et sincèrement...
Et je me heurterais a eux...

. Les hommes se souviennent
que le mal existe...
Mais dans une société trop paisible,
trop protégé,
ils veulent le voir,
la ou il n'est pas...
Se creer un enemi...
Et au final, refuser d'admettre
que le mal existe vraiment,
reduit a l'etat de malentendu,
de frustration et d'autres travers mineurs...
Si fragiles...Si pathetiques...
Si innocent, au fond...

. Tout cela partait sur une discussion,
a propos d'une emission de télé,
presentant une ado "goth"...
Et ils se plaignaient de la mauvaise image,
que cela donnait d'eux...
Certains reclamaient une deantologie
de la part des medias...
Disant qu'ils caricaturaient les goths,
qu'ils les reduisaient a l'image de cette fille,
sans preciser que tous les goths
n'etaient pas comme elle...
Idiot...
L'amalgamme, c'est le public qui le fait...
Avant chaque interview,
on ne va pas mettre
une annonce d'une demi-heure,
prevenant que cette personne ne parle qu'en son nom,
et n'est pas supposé representer tout ceux de son pays,
de sa region, de son corps de metier, de son sexe,
ou de je ne sais quoi encore,
a continuer a l'infini...
C'est implicite qu'une personne donne uniquement
son point de vue !
Quelle bétise !
De plus, et objectivement,
dans leur majorité,
a plus de 60 % ,
les goths sont des ados qui se deguisent,
suivent une image, un style a la mode,
sans bien savoir ce que cela represente
ou signifie vraiment...
Aimant le style, et certaines choses,
certaines idées qui s'en degagent...
Leurs demarches n'en est pas moins sincère...
Et parmi tout ceux qui se formalisent,
s'erigant en elite meprisante,
combien sont en fait pareils a eux ?

. Et moi ?
Moi, je suis ce que je suis en dehors,
je n'ai suivi aucun modèle,
ne me suis inspiré de personne,
et croyez bien qu'il m'arrive de m'en plaindre...
Moi, sans la télé, sans les medias,
sans rien de tout cela,
je suis ce que je suis...
Oh, je n'aurais pas la pretention de dire
que je suis le premier...
Bien au contraire...
Et c'est aussi pour cela,
que je ne desespère pas
de rencontrer des gens qui me comprennent...

. Dans ce même reportage,
que je n'ai pas vu,
la jeune personne aurait fait reference
au satanisme,
et a la negation de l'existence de Dieu...
Remarque raillé par les bien-pensants...
Qui se trompent...
Les Satanistes, pour la plupart,
ne sont pas des Luciferiens,
des adorateurs de Satan...
Le Satanisme est né de la tyrannie
de la religion...
Et si on osait contredire ou critiquer,
l'avis d'un prètre, ou les dogmes de l'eglise,
voir carrement l'existence de Dieu,
on se faisait traiter de Satanistes,
d'infidèles, d'adorateurs du diable...
C'est drole, je pense surtout a la liberté sexuelle,
en parlant de ça...
Mais pas seulement...
A force de persecussions,
a force de se heurter a des esprits butés,
et mesquins, qui refutent les subtilités,
les differences ou les critiques,
certains ont finis par dire :
"Ok ! On est des Satantistes !
Maintenant, fous-nous la paix !"
Et les rites satanistes tenaient plus
a des fêtes anti-religieuses...
On a pas le droit de danser,
si on ne suis pas une choregraphie precise ?
On a pas le droit d'être nus ?
Alors dansons nus comme des dements !
C'est le pied !

. Mais les hommes aiment
leurs chaines et leurs certitudes...
Ils aiment a dire que ce qui n'est pas soumis,
comme eux, a leurs lois, est mauvais...

. D'ailleurs, Satan...
A l'origine, c'est "le porteur de lumière"...
Il fut celui qui osa contester l'autorité,
et les ordres de Dieu...
Pire, il osa dire qu'un homme peux s'elever
au dessus de sa condition,
jusqu'a devenir lui-même un Dieu !
Heresie absolue !
Qu'a fait le diable a l'homme ?
Comment a-t-il mener l'homme a se faire chasser
du jardin d'Eden ?
Il lui a dit de mordre la pomme,
la pomme de la connaissance et du savoir !
Nombreux sont ceux qui veulent y voir
du sexe, ce qui est faux !
Le diable a poussé l'homme vers la connaissance,
et vers le doute...
Aussitôt, l'homme s'est habillé,
il a caché sa nudité...
Et c'est en voyant que l'homme n'etait plus nu,
mais habillé, que Dieu l'a chassé !
Ironique, n'est-ce pas ?

. D'autres, comme moi,
rapprochent le mythe de Satan,
"porteur de lumière",
a celui de Prométhée,
qui, voyant l'homme fragile et sans defense,
par rapport a la nature,
lui a offert le feu, la lumière,
la plus grande invention de l'homme,
la base de sa civilisation,
feu qu'il avait volé aux Dieux...
Et pour avoir offert aux hommes ce feu,
Prométhé fut enchainé,
et est supplicié, torturé,
pour l'eternité...
Une certaine idée de l'enfer...

. "Mieux vaux regner en enfer,
que de servir au Paradis..."
Voila une maxime purement Sataniste...
Les dogmes des religions sont des lois,
des règles auquel il faut se plier,
se tenir...
Les religions sont des prisons,
pour la pensée et pour la vie,
en bref, pour la liberté...
Puisqu'il faut obeir, suivre les règles,
et ne jamais rien remettre en question !
Cela dit, c'est vrai que la paix ne nait
que de l'obeissance aveugle...
Si chacun doute, c'est la confusion,
le desordre, le chaos...
L'homme est heureux si il n'a pas a reflechir,
pas a se depasser, juste a faire ce qu'on lui dit,
ce qu'il doit, juste a se laisser vivre...
C'est ça le bonheur...
Le doute est un venin...
La connaissance une torture...
Si chacun fait ce qui lui plait de son côté,
si chacun cherche a apprendre et a se depasser...
Si chacun etait libre...
Il n'y aurait plus société...
Plus d'ordre et plus d'ordres...
Et je sourie...

 

Edito du 04 Mars 2004:
Big Fish ...
. Je viens de voir Big Fish...
Et j'ai adoré,
j'ai pleuré...
Nombre de critiques ont mal perçus,
mal compris le film,
s'identifiant au fils,
quand c'etait l'histoire d'un père...
Seulement voila,
ce père est un homme trop flamboyant,
trop gentil, trop parfait...
Devant sa vie qui tient du conte de fée,
le fils s'est muré dans le cynisme,
devenu journaliste,
ne relatant que les "faits"...
Il refuse de croire aux belles histoires,
comme les gens d'aujourd'hui,
pour eux, le monde est terne et sordide,
ils refusent de le voir merveilleux !
Et ils en veulent a cet homme
qui leur fait de l'ombre,
toujours gai, toujours plein de vie,
toujours plein d'histoires a raconter...

. Ils lui en veulent,
d'être resté un enfant,
innoncent, heureux, sans compromis,
sans rancunes, ni reproches,
dont les faiblesses ne font que le rendre
plus attachant encore !
En fait, ils s'en veulent a eux même,
de ne pas être ainsi...
Ou plutôt de ne jamais l'avoir été...
Ils voudraient pouvoir l'être,
et l'envie...
L'envient de pouvoir rever,
et realiser ses rèves,
d'être si gentil,
sans jamais être interessé...

. Même le personnage de Julia
voudrait lui en vouloir,
car elle est tombée amoureuse de lui,
comment ne pas le devenir...
Mais il ne trompera jamais sa bien aimé,
pas plus d'ailleurs qu'il n'abandonnera Julia...

. On ressent la rancune que subit
Tm Burton pendant ce film...
Lui qui , comme le heros,
n'est pas une victime,
et n'a jamais pretendu l'être,
mais le heros de sa propre vie...
Quand tant d'autres blament la société,
le système, la vie,
et de grands méchants persecuteurs,
il dit non, la vie, c'est ce qu'on en fait...
Et si une maison s'effondre,
il faut la rebatire...
Et si il a quitté sa petite ville,
si il a renoncé a ce qui aurait pu être
le bonheur parfait,
plus parfait et plus grand
que ce que les citadins
pourront jamais imaginer,
ce n'est pas par rancune ou haine de cette vie,
c'est par gout de l'aventure !
Uniquement !

. On sent que des gens
derrière Tim Burton,
tel le fils,
semblent lui dire,
"Ok, ça va cinq minutes avec tes jolies histoires,
tu nous fait un "vrai" film, maintenant ?
Avec du drame, du cul et du sang ?"
Comme ils lui reprochent de
ne pas avoir été traumatisé dans son enfance,
de ne pas avoir de secret honteux,
comme tout le monde...
Car on doit tous avoir
des secrets honteux et sordides !
Et surtout, un fils, pour briller,
doit pouvoir rejetter son père,
paraitre meilleur que lui,
et non l'inverse...

. Et le public, et le fils,
n'acceptent pas...
Pour eux, il faut des victimes,
et des pechés,
pas des poissons !
Pour eux, la vie est sordide,
pas merveilleuse...
Et celui qui dit le contraire
ne peut être qu'un menteur...
Et ils s'en veulent,
parce qu'ils aiment ces histoires,
et regrettent leur innocence passé
lorsqu'ils pouvaient encore y croire...

. En bref, j'ai adoré...
Et je me suis completement
identifié a Edward...
Et au fait, que malgré que l'on soit rejeté,
par ce monde, par ses propres enfants,
par tous ces aigris,
on les aimes malgré tout,
et on ne leur en veux pas...
Non...
Pas de haine, pas de colère,
pas de rancoeur...
Malgré cette incomprehension obstinée,
on sait qu'ils ne sont pas méchants,
juste perdus dans leur certitudes,
et privés, envieux de lumière,
et de merveilleux...

. Si vous cherchez ma tombe,
pour me parler,
sachez que c'est inutile,
puisque je n'y serais plus,
depuis longtemps, déja...
...

 

Edito du 03 Mars 2004:
Insondable...
. Je ne repond plus aux sondages...
Ou aux questions portant sur ma personne...
On me prends ou on me laisse, moi...
On ne m'analyse pas...
"C'est pour un sondage !"
Lorsqu'on sonde quelque chose,
une batisse, un terrain, un bête,
c'est pour en detecter les failles,
les fissures, les defauts, les points faibles...
Les populations ?
Cela revient au même...
Au mieux, c'est pour pouvoir
les "comprendre" dans le sens "manipuler",
dans le sens "superviser" , "previsible"...
Mais trop souvent, cela tourne au :
"Et quand je vous dis/fait ça, ça vous fait mal ?
Et ça ? Et ça ?"...
Ils cherchent quoi ?
A nous mettre a nu ? A nous blesser ?
Non seulement par voyeurisme,
mais egalement par sadisme,
le plaisir de voir l'autre blessé,
rabaissé, fragilisé ?
Cela les aident-ils a se sentir superieurs ?
A se rassurer en se disant que l'autre n'est pas parfait ?
Que l'on sait des choses qu'il ignore ?
Qu'il doute et souffre aussi ?
Qu'il n'est pas le plus fort ?
Cela les aident-ils a moins douter soudain,
de leurs propres conditions,
sachant qu'aucune alternative n'offre la perfection ?

. La curiosité, oui, c'est une bonne chose,
mais comme tant d'autres choses,
elle ne vaux que pour sa motivation...
Dans le cadre de la curiosité,
cette motivation doit être la passion,
l'emerveillement, le plaisir et le desir...
Cela vire au malsain quand cette curiosité
n'est pas passionné ou emerveillé...
Elle se fait dès lors a dessein...
Et quel dessein ?
Celui de comprendre ?
On apprehendra toujours mal ce qu'on aime pas,
ce qu'on ne ressent pas...
Alors, c'est pour l'expliquer,
l'etiquetter, le rationaliser, le limiter,
en bref, pour se securiser,
pour que ce ne soit plus un inconnu,
car l'inconnu effraie les humains,
ils ont besoin de tout rationaliser...
L'inconnu ne m'effraie pas , moi...
Pas plus que le mystère...
Ou les tenèbres...
Je suis bien dans le noir,
et je n'ai pas envie d'eclairer...

. Le problème, c'est que les hommes
rationnalisent aussi leurs sentiments...
Lorsqu'ils veulent "comprendre" l'autre,
c'est lorsqu'ils sentent que l'autre
leur echappe...
C'est lorsqu'ils doutent,
sans oser se l'avouer...
En amour, on ne "comprends" pas,
on ressent...
Et les sentiments n'obeissent a aucune loi,
et a une logique très tordue,
et souvent imprevisible...
Comprendre pour controler,
ce n'est pas aimer,
c'est vouer a l'echec...
Aimer c'est laisser libre,
libre même de changer...
La vraie comprehension se fera toujours
au dela des mots,
dans le coeur...

 

Edito du 02 Mars 2004:
Like a Puppet on a String...
. Parfois, on a l'impression d'être impuissant,
face a la vie, aux choses, aux evenements,
même face a ses propres choix...
Comme si on s'agitait, on s'amusait,
on se donnait un bref instant,
l'illusion de la liberté,
et d'un coup,
comme un maitre tire sur la laisse d'un chien,
on nous rappelle a l'ordre...
Que nous ne controlons rien...
Et plus nous avons conscience de cette laisse,
de cette limite, plus elle nous pèse
et nous deviens insupportable...

. L'etat, les lois, l'argent ,
les moyens, les gens, le temps ,
tout ça...
Fait chier !

. Comme une poupée,
qui soudain sent les fils,
qui la retiennent et tentent de la diriger...
Je peux subir ces fils...
Tenter de les oublier, peut être...
Ou me battre avec,
et m'y entortiller,
de plus en plus,
jusqu'a ne plus pouvoir bouger...
Ou je peux les couper,
les arracher,
les envoyer au diable !
et avancer...
Responsabilités ?
On se noie dedans !
Vivons maintenant !
Fierement !
Et merde au reste !
Et demain ?
Demain, on verra !
On n'y est pas !
Tant de choses peuvent arriver,
pire que tout ce qu'on aurait pu prevoir,
rendant toutes nos precautions,
inutiles , vaines et derisoires !
Il faut vivre aujourd'hui !

. J'ai pris un bain...
Oula ! La couleur de l'eau,
quand j'en suis sorti !
Opaque, dirons-nous...
Limite glauque...

. J'ai aussi recuperé la video
du show du theatre du sang,
au festival de l'EREBE...
Mais je ne peux rien en tirer de propre,
je n'ai pas les bons "outils",
(camera, cordon , logiciel, etc..)
et on ne fait pas du bon boulot
sans les bons outils...
On s'enerve, on s'acharne, on s'epuise,
on met 100 fois plus de temps et d'effort
et le resultat est desatreux...
Alors...
Je m'enerve pas...
Je fait au mieux...
J'ai bien plus chiant a m'occupper
en ce moment...
Cela doit rester un plaisir,
non une corvée,
règle d'or...
Je ferais ça pour me detendre,
en essayant d'être creatif,
avec les moyens du bord...

. Parce que j'ai des problèmes d'argent,
en ce moment,
vous connaissez...
AAAaaargghh !!!
Je refuse de me prendre la tête !
Et de vous la prendre aussi...
Alors passons...

...

 



Edito et notes d'intentions :

Bienvenue sur le site du darkcowboy ,
et sur son blog ,
Bonsoir

 

. Sachez que toutes remarques,critiques ou suggestions sont les bienvenues, a la condition d'être construtifs et raisonnables...
. Ensuite,apprennez que dans mon esprit d'ancien hippie post soixante huitard,je ne crois pas a la possession des choses ,en clair,tout ce qui ce trouve sur ces pages est libre de droit ! D'exploitation ,de copie,de diffusion ,de tout ce que vous voudrez... Si je veux le garder pour moi, je ne l'y met pas, et c'est tout...
. Cependant,bien sur, si je vous ai pris en photo et que vous ne voulez pas que votre image soit diffusée aux quatre vents, reclamez, je la retirerai...
. Et enfin,il ne faut pas oublier que ce ne sont que des pages persos, pas un vrai site.A un moment,il va être plein et il faudra degager des vieux trucs pour faire places aux nouveaux... Alors,telechargez si quelque chose vous plait,avant que cela ne disparaisse...

Precedents Editos : Fevrier 04 - Janvier 04 - Decembre 03 - Novembre 03 - Octobre 03 - Septembre 03 - Aout 03 - Juillet 03 - Juin 03- Mai 03 - Avril 03 - Mars 03 - Fevrier 03 -Janvier 03 -Decembre 02 -Novembre 02 - Octobre 02 -Septembre 02 -Aout 02 - Juillet 02 -


Vous vous sentez seuls ?
Simplement envie de parler,ou de partager des choses ?
- Ecrivez-moi :
darkcowboy@wanadoo.fr