Edito du 30 Octobre 2016 :
Elaguer...
  . Je n'aime pas jeter.
Je serais plus, par nature,
ce que les américains appellent un "hoarder".
Mon instinct me pousse a vouloir tout garder,
tout conserver,
ce qui fait que les choses s'accumulent assez vite.
Il parait que c'est la manifestation d'une angoisse existentielle
ou un truc du genre.
--
. Un de mes problèmes,
c'est que même si je lutte contre ça
pour des raisons techniques de place
et de stockage,
je ne parviens pas a considérer ça
comme un mal.
Parce qu'on fait quoi sinon ?
On lit un truc, et on le jette après ?
Ça fait peut être sens à l'heure de la dématérialisation
où les livres et les films
ne sont plus des objets,
mais juste téléchargés sur l'ordinateur,
une fois consommés,
on efface pour faire de la place,
mais avant ça ?
---
. J'ai souvent trop d'idées
quand je conçoit des histoires
et je suis obligé d'élaguer,
d'en jeter, ou au moins mettre de côté
pour qui sait peut être d'autres histoires
beaucoup
et ce,
presque à chaque fois...




Edito du 24 Octobre 2016 :
Every book began
with a white page...

  . Je fais toujours du sur-place
faute de temps et de moyens techniques
et ça m'embourbe le cerveau…
Des trucs qui devraient être fait en une journée ou deux
qui prennent des mois,
ce n'est même pas drôle.
J'ai 3 BDs de commencé en même temps,
avançant l'une ou l'autre selon l'envie et l'inspiration
au moment où je trouve un peu de temps…
Et je pense en commencer une quatrième.
---
. Le problème, là, c'est le script,
car, comme je l'ai dit,
j'ai le cerveau embourbé,
engourdi à force de faire du sur-place.
C'est comme n'importe quel muscle,
ça a besoin de s'exercer,
de travailler,
et si chaque fois qu'il commence a vouloir faire un truc
on lui réponds :
"Non, attends, attends, attends, attends, attends, attends…"
et ben ça s'encrasse et ça se chope des crampes.
Imaginez que c'est vos jambes :
Au bout d'un moment a ne pas pouvoir avancer,
vous finissez par vous assoir par terre,
et a ne plus être aussi vif qu'avant…
----
. Le nouveau script, disais-je,
me viens bizarrement.
Je connais les codes,
et je souhaiterais les suivre,
et je fais le contraire.
Ce devrait être une sorte de slasher,
un truc d'horreur avec des gens massacrés,
et contre toutes logiques,
mon cerveau s'obstine a vouloir élaborer
une construction complexes en flash-back.
Il ne faut pas faire de flash-back pour des récits comme ça,
ça ne se fait pas.
C'est contre la logique d'un suspens
puisque ça permet de griller à l'avance plein de choses
et de désamorcer une partie du suspens,
mais mon cerveau ne veux rien savoir,
il veut commencer sur la course-poursuite finale
de la "final girl",
et lui faire se souvenir comment elle en est arrivée là
et plus encore,
après.
C'est pas comme ça qu'il faut faire !
Mais mon cerveau est trop engourdit
pour en démordre…
--
. Mais en écrivant cela
je réalise qu'il y a une saga de films slashers
construite avec des tas de flash back
sans rien céder à l'horreur ni au suspens.
Les SAW.
Ces films n'ont décidément pas la reconnaissance
qu'ils méritent.
Méprisés parce que trop violents
ils ont des scénariis mieux construits et plus complexes
que la plupart des films du genre
qui se résument à un groupe de personnages
face à un ou plusieurs psychopathes…



Edito du 13 Octobre 2016 :
Don't let me be misunderstood...
  . Il y a un truc qui prends de plus en plus d'ampleur
au point d'en devenir paralysant,
c'est le stress,
l'angoisse
d'être compris de travers,
de voir un geste, un mot, une phrase, un sourire,
interprété de travers.
--
. On entends tellement de trucs
qu'on en vient a avoir peur de dire
ou de faire quoi que ce soit.
Oui. Peur.
Ce qui est sans doute aggravé par les trolls du net
qui, dans un esprit taquin,
prennent un malin plaisir a tout comprendre de travers
a sortir des phrases du contexte,
et a repérer la tournure de phrase maladroite.
----
. Pour vous donner un exemple stupide et simple :
Les trois petits points pour finir les phrases.
J'use et j'abuse de ces trois petits points.
Pour moi, ils signifient, la plupart du temps,
que la discussion reste ouverte,
que ce que j'ai dit ne s'achève pas par un point final
qui ferme a toutes discussions.
Pire : Je suis même très content de moi-même
de les employer ainsi.
Ils symbolisent un silence,
signifiant parfois qu'on n'a rien a dire,
ou que cela reste a remplir.
Dans une BD, il arrive que l'on mette simplement
trois petits points dans une bulle
pour signifier que le personnage ne dit rien
alors qu'on aurait cru qu'il allait dire quelque chose.
Dans des jeux, quand on veux faire deviner
un mot dans une phrase,
on remplace le mot a deviner par trois petits points.
Seulement, aujourd'hui,
pas mal de gens veulent voir en ces trois petits points
un "mais" angoissant.
Sauf que ça n'a jamais été un "mais" !
Ça peut être un silence avant de dire autre chose
ou de finir la phrase,
mais ça n'a jamais été un "mais" !
--
. Et cet exemple dérisoire
montre bien l'étendu du problème
car si trois petits points peuvent provoquer
tant de stress, de malentendus et de crises de nerfs
qu'en est-il de mots entiers ?
Un simple "bonjour" devient une agression
et du harcèlement
d'une goujaterie sans nom !
---
. En fait, tout le problème vient
de l'angoisse et de l'insécurité des gens
de leurs tentatives de sur-analyser les choses
et de vouloir donner un sens a des petits trucs anodins.
On voit ça surtout chez les gens qui sur-interprètent des SMS,
de la signification d'un "Bonjour" au lieu d'un "Salut",
il y a eu des tas de sketchs sur le sujet,
c'est grotesque.
Mais ce stress, cette angoisse est contagieuse !
Et a force d'entendre et de voir des gens stresser
et sur-interpréter des petits riens,
on n'ose plus rien dire et faire !
Ça prends des proportions paralysantes !





Edito du 03 Octobre 2016 :
Hungry Hole...
  . Je viens d'avoir une idée d'histoire
basé sur le concept
que j'ai toujours trouvé étrange
de Glory Hole…
---
. Kenny, un adolescent solitaire,
mis à l'écart et martyrisé,
traine souvent dans le sous-sol de son lycée.
Après avoir assisté à l'exposition accidentelle
des seins d'une de ses camarades,
il découvre un trou dans un mur,
et va pour se masturber dedans.
Il en rêve, fait des recherches sur internet,
apprenant l'existence de "glory hole"
et quelques jours plus tard,
renouvelle l'expérience.
Il imagine une bouche le sucer,
et peux bientôt la sentir.
Il imagine même davantage
et bientôt il entends une voix féminine
lui parler depuis l'autre côté du mur,
le séduisant, le conseillant,
mais l'humiliant aussi,
suggérant par exemple
que c'est peut être un homme
de l'autre côté du mur.
La voix dans le trou
le poussera a de actes de violence :
Un de ses camarades, le surprenant,
et prenant sa place,
se fera arracher le sexe par le trou.
Ou est-ce parce que Kenny l'a violemment poussé ?
---
. On ne montrera jamais
ce qu'il y a de l'autre côté du mur,
en fait,
on suggérera fortement qu'il n'y a rien
et qu'il s'agit de l'imagination de Kenny.
Cependant, on montrera que le mur est réellement très fin
et qu'il y a vraiment un cagibi de l'autre côté.
On donnera la piste qu'il puisse s'agir d'une femme adulte
travaillant dans le lycée,
et utilisant Kenny pour se venger d'élèves turbulents.
Kenny n'ayant pas toujours de souvenirs des actes de violence
perpétrés durant l'histoire,
il est possible qu'il n'en ai pas commis certains,
portant juste le chapeau.
---
. Il faudrait que j'écrive une longue nouvelle
d'après ce postulat,
quand j'aurait le temps
et un clavier qui marche.
 …

..
.



Une petite photo, c'est comme un sourire, un mot gentil,
ça ne coûte rien et ça fait du bien, ça fait plaisir...
Alors cliquez, et faites-moi un cliché...
S'il vous plaît...



Twitter



Bienvenue sur le site du darkcowboy, sur le blog du DarkCowBoy...

Précedents Editos : Septembre 2016 - Aout 2016 - Juillet 2016 - Juin 2016 - Mai 2016 - Avril 2016 - Mars 2016 - Février 2016 - Janvier 2016 - Décembre 2015 - Novembre 2015 - Octobre 2015 - Septembre 2015 - Aout 2015 - Juillet 2015 - Juin 2015 - Mai 2015 - Avril 2015 - Mars 2015 - Février 2015 - Janvier 2015 - Décembre 2014 - Novembre 2014 - Octobre 2014 - Septembre 2014 - Aout 2014 - Juillet 2014 - Juin 2014 - Mai 2014 - Avril 2014 - Mars 2014 - Février 2014 - Janvier 2014 - Décembre 2013 - Novembre 2013 - Octobre 2013 - Septembre 2013 - Aout 2013 - Juillet 2013 - Juin 2013 - Mai 2013 - Avril 2013 - Mars 2013 - Fevrier 2013 - Janvier 2013 - Décembre 2012 - Novembre 2012 - Octobre 2012 - Septembre 2012 - Aout 2012 - Juillet 2012 - Juin 2012 - Mai 2012 - Avril 2012 - Mars 2012 - Fevrier 2012 - Janvier 2012 - Décembre 2011 - Novembre 2011 - Octobre 2011 - Septembre 2011 - Aout 2011 - Juillet 2011 - Juin 2011 - Mai 2011 - Avril 2011 - Mars 2011 - Fevrier 2011 - Janvier 2011 - Décembre 2010 - Novembre 2010 - Octobre 2010 - Septembre 2010 - Aout 2010 - Juillet 2010 - Juin 2010 - Mai 2010 - Avril 2010 - Mars 2010 - Février 2010 - Janvier 2010 - Décembre 09 - Novembre 09  - Octobre 09 - Septembre 09 - Aout 09 - Juillet 09 - Juin 09 - Mai 09 - Avril 09 - Mars 09 - Fevrier 09 - Janvier 09 - Decembre 08 - Novembre 08 - Octobre 08 - Septembre 08 - Aout 08 - Juillet 08 - Juin 08- Mai 08 - Avril 08 - Mars 08 - Fevrier 08 - Janvier 08 - Decembre 07 - Novembre 07 - Octobre 07 - Septembre 07 - Aout 07 - Juillet 07 - Juin 07 - Mai 07 - Avril 07 - Mars 07 - Fevrier 07 - Janvier 07 - Decembre 06 - Novembre 06 - Octobre 06 - Septembre 06 - Aout 06 - Juillet 06 - Juin 06 - Mai 06 - Avril 06 - Mars 06 - Février 06 - Janvier 06 - Decembre 05 - Novembre 05 - Octobre 05 - Septembre 05 -Aout 05 - Juillet 05 -Juin 05 - Mai 05 - Avril 05 - Mars 05 - Fevrier 05 - Janvier 05 - Decembre 04 - Novembre 04 - Octobre 04 - Septembre 04 - Aout 04 - Juillet 04 - Juin 04 - Mai 04 - Avril 04 - Mars 04 - Fevrier 04 - Janvier 04 - Decembre 03 - Novembre 03 - Octobre 03 - Septembre 03 - Aout 03 - Juillet 03 - Juin 03- Mai 03 - Avril 03 - Mars 03 - Fevrier 03 -Janvier 03 -Decembre 02 -Novembre 02 - Octobre 02 -Septembre 02 - Aout 02 - Juillet 02 -


Ecrivez-moi :
darkcowboy@wanadoo.fr