Edito du 28 Octobre 2015 :
The Great Hack...
  . On retrouve un concept,
une idée
chez plusieurs auteurs
tant elle parait crédible…
Une crise futur d'internet…
Une sorte de crack boursier majeur,
mais qui ne concerne pas l'argent,
mais l'information…
C'est l'idée qu'un jour,
presque toutes les infos privées
stockées sur internet
soient piratées
et révélées au grand jour.
Des millions de scandales en découleraient,
divorces, drames, violence, faillite,
emprisonnements, condamnation,
exclusion social…
Un tel événement dégouterait les gens d'internet,
les rendant soudain extrêmement méfiant
vis à vis du réseau et des infos qui y sont stockées
et diffusées.



Edito du 27 Octobre 2015 :
The Genie Back In The Bottle..
  . Minority Report est un très très bon film.
Sauf la fin,
qui est un happy end capillotracté
qui ne fait aucun sens.
Pour résumer rapidement,
dans le futur,
des médiums sont employés par la police
pour prédire les crimes.
Ainsi, la police arrête les futurs meurtriers
avant qu'ils ne commettent des crimes,
et les condamnent alors
qu'ils sont techniquement innocents.
Et ça marche.
Alors qu'avant, il y avait énormément de meurtres,
il n'y en a désormais pratiquement plus du tout.
--
. Hors la toute fin du film mets en scène
contre toute logique et bon sens,
le démantèlement du service des médiums,
le film se terminant sur les médiums
abandonnés dans un coin désert loin de tout
tandis que les meurtres et les crimes
reprennent de plus belle.
--
. La réflexion que ça m'inspire est
qu'il y aurait des millions de raisons
d'empêcher l'avénement d'un truc
comme l'emploi des médiums.
D'un point de vue technique et juridique par exemple,
en soulignant qu'on ne peux pas condamner des gens
pour des crimes qu'ils n'ont pas commis,
en questionnant la crédibilité des visions des médiums…
Etc, etc, etc…
Bref,
il y aurait eu des millions de raisons
pour empêcher que cela n'arrive.
Mais, là où ce n'est pas crédible,
c'est qu'une fois que c'est arrivé,
une fois qu'on a montré et prouvé que ça marchait,
il est en impossible de faire machine arrière,
quand bien même on brandirait des raisons fanatiques
et passéistes du désir de revenir en arrière.
On ne peux pas remettre le génie dans la bouteille.
Si on montre, qu'on prouve
qu'on a un système qui peux empêcher les meurtres,
alors le moindre meurtre devient insupportable,
car on pouvait l'empêcher.
C'est impossible de faire machine arrière.
--
. Et ça me fait réfléchir sur le sujet,
dans la fiction comme dans la réalité
de vouloir remettre le génie dans la bouteille.
De vouloir oublier une découverte,
une avancée technologique
dont les gens ont déjà pu profiter.
Est-ce que vous pensez,
par exemple,
que demain on puisse dire aux gens
que désormais, pour l'environnement,
ce serait bien qu'ils vivent sans électricité ?
On a vécu des milliers d'années sans électricité,
on ne s'en sert couramment que depuis moins d'un siècle,
on peux bien s'en passer…
--
. Mais aussi sur combien facilement
par contre
on peux empêcher une chose d'exister,
de se produire,
accidentellement ou volontairement.
Tant de choses peuvent empêcher
quelque chose d'exister.
--
. Une idée,
une fois exprimée,
concrétisée,
existe et ne peux plus être effacée,
tout comme on ne peux pas revenir en arrière
ou changer le passé;
mais tant qu'elle demeure
dans la tête de quelqu'un
avec tant de raisons d'y demeurer...
---
. Mais j'ai très mal à la tête depuis hier…
Impossible de me concentrer…
J'essaierais d'y réfléchir un autre jour…






Edito du 26 Octobre 2015 :
To Boldly Go...
  . On évoque souvent
le fait que c'est la part d'enfant
en nous
qui est la plus créative,
et ce pour de nombreuses raisons et nuances…
L'une de ces raisons,
c'est qu'un enfant ne sait pas
que ce qu'il est en train de faire
n'a jamais été fait.
--
. Plus on gagne en âge
et en expérience,
plus on a des habitudes
et des références.
Des mécanismes.
On apprends les codes,
les techniques,
ce qui se fait, ce qui fonctionne
et pourquoi…
Et ainsi, avec l'âge, mécaniquement,
on suis les recettes,
et les codes sont si empreints en nous,
les routes si balisées
qu'on ne sait plus que les suivre
et donc,
se contenter de refaire
ce qui a déjà été fait…
Et si on veux briser les rêgles,
ce n'est que pour les briser,
comme un clin d'oeil aux experts
sans véritable inspiration derrière.
--
. Un enfant ne réalise pas
qu'il coupe a travers champs,
qu'il créé une autre voie,
qu'il fait quelque chose de différent.
Il ne voit pas le problème,
il ne fait même pas ça pour se démarquer.
Pour lui, tout est ludique,
tout est nouveau,
il ne connait pas les rêgles
et n'a pas conscience
de les transgresser.
--
. Là, en ce moment,
pour certains de mes projets,
je me documente sur ce que font les autres
pour tenter d'apprendre des techniques,
saisir quelle est la meilleure façon de faire…
Mais…
Je vois tels et tel détails,
et je me dis "Ça, c'est bien, mais il manque ça et ça.",
ou "Non, moi je ne ferais pas exactement comme ça."…
Et alors ?
Et alors, je ne trouve personne d'autre
qui fasse exactement
comme je le sentirais de le faire…
Ou est le problème ?
C'est le fait de ne pas être confiant en soi même…
De ne pas trouver un modèle a suivre
mais de devoir créer son propre modèle...




Edito du 25 Octobre 2015 :
...
  . Enorme fail pour les 25h de la BD.
Je n'ai pas fait une seule image.
Je suis allé manger chez mes parents aujourd'hui,
mais techniquement,
ce déjeuner ne commençait qu'à 13h,
heure à laquelle s'achevait les 25h de la BD,
donc même en comptant
le temps qu'il faut pour y aller,
cela n'a rien a voir avec le fait
que je ne l'ai pas fait.
--
. Si je vous parle de ce déjeuner,
c'est parce qu'il m'a fallu un certain temps
avant de me détendre un peu.
Mon cerveau commence a se crisper
en raison de toutes les choses en retard.
Mon esprit refuse de "lâcher l'affaire"
et de penser a autre chose.
--
. Je regarde ce qu'il y a de prévu pour cette semaine
et me lamente en me disant que je n'aurait
absolument le temps de rien.





Edito du 24 Octobre 2015 :
Les 25h de la BD (Notes)...
  . Thème : Masques.
Contrainte : L'histoire doit comprendre une ellipse de 100 ans.
--
. No Redemption or Immortal Jack.
La légende de Jack O'Lantern,
le conduisant jusqu'au présent,
affrontant des super héros
dans le but secret de mourir enfin
et d'aller en enfer.
--
. Ouverture sur l'enlèvement d'une jeune femme,
qui marchait seule dans une ruelle,
et ne laisse que sa chaussure au premier plan.
Elle se réveille dans une cage, et voyant son geolier
porte les mains à sa bouche d'épouvante.
Celui-ci, dont on ne voit pas le visage, lui raconte :
Ecrit dans un style manuscrit :
Je m'appelle Jack.
Toute ma vie, j'était remarquablement non-remarquable.
Si bien que j'en ai moi même oublié mon propre nom de famille,
ou si Jack fut réellement mon nom premier
ou un simple sobriquet que l'on m'affublait
pour ne pas avoir a se fatiguer à se remémorer
mon véritable prénom.
J'étais si peu remarquable
qu'à l'heure de ma mort,
nul ne s'est présenté pour emporter mon âme.
Un oubli, sans doute, ai-je cru alors.
J'ai attendu, attendu, attendu, en vain.
Jusqu'à ce qu'enfin,
je prenne mes affaires
et me rende péniblement à pied jusqu'aux portes du paradis.
Et le chemin fut long. Très long. Très très long.
Enfin, j'y arrivais et je demandais a entrer.
(Portes du paradis, une ange entourée de brume et de lumière)
Et qu'as-tu fais de bien de ta vie pour mériter le paradis ?
me demanda-t-on.
Rien. répondis-je. Mais je n'ai rien fait de mal non plus.
Le paradis se mérite. me déclara-t-on. On ne veux pas de toi ici.
J'ai protesté, plaidé, tempêté,
rien n'y a fait.
Las, j'ai repris ma lanterne,
et je suis redescendu sur terre
pour aller trouver le chemin menant aux enfers.
J'ai marché et marché et marché,
le chemin était long, si long.
Et enfin, je suis arrivé aux portes des enfers
et j'ai frappé, demandant a entrer,
et je me suis vu rétorquer:
Qu'as-tu fais de si mal pour mériter d'aller en Enfer ?
Rien. ai-je répondu, mais le paradis ne veux pas de moi
je n'ai nulle part ailleurs où aller.
L'enfer se mérite. déclara le démon.
Si tu n'as rien fait de mal,
on ne veux pas de toi ici.
Et c'est ainsi que je me suis vu condamné
a errer seul éternellement
entre le ciel et l'enfer,
avec ma lanterne,
faute d'avoir fait quoi que ce soit de ma vie.
Les années m'ont peu a peu fait perdre la raison,
et j'ai décidé qu'il serait plus facile
de mériter ma place en enfer qu'au paradis.
Mes méfaits devinrent légendaires…
(Planche pleine page de Jack L'éventreur à WhiteChapel)
Et pourtant, je demeurait piégé sur Terre.
Car un homme ne sera jamais plus innocent
qu'au jour de sa naissance.
Chaque heure passée l'amènera immanquablement à pêcher.
--
Script :
Sur un toit, une super héroine, de dos, penchée sur la ville.
Tout le monde porte un masque à Halloween,
et bien souvent, ce bout de vêtement
en dit bien plus long sur ceux qui le choisissent et le porte
que la façade qu'ils présentent au monde
toute l'année durant.
Image de profil de la super héroïne,
puis en contre plongée.
....





Edito du 22 Octobre 2015 :
The Planet Ship...
  . Un vague concept me vient à l'esprit…
Pour les longs voyages très loin dans l'espace,
on théorise la création de vaisseaux-mondes.
Des vaisseaux gigantesques
dans lesquels vivraient et se succéderaient
des générations d'humains, animaux et plantes
bien avant d'arriver a n'importe quelle destination.
Ce vaisseau devenant le seul monde
que la plupart de ce qui y vivent
connaitront jamais.
--
. Il serait intéressant,
pour parler d'écologie,
de raconter l'histoire de personnages
étant nés dedans, et destinés a mourir dedans,
qui se comporteraient sans le moindre égard
pour le vaisseau.
Considérant que le vaisseau est censé être éternel,
qu'il est censé pouvoir tout recycler et se réparer,
ils agiraient de manière totalement inconsidéré
jusqu'à risquer de totalement compromettre leur environnement.
Cela pourrait permettre de parler de sujet d'écologie
et de montrer les conséquences.
--
. La plupart des gens ne veulent pas voir les conséquences
ou les problèmes environnementaux.
Ils ne se rendent pas compte.
Alors qu'il suffirait par exemple
de ne plus collecter les poubelles pendant un mois ou deux
pour leur faire réaliser ce qu'ils produisent comme déchets.
Mais ils s'en fichent.
Il ne veulent pas savoir, pas voir.






Edito du 20 Octobre 2015 :
...
  . Je suis toujours piégé
dans le même cercle vicieux
avec mes bidouilles.
D'abord, je n'ai pas le temps,
et n'importe lequel de mes trucs
exige du temps, des heures d'affilées,
et de l'immersion de ma part.
Ensuite,
j'en ai trop a faire.
Le temps qui passe
fait que j'accumule des projets,
des idées,
sans avoir le temps de les accoucher.
J'ai par exemple une petite BD,
un premier chapitre en fait,
que j'ai faite aux 3/4, 4/5,
qui est commencée depuis 2013.
Le fait d'en avoir tant
fait que je ne sais pas par laquelle commencer.
C'est comme une pile qui ne fait que s'agrandir,
on ne peux qu'être découragé devant
et finalement renoncer devant l'ampleur
de la tâche.
Ça prendra trop de temps.
Ça aurait du être fait au fur et a mesure.
Le retard, en s'accumulant,
rend le truc insurmontable.
Ensuite,
le fait de ne pas les avoir "accouché"
fait qu'ils me trottent toujours dans la tête.
Ils sont comme encombrants.
Je voudrais pouvoir en être débarrassé
pour me tourner vers de nouvelles idées.
D'autant plus que je ne suis plus dans l'état d'esprit
que j'avais quand je les ai eu,
ce n'est plus le moment…
Mais impossible de m'en débarrasser
ou de passer a autre chose
sans les avoir accouché,
mon esprit est ainsi tordu.
Et je n'avance pas.
Et rien n'avance.
--
. Et je sais également
pertinemment,
que c'est en forgeant que l'on devient forgeron.
Que je dois faire et faire
et essayer, et faire et faire encore
pour apprendre et progresser.
Il n'y a pas d'autres façons,
il n'y a pas de meilleure façon.
On ne s'améliore pas dans le vide.
Je doit donc faire,
finir plutôt
mes premières petites BDs
pour pouvoir en faire d'autres après…




Edito du 18 Octobre 2015 :
Make your own name...
  . Je vais encore revenir sur les débats
qui ne cessent plus
a propos d'imposer des sortes de quotas
au cinéma et ailleurs aux USA,
en dépit du bon sens
et dans la forme trahissant d'un racisme certain.
--
. Avant d'en arriver au sujet du jour,
je reviendrais sur deux points :
J'ai dit aux USA,
car si on hurle pour imposer de l'ethnique
ou de la féminisation là où il n'y a pas lieu
et de la plus mauvaise des façons au cinéma,
en France, au théâtre,
on ose continuer a faire interpréter Othello
par un blanc
sous prétexte de ne pas trouver d'acteur noir.
Ça, c'est inacceptable et inexcusable.
--
. Ensuite, second point,
et il va rejoindre le sujet du jour,
moi, je ne suis pas contre les personnages noirs,
arabes, asiatiques, féminins, gays ou transgenres…
Du tout.
Et je suis tout a fait pour qu'on en voit davantage à l'écran.
Vraiment.
Le problème, c'est qu'au lieu de vraiment mettre en scène
un vrai personnage de premier plan
noir, gay, féminin, etc,
et il y en a en BD, il y en a,
ne venez pas me raconter qu'il n'y en a pas,
il y en a !,
Bref, au lieu de mettre en scène ces personnages là,
les studios optent pour changer la couleur ou le sexe
d'un personnage toujours secondaire.
Afin de faire plaisir aux quotas.
Ce qui trahis un mépris pour le matériau qu'on adapte,
et aussi un mépris du public
qu'on pense calmer en lui donnant un "hochet"
en changeant juste la couleur d'un personnage secondaire,
genre le comique de service, le meilleur ami du héros,
un personnage sans grande importance dans l'intrigue
ni trop de présence à l'écran.
Moi, je trouve cette méthodologie plus insultante qu'autre chose.
Et voila qu'elle a inspiré la BD...
--
. En effet, ces derniers mois,
a grand renforts d'annonces médiatisées,
Captain America est devenu noir,
et Thor est devenu une femme.
C'est en tous cas comme ça que c'était médiatisé.
Nick Fury aussi est devenu noir,
et Bruce Wayne n'est plus Batman,
c'est désormais le commissaire Gordon Batman.
Vous ne comprenez pas le rapport ?
Mais j'y viens pourtant.
Le commissaire Gordon devenant Batman,
je laisse ouvert a débat si il s'agit ou non d'une bonne idée,
moi j'ai du mal avec vu l'idée que je me fait de la force physique
de Gordon,
et de l'entrainement athlétique qu'il faut
pour être Batman
et qui, à mon sens, ne peux pas s'improviser
du jour au lendemain.
Mais là n'est pas le sujet.
Le sujet est que
tout le monde sait qu'a terme
Bruce Wayne redeviendra Batman.
Tout le monde le sait.
Il n'y a pas le moindre doute
ni le moindre suspens à ce sujet.
Ce qui fait d'ailleurs paradoxalement
qu'on n'est ni pressé ni énervé à ce sujet.
On sait que ce n'est que temporaire.
Hors, mon problème,
c'est que je sais pertinemment
que c'est également le cas
pour Captain America et Thor.
Nick Fury ?
Nick Fury, c'est une autre histoire.
Pour Nick Fury, le Nick Fury noir
est en fait Nick Fury junior,
le fils de Nick Fury.
Et ça, même si ça a été fait
pour des raisons plus discutables
que créatives,
en soit, ça fonctionne plus ou moins.
Mais pour ce qui est de Captain America,
on sait que Steve Rogers redeviendra
tôt ou tard Captain America.
--
. En fait, ce changement pour Captain America
me choque peu.
L'argument est simplement marketing.
Si les aventures de Sam Wilson alias le Faucon
se vendent peu sous le titre Le Faucon,
elles se vendent très bien sous le titre
Sam Wilson Captain America.
Mais pour ce qui est de Thor,
ça me choque davantage.
--
. Qu'une autre personne que Thor,
le fils d'Odin et frère de Loki,
puisse se montrer digne de soulever le marteau
et d'hériter des pouvoirs du Dieu du tonnerre,
je n'ai aucun problèmes avec ça.
C'est déjà arrivé plusieurs fois,
et ça a créé plusieurs personnages parfois très cools
qui existent encore.
Où est le problème alors ?
Le problème, c'est que le personnage féminin
n'a pas de nom à elle.
Ses prédécesseurs avaient leurs propres noms.
Hors, elle clame s'appeler Thor,
sans pour autant être le personnage
du fils d'Odin et frère de Loki.
Et c'est ça mon problème.
Le nom de Thor n'est pas un alias ou un pseudonyme,
c'est un prénom, un nom propre.
En clamant s'appeler Thor,
ce n'est pas comme si elle clamait s'appeler
Batman ou Captain America,
mais comme si elle clamait s'appeler
Bruce Wayne ou Steve Rogers.
Thor s'appelait Thor bien avant d'être le Dieu du tonnerre.
Bien avant d'avoir soulevé le marteau,
bien avant que le marteau n'existe d'ailleurs.
Et même sans marteau, ou sans pouvoirs,
il reste Thor.
Et on sait très bien,
comme pour les autres,
comme pour Batman ou Captain America,
que le vrai reviendra tôt ou tard.
Mais le problème là,
c'est que les autres qui avaient soulevés le marteau
avaient leurs propres noms,
et peuvent donc toujours exister aujourd'hui.
Hors, elle n'a pas de nom a elle,
pas d'identité à elle.
Et c'est ça qui me fait chier.
Je voudrait qu'elle ai son nom à elle.
Qu'elle existe par elle-même.
--
. En bref,
je voudrais que des titres
mettant en scènes des héros
"issues de minorités"
puissent se vendre et exister
sous leurs propres noms
et non emprunter celui des autres
afin de réussir des ventes
sur une sorte de malentendu.
Je veux des noms comme Blade ou Shaft
ou même Buffy,
des noms qui appartiennent totalement
à ces soi-disant minorités.
Pas des versions féminines ou autre
d'un personnage pré-existants
en attendant le retour du "vrai"
qui est forcément plus important dans le titre,
mais des personnages qui soient,
dès le départ,
noirs, femmes, arabes, gays, musulmans ou autres…
Je veux qu'ils aient leurs titres et leurs noms à eux.
Ils le méritent. 





Edito du 15 Octobre 2015 :
...
  . Fatigué, mal à la tête,
mal à la gorge…
Je pense que j'ai la crève…






Edito du 09 Octobre 2015 :

Fu-Manchu & Racisme...
  . Je vous ai peut être déjà parlé de ça…
J'ai songé longtemps faire un vlog
à propos de ça,
mais je n'ai jamais trouvé le temps…
Et comme je vous parle de quotas,
de politiquement correct au cinéma
et tout ça,
ça s'imposait à moi d'en (re?)parler.
--
. Le "white-washing" aujourd'hui
me gave.
Le "white-washing",
traduction littérale "lavage au blanc",
c'est le fait de faire interpréter des rôles
théoriquement éthniques
par des blancs.
Par simple racisme.
Pourtant, contrairement aux apparences,
cela n'a pas toujours été raciste.
Et souvent, en soi, ça ne l'est pas.
C'est compliqué,
je vais essayer d'éclaircir ça,
principalement en vous parlant de Fu-Manchu,
personnage qu'on ne montre plus aujourd'hui,
car pointé du doigt comme symbole de racisme.
--
. Alors, crevons l'abcès directement,
Fu-Manchu, est-ce raciste ?
Oui. Mais pas dans le concept.
Pas là où vous le pensez.
Fu-Manchu est un personnage de littérature
créé par Sax Rhomer,
qui est un criminel venu d'Asie.
Il a fait l'objet de quelques adaptations à l'écran
où il a été incarné par des occidentaux,
sous un lourd maquillage
qui les faisait passer pour asiatiques.
Et bien ça, en soit,
je le proclame,
non,
ça n'a rien de raciste.
--
. Cela n'est pas raciste,
parce que ce n'est pas parce qu'un criminel
vient d'Asie et est asiatique
que cela sous-entends
que tous les asiatiques sont des criminels.
D'ailleurs, dans le premier film,
Fu-Manchu fuit son pays
car il y encoure la peine capitale pour ses crimes.
Ses activités ne sont donc absolument pas
"validés" par son pays d'origine.
--
. Ensuite,
et c'est tout le point de cet édito,
non,
ce n'est pas raciste de le faire incarner
pour un acteur occidental.
Le boulot d'un acteur,
c'est de jouer un rôle,
de porter un masque,
de devenir quelqu'un d'autre.
C'est tout le but du jeu.
Un film n'est pas un documentaire,
on ne choisit pas un interprète
car il est quelque chose,
mais parce qu'il sait jouer.
On n'engage pas de vrais monstres extra-terrestres
pour jouer des monstres extra-terrestres.
Il faut se rappeler les bases du truc.
Quand vous étiez petits,
vous jouiez à être quelqu'un d'autre,
un personnage radicalement différent de vous.
Et quand le théâtre ou le cinéma
ont commencés,
ils ne disposaient pas des moyens
et des choix
dont on dispose aujourd'hui.
Ils faisaient jouer la troupe,
les acteurs a disposition.
Et si, par exemple,
il manquait une femme pour un rôle féminin,
on enfilait une robe et une perruque
à un acteur masculin
et ça faisait l'affaire.
Il n'y a rien dans le fait de s'amuser
a se déguiser, a jouer quelqu'un d'autre
de raciste.
Donc non.
Non, non et non,
le fait que Fu-Manchu soit incarné
par un occidentale
n'avait rien de raciste.
Pire encore :
Si on veux voir dans Fu-Manchu
une caricature de la "menace jaune",
le fait qu'il soit justement une caricature
et non pas incarné par un vrai asiatique
impose un second degrés indiscutable.
---
. Si l'oeuvre Fu-Manchu
est parfois raciste,
ce n'est donc pas a travers le fait
que le méchant soit asiatique,
ni par le fait qu'il soit incarné
par un occidental.
C'est certains comportements,
certains attitudes, certains clichés,
certaines répliques, certaines scènes,
en bref, des détails qui seraient aisément corrigés
sans rien remettre fondamentalement en question
qui le sont.
Par exemple,
on voit une scène où le héros, policier,
entre dans une pièce et remarque
que le policier qui s'y trouve est asiatique.
Il se jette alors sur lui et le roue de coups
car, vu qu'il est asiatique,
c'est forcément un homme de main de Fu-Manchu.
J'avoue que ça, ça m'a choqué.
Et il y a d'autres trucs dans ce genre là.
Mais un génie du mal
peux parfaitement être asiatique
sans que ça ne soit raciste !!!
Dr No, dans James Bond,
tiens beaucoup de Fu-Manchu d'ailleurs…
---
. Moi, ça m'a choqué quand ils ont tournés
Le Seigneur des Anneaux et Le Hobbit
avec des acteurs de tailles normales.
Les personnages sont des nains,
ils auraient du être incarnés par des nains,
pas réduits à l'écran grâce aux effets spéciaux.
Ça m'a choqué.
D'ailleurs, l'excuse invoqué est la même excuse raciste
toujours invoquée pour expliquer ce genre de subterfuge
et l'emploi de maquillage
en lieu et place
d'un casting approprié :
Ils ne trouvaient pas d'acteurs
correspondants aux critères physiques
capables de jouer les rôles.
Aouch.
A chaque fois, cette réflexion me fait mal.
Autrefois, le monde était plus grand,
et les moyens plus réduits,
et je pouvait facilement comprendre
qu'on ne trouve pas facilement
(et a peu de frais)
de très bons acteurs asiatiques, nains, arabes,
ou autres…
Mais plus aujourd'hui.
Donc, ce que je dit,
c'est qu'il est plus raciste de la part
du Seigneur des Anneaux
d'employer des acteurs non-nains
pour jouer des personnes de petites tailles
qu'il ne l'était il y a 50 ans
de faire incarner un personnage ethnique
par un occidental.
---
. Aujourd'hui,
on peux trouver facilement des acteurs de toutes ethnies…
Mais cela ne doit pas nous faire oublier
l'intérêt premier du jeu.
Porter un masque.
Incarner un personnage très loin de soi.
S'amuser.
Des acteurs de toutes ethnies
ne devraient pas être limités
par ces ethnies,
et ils doivent avoir la liberté
de jouer des tas de rôles différents.
Et ça va dans les deux sens.
--
. Le problème,
c'est qu'on veux voir en l'art
de la pure propagande politique
et non une expression/distraction innocente
et on sur-interprète.
A trop vouloir politiser l'art,
vous n'arrivez qu'a le censurer
à tort et à travers,
en aval et en amont. 
Pour moi, l'art ne doit pas être calculé,
il doit être spontané.
Il ne doit pas être politiquement correct,
il doit sortir des tripes,
pas d'autre chose.
L'art n'est pas méchant.
C'est le regard qui veux voir le mal partout
qui corromps les esprits.







Edito du 08 Octobre 2015 :

Quotas, industrie du cinéma,
et McDonald...

  . En ce moment,
on me pète beaucoup les couilles
avec des histoires de quotas
et de politiquement corrects
à tous crins au cinéma…
C'est bien simple,
si votre casting ne ressemble pas à une publicité
d'United Color of Benetton
et ne mets pas en scène toutes les minorités,
vous vous faites qualifier de raciste,
voir pire,
quel que soit le sujet de votre histoire.
Par contre, le méchant ne doit pas être issu d'une minorité,
sinon c'est raciste aussi,
et j'en passe et des pires...
On a d'ailleurs,
ce qui m'a rassuré et amusé,
passé à cette moulinette
de la critique politiquement correct
des chefs d'oeuvres intemporels du septième art,
ces critiques les décrivant
comme des horreurs immondes
puantes de sexisme et de racisme.
Ils soulignent que ces chefs d'oeuvres marquants,
ne pourraient plus être réalisés aujourd'hui…
Et pourtant, paradoxalement,
on tente très souvent de faire des remakes
de nombres d'entre eux,
produisant des films politiquement corrects,
sans saveur et très vite oubliés
qui ne nous font jamais oublier
les originaux marquants.
-
. Un film qui n'offense personne
qui est parfaitement lisse
et politiquement correct,
et aussi par la même occasion
totalement creux et fade.
C'est un produit McDonald
pré-fabriqué
et sans aucun goût.
--
. La critique politiquement correct
par elle-même et en elle-même
ne fait pas grand mal…
Mais hélas elle s'inscrit
et met en lumière
autre chose…
En effet, si on vous dit que
pour des histoires de quotas
vous devez remplacer une partie du casting,
et de l'équipe technique,
réalisateur et scénariste compris,
et que ça ne vous dérange pas,
et que ça ne change rien,
c'est que votre film est un produit creux.
Une oeuvre artistique est une oeuvre de passion
pour laquelle les détails sont importants,
et les artistes irremplaçables.
Un film où on peux interchanger
n'importe quel poste,
c'est un produit industriel,
c'est du McDonald.
Si le fait que ça ne change rien
et que vous ne voyez aucune différence
selon qui réalise, écrit ou interprète,
c'est que vous regardez une série télé
où tous les éléments répondent à une formule
pré-calibrée et pré-machée.
--
. Des oeuvres aussi impersonnelles
ne peuvent ni marquer,
ni rester…
Ce ne sont pas vraiment des oeuvres
mais juste des produits industriels pré-machés.
Et je soulignerais par ailleurs
que les oeuvres féministes, homosexuelles,
ou "ethniques"
les plus marquantes
n'ont absolument rien de politiquement correct.
Oh que non.





Edito du 07 Octobre 2015 :
L'intérêt du voyage...
  . L'un des reproches que l'on adresse parfois
à la génération internet,
c'est que l'on à accès aux choses
trop facilement
et trop rapidement.
Elles en perdent beaucoup de leur valeur,
de leur saveur…
Et consécutivement à cette frénésie,
les gens ont une attention
de plus en plus volage et volatile,
se désintéressant trop vite des choses…
--
. En Mongolie,
les temples étaient souvent loin de tout.
Loin des routes, entre autre choses…
On n'y arrive pas facilement.
Même avec un véhicule tous terrain.
Et c'est bien,
car il ne s'agit pas, après tout,
de supermarchés ou de restaurants.
Le temps et l'effort
qu'il faut pour y parvenir
aide a calmer l'esprit,
a le vider de tout ce qui pourrait s'y agiter.
Ils font partis de l'experience,
et certains temples doivent être escaladés,
certains lieux sont volontairement isolés
et difficiles d'accès.
Le silence des lieux environnants
résonnent en nous
et permet de faire la paix en nous même...





Edito du 06 Octobre 2015 :
25 heures de la BD...?
  . Je crois que je vais essayer de participer
aux 25 heures de la BD.
12 planches en 25 heures,
dans un week-end où je n'ai rien de prévu,
alors que je suis censé descendre
chez de la famille à mon ange le week-end suivant…
Ça doit être faisable.
Je croise des doigts que le sujet m'inspire.
Que ça me motive.
J'ai des tonnes de retard sur plein de mes trucs,
tant et tant
que je ne sais même plus par quoi commencer,
c'est décourageant d'avance,
sachant qu'il y a trop a faire…
J'ai besoin d'un déclic.
De me motiver.
D'un coups de pied au cul.
Peut être d'un défi.



Edito du 01 Octobre 2015 :
Porno, censure, et finances...
  . Dernièrement est sorti en France
un film avec des scènes de sexe
non simulées.
Très explicite.
Après une première sortie
interdite aux moins de 16 ans,
il y a eu plainte, révision,
et le film a été interdit aux moins de 18 ans.
Il est classifié comme porno.
Et je trouve ça normal.
Mais plein de gens, non.
Plein de gens sont scandalisés
par ce qu'ils considèrent comme une censure
comme quelque chose d'anti-artistique.
Soupir…
--
. Moi, je trouve ça normal qu'il y ai des avertissements
et des classifications.
La censure, c'est interdire une oeuvre tout court.
Et si je suis contre la censure,
je trouve ça normal de prévenir le public
pour ne pas lui imposer des choses
qui pourraient le choquer.
Selon moi, il existe des films pornos de tous les genres.
Certains sont légers et amusants, d'autres très violents.
A mon sens, le porno a une immense palette.
--
. Et là, on m'explique que si on classifie une oeuvre comme porno,
on lui flingue sa carrière commerciale.
En effet, un film porno serait bien plus taxé
qu'une oeuvre non-porno,
et sa diffusion et sa promotion
serait extrêmement restreinte.
Et bien là encore, je soupire.
Si c'est le cas
et bien battez-vous pour que les films pornos
soient moins taxés.
L'industrie du porno va très mal,
et elle aurait bien besoin d'un coups de main.
Gêner sa commercialisation et sa promotion,
et faire en sorte de rendre si difficile sa rentabilité
c'est une très mauvaise chose à tous points de vue.
Tournez votre attention là dessus.
Mais venez pas me dire que votre film
avec des scènes de cul non-simulées
c'est pas un porno.
Un film avec des scènes de cul explicites
non simulées
c'est la définition même d'un porno.
Qu'il soit mieux filmé et plus artistique
que la plupart des pornos,
ben, c'est dommage que les autres pornos
ne puissent pas conccurencer
financièrement parlant.
--
. Un exemple parlant :
La chaine canal + a des exigences très stricts
vis à vis des films pornos qu'ils diffusent,
au point que les artistes doivent les tourner exprès pour.
Ou se censurer.
Et combien paie Canal + ?
5 000 euros.
Pour un long métrage.
Et c'est donc supposé être rentabilisé avec ça.
Faites le calcul. C'est ridicule.
Et bien sur,
Canal + paie bien plus pour
n'importe quel autre programme,
genre téléfilm ou épisode de série télé
qui eux, en plus,
pourront être achetés et largement diffusés
sur d'autres chaines.
--
. En bref,
selon moi,
le débat autour de ce film
devrait attirer votre attention
sur les problèmes que subissent
l'industrie du porno.
Et ce n'est pas ce film
qui aurait besoin d'aide,
mais bien l'industrie du porno.

...

.



Une petite photo, c'est comme un sourire, un mot gentil,
ça ne coûte rien et ça fait du bien, ça fait plaisir...
Alors cliquez, et faites-moi un cliché...
S'il vous plaît...



Twitter



Bienvenue sur le site du darkcowboy, sur le blog du DarkCowBoy...

Précedents Editos : Septembre 2015 - Aout 2015 - Juillet 2015 - Juin 2015 - Mai 2015 - Avril 2015 - Mars 2015 - Février 2015 - Janvier 2015 - Décembre 2014 - Novembre 2014 - Octobre 2014 - Septembre 2014 - Aout 2014 - Juillet 2014 - Juin 2014 - Mai 2014 - Avril 2014 - Mars 2014 - Février 2014 - Janvier 2014 - Décembre 2013 - Novembre 2013 - Octobre 2013 - Septembre 2013 - Aout 2013 - Juillet 2013 - Juin 2013 - Mai 2013 - Avril 2013 - Mars 2013 - Fevrier 2013 - Janvier 2013 - Décembre 2012 - Novembre 2012 - Octobre 2012 - Septembre 2012 - Aout 2012 - Juillet 2012 - Juin 2012 - Mai 2012 - Avril 2012 - Mars 2012 - Fevrier 2012 - Janvier 2012 - Décembre 2011 - Novembre 2011 - Octobre 2011 - Septembre 2011 - Aout 2011 - Juillet 2011 - Juin 2011 - Mai 2011 - Avril 2011 - Mars 2011 - Fevrier 2011 - Janvier 2011 - Décembre 2010 - Novembre 2010 - Octobre 2010 - Septembre 2010 - Aout 2010 - Juillet 2010 - Juin 2010 - Mai 2010 - Avril 2010 - Mars 2010 - Février 2010 - Janvier 2010 - Décembre 09 - Novembre 09  - Octobre 09 - Septembre 09 - Aout 09 - Juillet 09 - Juin 09 - Mai 09 - Avril 09 - Mars 09 - Fevrier 09 - Janvier 09 - Decembre 08 - Novembre 08 - Octobre 08 - Septembre 08 - Aout 08 - Juillet 08 - Juin 08- Mai 08 - Avril 08 - Mars 08 - Fevrier 08 - Janvier 08 - Decembre 07 - Novembre 07 - Octobre 07 - Septembre 07 - Aout 07 - Juillet 07 - Juin 07 - Mai 07 - Avril 07 - Mars 07 - Fevrier 07 - Janvier 07 - Decembre 06 - Novembre 06 - Octobre 06 - Septembre 06 - Aout 06 - Juillet 06 - Juin 06 - Mai 06 - Avril 06 - Mars 06 - Février 06 - Janvier 06 - Decembre 05 - Novembre 05 - Octobre 05 - Septembre 05 -Aout 05 - Juillet 05 -Juin 05 - Mai 05 - Avril 05 - Mars 05 - Fevrier 05 - Janvier 05 - Decembre 04 - Novembre 04 - Octobre 04 - Septembre 04 - Aout 04 - Juillet 04 - Juin 04 - Mai 04 - Avril 04 - Mars 04 - Fevrier 04 - Janvier 04 - Decembre 03 - Novembre 03 - Octobre 03 - Septembre 03 - Aout 03 - Juillet 03 - Juin 03- Mai 03 - Avril 03 - Mars 03 - Fevrier 03 -Janvier 03 -Decembre 02 -Novembre 02 - Octobre 02 -Septembre 02 - Aout 02 - Juillet 02 -


Ecrivez-moi :
darkcowboy@wanadoo.fr