Edito du 29 Septembre 2003:
Ignoré...
. Que je vous narre cela...
Après la soirée du 13,
d'ou certains avaient pris mon adresse e-mail et promis de m'ecrire,
ce qu'ils n'ont pas fait,
j'ai ecrit a deux membres du théâtre du sang,
les prevenant que je remontait sur Paris pour deux jours,
deux semaines plus tard,
et les enjoignant a me recontacter
pour que nous puissions nous voir a ce moment-là...
Et eventuellement,
que je recupère des images pour leurs sites...
A cette requète,
je n'eu nulle reponse...
L'un et l'autre, je les contactai par telephone,
en vain,
on me raccrocha au nez.
La date passé,
Richter pris contatc avec moi,
me demandant pour son site ,
une main secourable, un texte pour resumer la soirée,
texte que, pressé par le temps et les aleas de la vie, il ne pouvait rediger...
N'ayant rien connu de la soirée,
je ne pouvait rediger ce texte,
mais par acquis de conscience,
j'envoyais la requète aux membres du théâtre du sang...
Bien sur, je n'eu aucune reponse...
J'ecrivis a Richter quelques jours après pour m'excuser,
et il m'appris que lui avait eu une reponse,
reponse d'une personne qui avait donc lu mon mail
et l'avait directement contacté...
Tant mieux pour Richter...
Mais et moi ?
Pourquoi ne m'a-t-on pas prevenu ?
Pourquoi ne m'a-t-on pas repondu ?
Ils lisent leurs e-mails,
puisqu'ils s'en servent pour contacter et repondre a d'autres personnes...
Mais pas a moi...
C'est agaçant, frustrant, enervant...
On essaie de communiquer avec autrui,
a force,
on finit par se dire qu'ils ne vous entendent pas,
mais si,
ils vous entendent,
ils vous snobent, c'est tout...

. Ils m'avaient déja fait le coups,
auparavant,
des choses, des renseignements,
que je leur ai demandé poliment plus de dix fois,
et qu'ils n'ont finis par me donner,
(lorsqu'ils me les ont donnés),
que lorsque je me suis enervé
et que je les ai insultés...

. Le pire,
c'est que je ne pense pas que cela soit dirigé contre moi...
Ni même que cela soit reellement conscient de leur part...
C'est simplement leur façon de fonctionner,
tordu et maso...
Une façon d'echanger qui n'est basé que sur un rapport sado-maso de dominant/dominé.
Moi, je leur demande deux semaine avant,
par ecrit,
quel heure et quel endroit les arrangerait sur deux jours au choix,
ça, ils ne comprennent pas.
Il faut les prevenir la veille au soir pour le lendemain,
sans negliger de leur imposer des conditions fermes et sans appels de lieu et d'horaire ,
voir mieux,
carrement debarquer chez eux a l'improviste a 23h comme on braque une epicerie.
Les manières civilisés,
la politesse, la prevenance et l'organisation
sont des termes qui ne figurent pas dans leurs modes de pensée.
C'est drôle que ce soit moi qui dise cela,
moi qui me considère toujours comme un barbare associal...
Simplement, je me considère ainsi, face a des gens plus savants que moi,
des gens dont j'ai tant a apprendre...
Tandis qu'avec les autres,
je sais que ce serait moins difficile,
moins compliqué, je n'ai qu'a me baisser,
je n'ai qu'a descendre a leur niveau.
Et chacun sait qu'il est plus facile de descendre que de monter,
dans l'echelle des bonnes manières.
C'est facile, mais ça ne m'interesse pas.
Si ils ne comprennent pas lorsqu'on leur demande poliment une chose,
ce n'est pas une raison pour devenir grossier et les insulter...
Certes, il n'y a qu'ainsi qu'ils comprennent,
qu'ainsi qu'on obtient d'eux quelque chose,
par la brutalité...
Et inconsciement,
ils aiment ça,
ils considèrent ça comme des rapports humains,
ils ont besoin de cette relation dominant/dominé,
la politesse les laissent froids...
Mais moi, je n'ai pas envie de m'enerver,
je n'ai pas envie de devenir une de ces brutes ,
stupide, frustrée et grognante...
Alors, tant pis...
Tant pis pour eux ou tant pis pour moi,
comme vous voudrez,
mais ,
tant pis...

. Si vous preferez que je vous formule ça de façon plus philosophique,
je dirais que si on ne m'entends pas quand je murmure,
a cause de la confusion de leurs vies,
je ne veux pas me mettre a crier...
A eux d'ecouter,simplement...
Seuls les attentifs m'entendront,
seuls ceux qui y prètent attention...
Je n'imposerait ni ma presence,
ni quoi que ce soit a autrui...
...

 

 

Edito du 26 Septembre 2003:
Le Choix d'un Destin...
. Le roi du monde...
Aujourd'hui ce nom fait plus rire que trembler...
Et pourtant,
quelques uns et non des moindres en ont révé...
Des hommes comme Alexandre, Attilla, Napoleon, Cesar ou Hitler...
Quel interèt ?
Le pouvoir, la fortune et la gloire ?
Et si je vous disait qu'il y avait une ambition plus utopiste derrière tout ça,
une vision un peu moins egoiste
que ce que l'on pourrait croire de prime abord...
Un seul roi,
cela signifie plus de guerre,
puisqu'il n'y a plus d'autres royaumes...
Toutes les reserves du mondes,
toutes ses richesses,
toutes ses ressources seraient mise sous une seule coupe,
dans un but plus globale qu'autrefois...
Un peuple unis...
Une langue...
Tous se comprendrait, tous pourraient echanger, sous un pied d'egalité,
sous une même loi...
En verité, c'est une utopie pour le bien de l'humanité,
pour qu'elle n'en vienne pas a s'autodetruire
pour des querelles intestines et stupides...
Oh, bien sur,
une telle paix aurait un prix
et exigerait de nombreux sacrifices...
Un tel pouvoir devrait être etabli sous l'egide d'une puissance
et d'une volonté sans failles...
Parfois, certains songent a la venu d'un roi,
qui après des années de guerre ,
ramenerait la paix a jamais...
Plus de frontières...
Plus de guerre...
Plus de jalousies...
Parfois, j'y songe...

. Parfois, je songe que j'aimerais être un monstre,
de faire le mal et de le rependre,
afin de reapprendre aux hommes ce qu'est le mal,
ce qu'il est vraiment...
Ainsi que le malheur...
Et par la-même, la douceur de la paix...
Et la valeur du bien...
Car ils l'oublient,
et se plaignent pour un rien,
accusant des innocents perdus,
les affublants de noms ayant perdus leurs significations,
leurs sens veritables et premiers...
Parfois, j'aimerais leur rappeller.

. Mais souvent,
je me rappelle qui je suis,
et ce que j'ai fait...
Et je veux mourir...
Et ne plus faire souffrir autrui autour de moi...
Car je sais comment marche le monde,
et ou il va...

 

Edito du 24 Septembre 2003:
La Dimension Cinema...
. Cette semaine, pour moi, c'est cinéma !
Il y a beaucoup de films que j'attendais qui sortent
et je vais me regaler !
M'enfermer pendant des heures dans une salle obscure
et tout oublier du monde et de la realité...
M'evader, rever,rire et pleurer,
j'adore ça !
Et quand j'y repense,
je ne peux que me feliciter d'avoir arretter de travailler dedans,
le cinema...
Car du temps ou j'en faisait,
je ne pouvait plus profiter autant des films en salle ou sur l'ecran...
Je "voyait" tout l'aspect technique...
J'analysais ou etait placé la camera, sa focale,
comment etaient disposés les lumières,
les tics, les pauses et les "trucs" des acteurs...
Bref, j'etait "hors" du film...
Je n'arrivais plus a entrer dedans,
a oublier qu'il ne s'agissait que d'images plates
et de sons dans des hauts parleurs,
pour entrer dans un autre univers,
une autre dimension...
C'est une sensation unique...
Ireelle et pourtant si tangible...

. On s'evade au cinema,
on s'identifie parfois,
mais on est toujours en dehors,
ce n'est jamais vraiment soi...
Cela caresse nos sentiments sans les heurter,
sans les blesser vraiment...
Ils ne touchent jamais vraiment au coeur et a l'ame,
ils ne font qu'evoquer...
Souvenirs et sentiments...
Cela peut paraitre du detachement, du voyeurisme cruel ,
et pourtant...
Je me suis toujours considéré comme une figure simple et caricaturale...
Presqu'iconique, toutes proportions gardées...
Et on m'a souvent moqué en me comparant a des figures de ciné...
Pourtant, j'ai vu de nombreux, de très nombreux films,
et j'en connais plus encore sans même les avoir vus...
De même ,j'ai lu de nombreux romans et bande dessinnées,
et j'en connais plus encore, de même...
Et malgré cela,
je n'ai jamais rien trouvé qui me corresponde vraiment...
Jamais trouvé de personnage qui soit reellement comme moi,
ou ressente ce que je ressent...
Ni aucun personnage auquel tenter de m'identifier,
plus qu'a ce que j'aspire de moi-même...
A ce sujet, autrefois,
j'avais lu un livre de psychologie
qui decrivait le comportement des hommes
qui cherchaient a s'identifier a cette figure mythologique
qu'ils s'etaient choisis pour modèle,
même inconsciemment...
Ce modèle ne relevant pas toujours du mythe ou de la fiction,
ce pouvait être l'image des parents...
Je l'ai constaté sur beaucoup d'humain,
mais jamais pour moi-même.
Je n'ai jamais trouvé de modèle a qui m'identifier,
qui puisse me resumer...
Je suis moi-même une figure de legende,
de ciné...

. Je peux parfois donner l'impression de negliger ce blog,
comme je suis moi-même negligé par tous ceux qui m'entourent...
Mais je prefère pretendre en riant que je préfère me taire lorsque je n'ai rien qui m'ai inspiré,
rien qui me donne a ecrire...
L'ironie est que lorsque ces choses arrivent,
elles laissent beaucoup moins de temps pour ecrire...
Presque pas en verité...
..

 

Edito du 19 Septembre 2003:
Grandis un peu...
. Je n'ai pas mis a jour depuis quelques jours...
Il ne s'est rien passé d'interessant,
reellement...
Mais surtout, j'attendais plusieurs emails,
des contacts pris au cours de la soirée du 13,
er surtout a propos de la soirée du 13...
Vous savez que je suis supposer me charger du site du théâtre du sang,
et je vous ai raconté ou et comment j'avais passé la soirée...
J'attendais donc des infos et des images plus concrètes de la soirée...
Pas pour moi...
Pour eux...Pour leur site...
En vain...
J'ai eu l'audace de finir par appeller au telephone
et j'ai franchement eu la sensation de les faire chier...
Ils m'ont raccrochés au nez...
C'est pas ça qui va arranger mes complexes
qui m'empèche de deranger les gens...
Après on s'ettonnera que je n'appelle jamais,
et que je n'ecrive qu'en reponse...
Je ne me considère pas comme susceptible,
je prefère dire que je comprends vite...
Si on me dit "non",
je ne redemande pas vingt fois...
Si je me prends une porte dans la gueule,
je ne reessai pas de l'ouvrir, j'en prends une autre...
Ce n'est pas du miserabilisme,
c'est du sens pratique...
Il y a tant d'autres portes.
Ce qui m'ennuie surtout,
c'est leur pretendu enthousiasme qui fond comme neige au soleil.
Faire des choses comme des soirées ou du theatre est supposé generer un certain plaisir,
une certaine fierté,
ce ne doit pas être un boulot qui vous fait chier ,
ou une corvée !
Sinon faites autre chose, merde !
. C'est ce que je vais d'ailleurs faire, moi-même, bientôt...
Au fond, leur rejet m'arrange...
Ainsi pas de separation, pas de manque...
Au pire, ils pourront avoir le sentiment de m'avoir jeté !

. J'ai eu, il y a quelques jours l'apparition d'une amie a mon reveil...
Penchée sur moi, nue, acroupie a quatre pattes...
Nous avons parlé un moment, entre rève et reveil,
dans ce trouble instant d'irréalité...
Elle m'a parlé du fait, qu'a mon age,
ou a celui que je pretend me donner,
je devrais cesser de me comporter comme un enfant,
mais que je devrais me comporter comme un père...
Que je ne devrais plus être l'élève turbulent,
mais le professeur attentif...
Car si j'ignore beaucoup de choses,
tant de jeunes autour de moi en ignorent plus encore,
et j'aurait tant a leur apprendre,
a leur transmettre,
avant de disparaitre...
Peut-être...
Ces mots m'ont troublés...
Je crois qu'ils m'affecteraient plus, si j'etait un humain,
comme elle l'a été...
Je pense qu'elle croit toujours que j'en suis un...
Je pense qu'elle croit en moi,
même de là-bas...

 

Edito du 15 Septembre 2003:
Presque somnanbule ...
. Il y a des week end, comme ça...
Samedi, il y a eu la soirée...
J'ai du partir a 10h du matin
pour pouvoir être la bas a midi comme prevu
pour donner un coup de main aux preparatif de la soirée,
la soirée en elle même,
je vous ai deja dit ce que j'y ai fait,
puis le dimanche matin,
je suis reparti prendre le metro de 5h45
pour pouvoir commencer le marché a 7h,
et ce marché,
ou j'ai tout de même bien sommnolé,
j'y suis resté jusqu'a 14h...
Mais cela ne s'arrettai pas là !
L'après midi,
il a fallu soulever des dalles de betons,
afin de descendre dans les sous-sols emplis de toiles d'araignée,
pour pouvoir fermer la vannne d'une grosse canalisation d'eau...
Et il m'a fallu encore m'acquitter de deux executions...
J'etait tellement crevé que je n'y ai même pas pris plaisir...
J'ai d'ailleurs limite fait n'importe quoi avec ma hache,
j'ai du les terminer toutes les deux en les egorgeant au couteau...
L'une d'elles s'est energiquement debattue,
griffant, envoyant des coups de pieds...
J'ai cru d'abord l'avoir eu avec ma hache,
mais je sentait que les muscles ne se relachaient pas...
J'ai posé ma main,
et j'ai senti son coeur qui battait toujours...
J'ai alors pris le couteau
et je me suis acharné sur sa gorge,
coupant tout ce que je pouvait,
faisant couler d'enormes quantités de sang sur le sol...
D'ailleurs, croyez-le ou non,
mais aussi incroyable que cela puisse paraitre,
je n'ai pas eu une goutte de sang sur moi...
Ni sur mes vetements,
ni sur mes chaussures,
ni sur mes mains,
nulle part...
Je me souviens que la lame du couteau etait,
elle,
entierement recouverte de sang...
J'ai du me ballader un bon quart d'heure avec ce couteau ensanglanté dans la main.
J'etais tellement shlasse que je n'avais pas pensé a le lacher.
Je dormais presque debout.
. J'ai dormi un peu, et j'ai tout de même pu me reposer aujourd'hui...

. Pour en revenir a la soirée "Bienvenue dans le boudoir",
j'ai tout de même une ou deux photos et quelques anecdotes,
je me propose de les chroniquer ici...
Il y a une chose en particulier qui m'a touché...
Une chose...

 

Edito du 14 Septembre 2003:
Rien pour rien...
. J'y suis donc allé
hier soir
a leur soirée...
Je n'y ai pas fait de performance,
d'un commun accord avec la direction...
Rien de ce que je leur proposait ne leur paraissait assez soft...
Et de plus,
vu le programme chargé de la soirée ,
je ne sais pas ou ils auraient pu me mettre...
C'etait la première soirée goth aux Caves Saint Sabin
depuis longtemps...
Depuis le meurtre qui s'etait produit a sa sortie,
pratiquement...
Les caves s'etaient muées en bar momentanement,
mais cela n'etait guère satisfaisant pour personne...

. A l'approche de cete soirée,
je ne resentait rien.
Ni apprehension, ni excitation, rien...
Cette soirée aurait tout aussi bien pu ne pas avoir lieu pour moi,
vu comment je la sentait...
Resultat ?
Je n'ai rien vu ni entendu de la soirée.
J'ai tenu l'entrée,
dès le debut du concert de Nehl,
en remplacement d'un garçon qui lui ,
semblait bien plus enthousiaste que moi,
puis, a partir de 22h30,
a l'heure ou la caisse passait des mains du theatre du sang,
a ceux des proprietaires des caves,
j'ai laissé ma place,
et me suis retrouvé au vestiaires,
soutenu par tantôt Garance,
tantôt Marietta,
qui elle ,a tout de même reussi a un peu profiter de la soirée...
Oh, pas de regrets, je n'etait pas d'humeur a ça, tout simplement...
Il faut croire qu'avec moi, c'est tout l'un ou tout l'autre...
Soit je ne quitte pas la piste de danse de la soirée,
soit rien du tout.
Et je ne sais pas melanger le travail et la detente,
c'est antinomique pour moi.
Et puis, je me suis bien amusé a tamponner les entrées,
a les depouiller de leurs argents,
et a parler...
Comme je n'entendait absolument pas la musique,
rien ne m'empechait de discuter...
Cela dit, j'ignore ce que je vais pouvoir ecrire sur le site du theatre...
Je n'ai rien vu de leur soirée en definitive !

. Mais c'est ça, celui qui ne desire rien,
n'obtient rien.
Il faut vouloir d'abord.
C'est du rève que se nourrie la vie,
pas du neant...

 

 

Edito du 08 Septembre 2003:
Cité de solitude...
. La première fois que je suis monté sur Paris,
que j'ai decouvert cette grande ville, au sortir de ma campagne,
j'ai dit que j'aimait cette ville,
rien qu'en penetrant dans sa peripherie...
Cette cité etait uniformement grise,
monochromatique, sans couleurs...
Ce que j'aime dans les villes ,
c'est l'anonymat qu'elles confèrent,
la solitude et l'enfermement
malgré la promiscuité et le nombre.
Dans un petit village, tout le monde se connait ou presque...
Dans une grande ville,
on ne connait pas son voisin,
celui qui vit a moins de deux mètres de chez vous,
et dont vous entendez les disputes
a travers les minces cloisons de votre appartement.
Ne vous y trompez pas.
Je suis un solitaire,
et je suis un peu tordu.
J'aime ces grandes cités de beton, de verre et de metal.
J'aime l'anonymat et passer inaperçu.
Dans un petit village,
tout le monde devisage le nouveau venu.
Malgré cela, comme tout un chacun, j'ai egalement mes paradoxes...

. Avec des enfants ou des gitans,
avec des animaux ou des sorcières,
on peut venir jouer, danser et chanter
sans même s'être present¸,
sans même dire un mot.
On est accepté avec chaleur et joie.
Le jeu, le chant, la danse,
tout cela n'est que jeu et distraction,
tous peuvent s'y meler et la partager.
Dans les villes,
dans les sociétés adultes,
ces joies sont regulé, reglementés, compartimenté.
Seul un chanteur a le droit de chanter,
et un danseur a le droit de danser.
Et peu importe si vous pourriez faire mieux,
vous n'avez pas le droit de vous en meler,
vous devez rester a votre place,
comme derrière un ecran de télé.
Ce n'est pas la vie,
mais comment est-ce que vous le sauriez ?

. C'est la hierarchie de l'idolaterie...
...

 

Edito du 05 Septembre 2003:
L'absence d'amour...
. Ce n'est pas la haine qui separe les êtres,
c'est l'absence d'amour.
L'oubli du desir,
la lassitude du contact
et de la frequentation...
On ne cherche plus...
En ce moment, personne ne m'ecrit plus,
personne ne se soucie de moi...
En un sens, ce n'est pas plus mal....
Cela me laisse du temps pour mediter et me preparer pour...
Vous savez...
...
Mais pour ce qui est de l'artistique,
tout devrait être basé sur la passion,
le desir, l'envie...
L'excitation devrait en decouler...
Une excitation quel'on devrait avoir besoin de partager...
Les idées devraient bouillonner...
Et il n'y a rien...
Rien d'autre que le silence...
C'est dans le chaos et la confusion que l'on créer, pas dans la paix et la serenité.
Ce silence est un silence de mort.
La mort de la passion.
Ces "artistes" n'agissent pas par amour de l'art,
mais pour le souvenir de l'amour qu'il a pu susciter autrefois,
en eux-même.

. Moi, je ne vis que pour l'instant, mon desir n'est qu'immediat.
Je peux me laisser porter par la passion et l'enthousiasme des autres,
mais si cela est absent,
si ils sont vides et ne desirent rien partager,
alors je me detourne
et je reprends mon chemin.
Ce n'est pas laisser tomber ou abandonner,
c'est être fidèle a ce que l'on est,
a ce que l'on ressent,
et non a des preceptes sociaux egoistes
qui cherchent a vous enfermer dans un carcan.
J'aimes ce que j'aimes.
Ce que je desire aujourd'hui,
j'ignore si je le desirerait encore demain,
mais demain,
j'aimerais certainement autre chose.
Heureusement...
C'est la vie. Le changement.
Sinon, on se couche et on meurt,
car le monde nous oublie.
Mêmes les statues et les pierres subissent les outrages du temps.
Pas de regrets.
Il faut avancer.
Ce n'est pas triste, c'est gai.
Le monde recèle encore milles merveilles et milles secrets...

 

Edito du 03 Septembre 2003:
La lune & la clef...
. Vous vous souvenez que
le théâtre du sang m'a demandé de faire une performance
au cours de leur soirée du 13 septembre ?
Quelle performance, aucune idée ?
Mais n'ayant pas rejetté l'idée de prime abord,
je me voie inscrit sur leurs flyers,
sans la moindre idée de ce qui va pouvoir se passer...
Vais-je seulement la faire cette performance ?
Pas sùr...
Non, je n'aurais pas l'impression de laisser tomber qui que ce soit,
puisque le problème est que justement,
on n'attend rien de moi...
Rien de precis en tout cas...
On ne m'a rien commandé...

. Une performance...
Deja faudrait-il s'entendre sur la definition du terme...
Qu'est ce que je pourrais faire ?
Une demonstration de chant ? Non, il y a deja un concert...
Une demonstration de danse ?Non, pas assez de place...
Du jonglage, des acrobaties?Même problème...
Est-ce qu'on attend une performance physique de ma part ?
Pour se qui est du contortionisme, je n'ai plus la souplesse...
Je pourrais faire demonstration de mes capacités sexuelles,
faisant l'amour a toutes celles qui le desirent devant tout le monde...
Hummf...Pas de très bon gout, certainement..
On m'a suggeré une execution scènique,
decapitation, guillotine,
avec marche vers l'echafaud a travers le public...
Mais on manque de place, de scène,
pour ce genre de spectacle grand guignol...
J'ai egalement songé a excuter le portrait d'une personne presente,
devant tout le monde,
utilisant un pinceau, un couteau,
et mon propre sang pour peinture...
Oui, cela pourrait être amusant...
Je n'ai jamais fait ce genre d'exercice,
un tableau a la commande, executé devant un public...

. J'ai egalement songé a un truc un peu plus extrème,
inspiré de happening et de performances artistiques remarquées...
Un choix.
Je serais enchainé, attaché, de dos,
et le public,
contraint a passer devant moi pour acceder a la suite de la soirée,
ou pour aller d'une pièce a l'autre,
serait obligé de s'amender d'un paiement,
d'une taxe de passage...
Il aurait le choix :
me donner un coup de fouet ou un baiser...
Quel interèt ? Outre l'aspect ludique et distractif evident,
une reflexion plus profonde
sur l'humain et sa relation avec autrui...
A-t-il plus de facilité a frapper ou a embrasser un etranger ?
Malgré ses pretendus conventions...
Quel role est-il le plus facile a assumer ?
Ami ou bourreau ?
Faire preuve de tendresse, c'est faire preuve de fragilité,
perdre le contrôle, au moins partiellement...
Faire mal, on est sùr de son fait,
faire plaisir, jamais vraiment...
Oui, ce serait interessant...
Et approprié...
En rapport avec Sade...
Ce sera certainement refusé...

. Quoi d'autre ?
J'ai pensé : Pierrot. La comedia dell'arte.
Version légèrement gothique,
mélange du maquillage du Pierrot lunaire et de celui de The Crow,
qui en est l'heritier...
Gardons le fond...
Melancolique tragedie,amour perdue...
Colombine...
Et le nouveau sens de ce mot...
Il danse avec une robe vide, parle a son amie disparue...
On pourrait y ajouter une pointe de "Sade"...
De jeux dangereux qui ont mal tournés...
Retrouver l'usage de la pantomyme et des masques...
On pourrait essayer...
Je vais prendre des notes...
J'appellerais ce projet :
"La lune & la clef"
...

 

Edito du 01 Septembre 2003:
Centre d'attention & Manque d'affection...
. Lorsque j'ai decidé de plaquer le cinema,
de ne pas faire carrière,
c'est lorsque j'ai compris pourquoi on faisait ça...
Pourquoi on faisait du cinema...
C'est une famille d'adoption,
instantanement chaleureuse,
plus qu'aucune vraie famille...
Il faut dire qu'on se comprends...
Pour la plupart,
les "vrais" artistes sont aussi des hypersensibles,
des êtres fragiles en manque d'affection ,
de reconnaissance, d'amour...
Je n'ai jamais eu les chiffres en main,
mais les statistiques de drogués, d'alcooliques et de sucides dans ce milieu ,
(qu'on parvienne a en faire "rellement" partie ou non),
doivent certainement crever le plafond...
Bien sur, il y a probablement des exceptions,
mais la majorité d'entre eux souffrent du desir d'être aimé,
d'un manque, quelque part...

. Quand j'ai compris ça, j'ai decroché...
Il ne fait pas bon être lucide sur ses intentions...
Porter la verité en pleine lumière,
c'est lui oter tout pouvoir sacré,
c'est la base de la psychanalise,
mettre a jour pour ne plus souffrir...
Pourtant, j'ai souffert encore...
Maintenant, cela semble s'être attenué...
Oh, je sais que cette souffrance est toujours en moi,
prète a remonter ,
de temps en temps...
Une vieille douleur...
Mais avec le temps, elle sait se faire oublier...
Oui, même ces plaies-là,
celles qui ne guerissent jamais,
elles finissent doucement par ce refermer...

. Qui sait ?
Peut être changerais-je aussi d'habits ?
...



Edito et notes d'intentions :

Bienvenue sur le site du darkcowboy ,
et sur son blog ,
Bonsoir

. Sachez que toutes remarques,critiques ou suggestions sont les bienvenues;a condition d'être construtifs et raisonnables...
. Sachez ensuite que je ne considère pas ceci comme un vrai site,mais plutot comme une page perso...
. Ensuite,apprennez que dans mon esprit d'ancien hippie post soixante huitard,je ne crois pas a la possession des choses ,en clair,tout ce qui ce trouve sur ces pages est libre de droit! D'exploitation ,de copie,de diffusion ,de tout ce que vous voudrez...Si je veux le garder pour moi, je ne l'y met pas,et c'est tout...
. Cependant,bien sur, si je vous ai pris en photo et que vous ne voulez pas que votre image soit diffusée aux quatre vents,reclamez,je la retirerai...
. Ces quelques pages paraissent bien minces pour l'instant ;Mais il faut savoir commencer petit...
. Et enfin,il ne faut pas oublier que ce ne sont que des pages persos,pas un vrai site.A un moment,il va être plein et il faudra degager des vieux trucs pour faire places aux nouveaux ; Alors,même si ce n'est pas pour tout de suite,telechargez si quelque chose vous plait,avant que cela ne disparaisse...

Precedents Editos : Aout 03 - Juillet 03 - Juin 03- Mai 03 - Avril 03 - Mars 03 - Fevrier 03 -Janvier 03 -Decembre 02 -Novembre 02 - Octobre 02 -Septembre 02 -Aout 02 - Juillet 02 -


Vous vous sentez seuls ?
Simplement envie de parler,ou de partager des choses ?
- Ecrivez-moi :
darkcowboy@wanadoo.fr