Edito du 31 Juillet 2015 :
Just Toying...
  . Le cadavre exquis sur mon forum
n'avance pas
pour la simple et bonne raison
que personne n'y réponds,
et que vu le concept,
ça m'emmerde un peu
de tout écrire tout seul...
Ce serait un peu contraire au concept.
Mais bon...
Je pense que je vais quand même
continuer à le faire,
en espérant que ça encourage
des gens a participer...
--
. En attendant,
j'ai improvisé cet intermède
avec les personnages...
Je l'ai écris en anglais,
pour le poster sur un site en anglais.




Edito du 28 Juillet 2015 :
The Defining Moment...
  . Dans quelques jours va sortir au cinéma
un nouveau film adapté du comics book
Les 4 fantastiques.
J'aime bien ce comics,
enfin,
je dirait plutôt que j'adore certains volumes
de ce comics.
Si vous ne connaissez pas,
je vous conseille ceux écrits et dessinés
par Stan Lee & Jack Kirby
ou par John Byrne,
même si ils datent un peu,
ce sont à mon sens les meilleurs.
Bref, je ne suis pas un fan harcore du titre,
ni encore moins un puriste.
--
. Il faut savoir que quand on fait une adaptation,
il faut forcément, comme le mot l'indique,
adapter.
Un livre ou une bande dessinée
n'est pas un film,
et ne fonctionne pas de la même manière
dramatiquement parlant.
Un puriste crie au scandale
quand on change le moindre détail de son oeuvre préférée.
Je suis très loin d'en être un,
en particulier pour cette oeuvre.
Mais quand on adapte une oeuvre,
il ne faut pas passer à côté de l'idée.
--
. Tenez, pour vous donner un exemple,
le premier film X-MEN…
Il n'a absolument rien gardé des costumes des personnages,
et ils ont changé plein de choses par rapport à la BD,
mais ils ont su trouver et conserver l'essentiel,
le message de l'oeuvre,
sa thématique,
et cela en fait,
malgré ses changements,
une bonne adaptation.
---
. Le problème vis à vis des 4 fantastiques,
c'est, je le dis souvent, et ce n'est pas drôle,
qu'à Hollywood on ne sait pas lire,
et on n'aime pas lire.
Donc, peu de gens se sont penchés
sur l'oeuvre qu'ils étaient censé adapter.
Pire : on leur a proposé une version neuve et modernisé,
intitulé ULTIMATE FANTASTIC FOUR,
et ils n'ont lu que ça,
enfin, que le premier numéro,
alors qu'il s'agit à mon sens
du plus mauvais titre de la collection ULTIMATE
et un des plus gros échecs de leurs auteurs,
personnes pourtant par ailleurs très talentueuses.
Et ce, pour une raison très simple :
En voulant moderniser l'origine des 4 Fantastiques,
ils sont complètement passé à côté
de ce qui fait d'eux les quatre fantastiques,
et, faute d'instaurer ce qui faisait leur dynamique,
les ont détruit d'entrée de jeu.
Et les films se basent presque exclusivement sur ça.
Le nouveau film allant même jusqu'à davantage se référer
aux précédents métrages
qu'à la BD.
--
. Dans le comics d'origine,
publié presque 10 ans avant la conquête de la lune,
le professeur Red Richards avait mis au point
une fusée pour aller dans l'espace.
Pas aller très loin, même pas jusqu'à la lune,
mais quitter l'atmosphère terrestre
avec des gens dedans.
A l'époque, c'était de la science fiction,
mais on le touchait du doigt.
Dans le comics, donc,
les autorités refusèrent au dernier moment
l'autorisation à la fusée de décoller,
jugeant cela trop dangereux.
Red, le professeur, résolu à faire ce vol d'essai
même si il devait piloter la fusée lui même,
réussi à convaincre sa jeune fiancée,
le frère casse-cou de celle-ci,
et, avec plus de difficulté,
le pilote d'essai,
de braver l'interdiction avec lui
pour voler la fusée et réaliser ce vol d'essai.
Le vol se passera mal,
comme l'avaient prévu les autorités,
et l'isolement de la fusée ayant été mal conçu,
les astronautes seront bombardés de radiations cosmiques
avant de s'écraser sur terre,
survivants par miracle,
se trouvant dotés désormais de pouvoirs extraordinaires.
Quelque temps plus tard,
quand des monstres géants attaquent la ville,
ils se réunissent pour les repousser
et se font connaitre comme les 4 fantastiques.
---
. L'idée de la fusée s'est grandement ringardisée
après la conquête de la lune,
quand la technologie a rattrapé
ce qui était au départ de la science fiction.
A plusieurs reprises,
des auteurs ont joués avec l'idée
de moderniser cette origine.
Mais ils se sont souvent heurtés au fait
que ce moment était un moment fondateur,
un "defining moment",
un moment qui définie les personnages.
Il y a en effet plusieurs choses clés…
La première, c'est la conquête de l'espace.
Les héros sont des aventuriers scientifiques,
qui vont vers l'infini et au dela,
là où on n'a jamais mis le pied.
Il ne s'agit pas juste d'une invention,
il s'agit d'une aventure.
Le second, et sans doute le plus important,
est qu'il s'agit là d'une famille.
Et si, aujourd'hui,
dans un film comme Fast & Furious,
un type appelle les autres membres de son gang
sa "famille" et que c'est à cette définition
que les auteurs du nouveau film se réfère,
c'est de famille bien plus classique qu'il s'agissait avant.
Avec une claire figure paternelle, Red,
bien plus âgé que tous les autres,
qui dirige et semble un peu barbant et vieux jeu,
avec la figure de la mère/grande soeur,
de l'ado chamailleur et dragueur,
et de l'oncle bourru.
Et bientôt avec un enfant en bas âge en plus.
Une famille.
--
. Hors, dans la version ULTIMATE
et les versions ciné,
les personnages ont pratiquement le même âge.
Il ne s'agit plus d'une famille,
mais d'une bande de potes.
Dans le comics, médium visuel qui passe par l'image,
on voit clairement au premier coups d'oeil
de manière indiscutable,
que Sue et Johnny Storm sont frère et soeur.
Ça se voit. Ça crève les yeux. Ils se ressemblent.
L'info passe par l'image.
On n'a pas besoin de nous l'expliquer, ça se voit.
Dans les films, ça ne passe pas et ne se voit pas.
Le choix des acteurs ne se font pas du tout
passer ce lien et cette ressemblance,
et fout du même coups
une bonne part de la dynamique de leur relation
à la poubelle.
Sue faisant office de grande soeur,
voir quasiment de mère,
pour le jeune Johnny tête brulée
dans la BD…
Aussi, dans la BD,
ils n'avaient aucun droit
de participer à ce qui les a finalement métamorphosés.
C'était interdit.
Mais plus encore,
ils n'étaient pas censés,
pour la plupart,
y participer à l'origine.
Ils sont venu dépanner Red.
Aider.
Ils n'avaient rien a foutre là.
Ce n'étaient pas tous des scientifiques du tout,
ce qui fait que dans la BD
les explications scientifiques
ennuient prodigieusement Ben et Johnny,
provocant d'hilarantes scènes
complices avec le lecteur.
Pour la dynamique du groupe,
il était important de souligner
qu'ils ne travaillaient pas du tout
dans le même domaine à la base.
C'est très important.
Johnny était un ado qui était encore
dans ses études !
Il ne s'agissait pas d'une bande de scientifiques,
et ça rendait leurs échanges et la dynamique du groupe
d'autant plus riche et forte !
--
. Et enfin, il y a le méchant.
Le Dr Fatalis. Dr Doom en VO.
Pour bien l'adapter,
le personnage n'aurait pas du apparaitre
dans un film mettant en scène l'origine des héros,
mais mettant en scène ses origines à lui.
Plusieurs films ont fait ce genre de choses,
offrant la part belle bien davantage au méchant qu'au héros.
Le Dr Fatalis est un des méchants les plus importants
de la bande dessinée.
Un des meilleur, un des plus grand. Si, si.
Il a, entre autre, inspiré Dark Vador, pour vous situer.
C'est un des premier méchants
dont on a compris d'où il venait,
les drames qu'il avait du surmonter.
C'est un personnage qu'on craignait et qu'on respectait.
On l'avait vu perdre sa mère puis son père,
survivre à la faim, au froid, aux persécutions,
créer des inventions par son seul génie scientifique,
faire un terrible voyage initiatique
avant de conquérir son pays d'origine
et d'en devenir le régent.
C'est alors qu'il est régent d'un pays d'Europe
qu'il s'attaque aux 4 fantastiques.
Ce n'est pas un braqueur de bijouterie,
c'est un chef d'état, un génie scientifique,
un être dôté d'une volonté de fer,
d'un égo démesuré,
et…
Bref, dans la BD,
il lui arrivera de sauver le monde et même l'univers
à plusieurs reprises.
Durant les SECRET WARS par exemple.
Personne n'aurait survécu sans lu.
C'est un personnage magistral,
et, je le répète,
l'un des plus grand méchant de l'histoire
de la bande dessinée.
--
. Qu'est-ce qu'ils en ont gardé dans les films ?
Le nom, et vaguement deux trois détails visuels.
Ils ont en fait le cinquième fantastique aigris,
liant son origine à celle des 4 fantastiques
et disant qu'il a des pouvoirs lui aussi,
ce qu'il n'a pas dans la BD classique,
et qu'il n'est plus un génie, ni un chef d'état,
ni rien de tout ce qu'il était dans la BD,
mais juste un type aigri avec des pouvoirs.
Dire qu'ils sont passé à côté du personnage
est un euphémisme.
---
. Mais le pire dans ces erreurs,
c'est qu'ils ne les ont pas fait qu'une fois.
Ils ont fait exactement les mêmes
avec leur nouvelle version.
--
. Mais bon,
ils se sont aussi fait massacrer
quand ils ont été adaptés en dessin animé,
alors…
--
. Ce qu'il faut retenir,
c'est que les origines d'un personnage
ne sont pas anecdotiques.
Elles posent les bases et le sens des personnages,
les définissent.
Et des détails qui vous semblaient anodins,
quand vous les changer,
vous réaliser parfois qu'ils n'avaient rien d'anodin.
D'ailleurs, le Red Richards version ULTIMATE
a fini très logiquement par devenir un super méchant.




Edito du 26 Juillet 2015 :

Voyages Dans Le Temps,
Dimensions ou Inconséquences…?

  . La littérature, la BD, la télé et le cinéma
emploient depuis longtemps
l'idée du voyage dans le temps...
Et cette idée connait différent traitements,
selon les époques…
--
. Le premier traitement tient au principe de destin,
de fatalité,
un peu comme les histoires de prophéties.
En effet, le personnage de ce genre d'histoire,
en voyageant dans le temps
provoque lui même les évènements
qui l'ont menés a vouloir faire ce voyage.
Il y a un aspect fataliste face à un destin immuable…
--
. Le second voit simplement le personnage
réécrire l'histoire…
Sans se prendre la tête.
Mais c'est forcément limité à de la comédie,
de la déconne,
car si le postulat ne tient pas
si on réfléchis deux secondes,
ce n'est pas bon.
---
. Le troisième traitement possible
est celui des dimensions parallèles.
Par exemple,
si vous revenez dans le passé
et tuez votre grand père biologique enfant,
vous crériez ainsi une autre dimension
où ni votre père ni vous-même n'existerez jamais.
Mais vous y serez pourtant,
puisque vous y êtes venus tuer quelqu'un,
oui, mais vous débarqueriez d'une autre dimension,
et vous seriez sans doute bien en peine
de revenir dans votre dimension d'origine.
C'est beaucoup plus riche et compliqué,
et il faut savoir bien le poser et l'employer,
mais ça évite le problème de l'inconséquence.
---
. Si il y a bien un truc qui m'a énervé dans l'emploi
du voyage dans le temps,
c'est l'inconséquence et la dédramatisation.
Tout peut arriver,
tout le monde peut mourir,
on s'en fout,
on peux tout recommencer a zéro.
Exactement comme le ressort du
"ceci n'était qu'un rêve",
cela a pour effet de faire tomber à plat
tous les événements qui ont précédés,
et tous ceux qui suivent
puisque rien ne les empêche de recommencer.
Plus de suspens, plus de drame,
plus d'intérêt.
---
. Tandis qu'en jouant bien sur les dimensions parallèles,
on conserve intact chaque drame,
chaque événement.
Des gens peuvent être sauvés
mais ceux que le voyageur a connu,
qu'il a vu mourir,
sont toujours morts,
et il ne peux rien y changer.





Edito du 24 Juillet 2015 :
...
  . Ci-dessus, c'est une petite BD
que j'ai bricolée vite fait
pour mon inscription sur le forum
Art Of Darkness...
Ça faisait longtemps que
je voulais essayer de me créer
un double numérique en CGI,
voici enfin une première ébauche.
Je suis content de moi en plus,
même si c'est très très loin d'être parfait.
---
. Pour moi, le plaisir a faire quelque chose
est presque aussi important
que le résultat en lui même.
Et je me suis bien amusé.





Edito du 22 Juillet 2015 :
The Sea of Fate...
  . Il existe une sorte de théorie
qui dit que si on voyage dans le temps,
peu importe ce que l'on fera,
l'histoire se corrigera d'elle-même,
telle l'eau d'un courant
sur laquelle on ne faire que de brefs ronds dans l'eau
mais jamais inverser le courant...
--
. C'est, selon moi, une variante de la thématique du destin,
qui tends a dire que nos actes sont inconséquents
dans le grand ordre des choses,
et que ce qui doit arriver arrivera
quoi qu'on dise et quoi qu'on fasse,
et que si on avait tué Hitler
un autre similaire
aurait pris sa place...
--
. On serait soi-disant
toujours emporté par les flots
de l'Histoire avec un grand H,
impuissants à en inverser le sens
ou le mouvement
à grande échelle.
--
. Bien que très pesssimiste par nature,
je ne partage pas trop ce genre de théorie
qui permet de justifier le fait de ne rien faire.
Je crois bien au contraire
à l'effet papillon,
et que de petites causes
peuvent avoir d'énormes conséquences,
et que certains êtres
peuvent vraiment changer le monde
si ils veulent bien s'en donner la peine...





Edito du 15 Juillet 2015 :
Tease-me...
  . Il y avait une époque,
et elle reviendra peut être dans quelques années,
qui sait,
où je pouvais me rendre au ciné,
les mains dans les poches
sans savoir ce que j'allais voir.
Je regardais ce qu'il y avait à l'affiche,
et j'y allais au coups de coeur,
sans rien savoir du film.
C'est comme ça, par exemple,
que j'ai vu mon premier film
avec Jean-Claude Van-Damme.
--
. Mais il existe des films qui sont de véritables événements,
qu'on attends surexcités, hyper impatients.
Je compare souvent tout au sexe,
mais le fait est que c'est très différent
si on croise un(e) inconnu(e) et qu'on va tout de suite baiser avec,
et qu'on repart après chacun de notre côté,
et si on se regarde d'abord,
si on se tourne autour, si on se séduit,
si on fait monter l'envie, si on se fait la court,
si on fait un strip-tease langoureux
et qu'on fait durer les préliminaires…
C'est très différent.
Certains gros films sont censés nous faire ça,
nous séduire, nous donner de plus en plus envie,
nous chauffer,
et l'attente, jusqu'au moment où le film se lance enfin,
fait partie intégrante du plaisir.
J'ai ressenti cette excitation dans les salles d'attente,
ce plaisir intense a voir et revoir les bandes annonces…
--
En bref, pour moi, la promo fait partie du plaisir cinéma.
Les affiches, on doit rêver devant,
et avoir envie de l'accrocher à son mur.
Les teasers doivent nous exciter.
Ça me fait chier que l'on méprise le graphisme des affiches,
ou l'art de monter des bandes annonces
sous le prétexte que seul le film est censé compter.
Cette mentalité les pousse souvent a mépriser
plusieurs aspects techniques de leurs films,
comme la direction d'acteur ou la photographie,
ou les mouvements de camera et le cadre,
sous le prétexte que seul importe
leur scénario…
--
. Si une promo tombe complètement à plat
et ne donne pas du tout envie,
je ne vois aucune raison de se forcer a aller voir un film
qui fait si peu d'effort pour nous plaire,
juste parce qu'on pourrait peut être avoir une bonne surprise.
Cela donne plutôt l'impression que tout le monde se force.



Edito du 14 Juillet 2015 :
...
  . Nous avons passé le week-end du 14 juillet à Lyon
avec la famille de mon ange
pour visiter leur nouveau né...
La présence du nourisson créant un désordre considérable
dans la vie en appartement de ses parents,
nous logèrent à l'hôtel pour la durée du séjour...
---
. La canicule règnant sur le pays et la région,
et la chambre d'hôtel bénéficiant d'une incroyable climatisation,
j'y suis resté seul une journée
quand mon ange est partie visiter Lyon
et son musée de la miniature et du cinéma...
Je n'aurais pas tenu la chaleur
et je devais également tenter de rattraper
le retard qui s'accumulait dans mes affaires.
---
. Nous sommes restés 4 nuits
dans cette chambre d'hôtel
bénéficant d'une fort grande télévision
et pas une seule fois
il ne nous est seulement venu à l'esprit
de l'allumer.
Nous ne sommes définitivement plus
des enfants de la télé.
Nous avons bien mieux a faire.



Edito du 06 Juillet 2015 :
Le Club des Sans Visages...
  . Je rassemble des notes préliminaires
pour écrire peut être plus tard
une histoire se déroulant en France
dans les années 20,
et racontant l'histoire de Charlotte,
une jeune prostituée,
entrant en contact avec un groupe mystérieux,
guidée par un homme perpétuellement masqué et encapuchonné
du nom de Parlediable,
un homme pourtant si élégant et hypnotisant...
--
. Cette histoire devrait mettre en scène
des gueules cassées,
mais même si je cherche a me documenter,
je ne chercherais nullement à faire un documentaire
ou un récit historique.
Je voudrais écrire une histoire romanesque...
Mais je suis très loin d'avoir encore tous les éléments,
et il ne s'agit là que d'une vague idée pour l'instant...
Je n'ai, de toutes façons,
pas le temps d'écrire en ce moment...
Et sans doute pas avant un moment.






Edito du 05 Juillet 2015 :
...
  . J'ai vu le nouveau TERMINATOR,
TERMINATOR GENISYS,
et j'ai passé un bon petit moment,
c'est un bon petit divertissement estival.
Des acteurs sympas,
des repliques sympas,
de l'action trépidante,
on ne s'ennuie pas.
Mais bien sur,
il ne retrouve pas l'intensité
des deux premiers.
La raison ne se trouvera pas en cherchant la petite bête,
en regardant les détails,
mais au contraire en regardant la chose
avec un minimum de recul.
C'est tout simplement le concept
qui n'est plus le même
et qui n'est plus du tout aussi attrayant
ou parlant.
Dans le premier et le second,
le concept est clair, simple,
et c'est ce qui fait son efficacité.
--
. Dans le premier,
Sarah Connor est poursuivie
par une machine venue du futur qui veux la tuer.
Sarah est une personne normale, ayant une vie normale,
a laquelle on peux totalement s'identifier,
et la menace est claire.
Le but du jeu, c'est de survivre à cette menace.
Le second, c'est pareil.
John Connor est un jeune ado normal
poursuivi par une machine venue du futur qui veux le tuer.
Le but du jeu, c'est de survivre à cette menace.
On parle de fin du monde,
mais cette menace demeure abstraite,
c'est un cauchemar,
une possibilité,
cela n'est pas tangible,
c'est une angoisse sourde.
--
. A partir du 3,
ça part en couilles,
car la personne normale que l'on adjoint
à un John Connor devenu adulte
ne semble pas visée ou concernée,
et il lui suffirait de se tenir à l'écart.
On est donc de facto
moins impliqué.
---
. Dans GENISYS,
il n'y a pas de personnages normaux
poursuivis par une menace qui les dépassent.
Mais le pire, c'est que la démarche des personnages,
l'intrigue du film,
est de les faire s'en prendre à une menace "possible",
abstraite, future.
Ils ne fuient pas quelqu'un qui veux les tuer,
n'affrontent pas quelqu'un qui veux les détruire,
mais au contraire,
font le chemin pour aller détruire
quelque chose qui pourra éventuellement devenir
une menace.
C'est trop abstrait pour fonctionner aussi bien
que les deux premiers films.
Et ce n'est même pas traité
sur un ton dramatique.
--------
. Depuis que j'ai vu le premier Terminator,
j'ai une idée qui me taraude…
Je vous en ai sans doute déjà parlé,
mais tant pis…
En voyant HALLOWEEN,
oui, je ne l'ai vu qu'après,
cette idée est revenue…
Cette idée, c'est :
Et si ce tueur,
ce robot exterminateur froid et impassible,
nanti d'une mission sacrée
pour laquelle il est prêt a mourir,
et a tous les dommages collatéraux,
et si…
Sa mission était de sauver l'humanité ?
Le bon vieux postulat de tuer Hitler enfant.
Et si il venait tuer une personne innocente
parce que plus tard
cette personne fera quelque chose de vraiment
catastrophique ?
Ou donnera la vie a quelqu'un qui fera
quelque chose de vraiment catastrophique ?
Et si tous les dommages collatéraux
se justifiaient
pour les millions de vie épargnés ?
--
. A ce stade, si je faisait un film TERMINATOR,
je l'ouvrirait sur un monde dévasté,
dénué de toutes vies,
ni plante, ni animal, ni insecte,
ne survivent qu'un ordinateur agonisant
et un terminator qu'il vient d'achever.
L'ordinateur raconterait en voix-off
que les voyages dans le temps,
provocant des paradoxes dans le continuum
spatio-temporel,
ont détruit son univers
qui est en train de s'effondrer sur lui même
dans un trou noir, un big crunch…
La tâche du terminator sera d'éliminer
les créateurs du voyage temporel
et ainsi de sauver une ligne temporelle annexe…
Mais cela créerait un paradoxe…
Le Terminator serait donc ici un tueur impitoyable
chargé d'une mission d'execution,
chargé de tuer des innocents...





Edito du 02 Juillet 2015 :
...
  . ...




Edito du 01 Juillet 2015 :
Bouncers...
  . Il fait une telle canicule
que je n'ose rien faire sur l'ordinateur...
J'ai peur qu'il fonde sous l'effet de la chaleur,
que ses circuits crament.
---
. Il y a quelques jours,
j'ai eu une idée d'un concept...
Ce serait bien que je la dévellope,
j'ignore encor sous quelle forme,
sans doute, au moins,
ce serait bien,
sous celle d'une nouvelle...
---
. La première idée était celle d'un plan,
un plan impossible.
Un gros concert rock,
on voit a travers les yeux de quelqu'un,
et puis la caméra bondit, sans coupure,
saute a travers les airs,
jusqu'à quelqu'un d'autre,
et on voit a travers les yeux de cette personne
qui bouscule quelqu'un,
et la caméra saute encore,
dans un plan séquence impossible,
nous mettant même a un moment
a voir les choses a travers les yeux d'un des musiciens sur scène
qui reconnait a travers la foule une fille,
a travers lesquels on a nous même vu un peu plus tôt.
---
. En partant de cette image,
j'ai commencé a élaborer le concept :
"Est-ce que vous n'avez jamais eu,
sorti de nulle part,
l'impulsion de faire
ou de dire quelque chose
sans raison ?
Est-ce que vous ne vous êtes jamais demandé
d'où viennent ces impulsions ?
Ce qui vous fait agir comme vous le faite
certaines nuits où vous êtes bourrés ?
C'est comme si,
pour un instant,
vous n'étiez plus aux commandes de votre corps,
et que quelqu'un d'autre agissait
ou parlait à votre place.
Découvrez le secret.
Découvrez qui vous pirate.
Les Bouncers."
---
. Je n'ai pas eu vraiment le temps
de dévelloper davantage,
mais pour coller à ma première image,
je pense que le héros pourrait être musicien
dans un groupe de rock.
Le milieu se prête bien au sujet.
Beaucoup de déplacement,
de contact avec des gens inconnus,
et qui pourtant vous reconnaissent,
musique qui vous met a fleur de peau,
alcool, drogue qui peuvent couler a flot,
sensibilité artistique...
Cela collerait bien...
Mais il fait trop chaud hélas.
L'ordinateur est brulant.
Cela rejoindra la gigantesque pile
des choses à faire.
...

.



Une petite photo, c'est comme un sourire, un mot gentil,
ça ne coûte rien et ça fait du bien, ça fait plaisir...
Alors cliquez, et faites-moi un cliché...
S'il vous plaît...



Twitter



Bienvenue sur le site du darkcowboy, sur le blog du DarkCowBoy...

Précedents Editos : Juin 2015 - Mai 2015 - Avril 2015 - Mars 2015 - Février 2015 - Janvier 2015 - Décembre 2014 - Novembre 2014 - Octobre 2014 - Septembre 2014 - Aout 2014 - Juillet 2014 - Juin 2014 - Mai 2014 - Avril 2014 - Mars 2014 - Février 2014 - Janvier 2014 - Décembre 2013 - Novembre 2013 - Octobre 2013 - Septembre 2013 - Aout 2013 - Juillet 2013 - Juin 2013 - Mai 2013 - Avril 2013 - Mars 2013 - Fevrier 2013 - Janvier 2013 - Décembre 2012 - Novembre 2012 - Octobre 2012 - Septembre 2012 - Aout 2012 - Juillet 2012 - Juin 2012 - Mai 2012 - Avril 2012 - Mars 2012 - Fevrier 2012 - Janvier 2012 - Décembre 2011 - Novembre 2011 - Octobre 2011 - Septembre 2011 - Aout 2011 - Juillet 2011 - Juin 2011 - Mai 2011 - Avril 2011 - Mars 2011 - Fevrier 2011 - Janvier 2011 - Décembre 2010 - Novembre 2010 - Octobre 2010 - Septembre 2010 - Aout 2010 - Juillet 2010 - Juin 2010 - Mai 2010 - Avril 2010 - Mars 2010 - Février 2010 - Janvier 2010 - Décembre 09 - Novembre 09  - Octobre 09 - Septembre 09 - Aout 09 - Juillet 09 - Juin 09 - Mai 09 - Avril 09 - Mars 09 - Fevrier 09 - Janvier 09 - Decembre 08 - Novembre 08 - Octobre 08 - Septembre 08 - Aout 08 - Juillet 08 - Juin 08- Mai 08 - Avril 08 - Mars 08 - Fevrier 08 - Janvier 08 - Decembre 07 - Novembre 07 - Octobre 07 - Septembre 07 - Aout 07 - Juillet 07 - Juin 07 - Mai 07 - Avril 07 - Mars 07 - Fevrier 07 - Janvier 07 - Decembre 06 - Novembre 06 - Octobre 06 - Septembre 06 - Aout 06 - Juillet 06 - Juin 06 - Mai 06 - Avril 06 - Mars 06 - Février 06 - Janvier 06 - Decembre 05 - Novembre 05 - Octobre 05 - Septembre 05 -Aout 05 - Juillet 05 -Juin 05 - Mai 05 - Avril 05 - Mars 05 - Fevrier 05 - Janvier 05 - Decembre 04 - Novembre 04 - Octobre 04 - Septembre 04 - Aout 04 - Juillet 04 - Juin 04 - Mai 04 - Avril 04 - Mars 04 - Fevrier 04 - Janvier 04 - Decembre 03 - Novembre 03 - Octobre 03 - Septembre 03 - Aout 03 - Juillet 03 - Juin 03- Mai 03 - Avril 03 - Mars 03 - Fevrier 03 -Janvier 03 -Decembre 02 -Novembre 02 - Octobre 02 -Septembre 02 - Aout 02 - Juillet 02 -


Ecrivez-moi :
darkcowboy@wanadoo.fr